Édito

8 mars : il est venu le temps des femmes

Aujourd’hui, à Paris, Marseille, Lyon et partout en France, nous marcherons pour les droits des femmes. Aujourd’hui, main dans la main, nous irons crier, encore une fois, notre indignation. Contre les écarts de salaires, contre les discriminations sexistes au travail et à l’école, contre les violences sexuelles et les féminicides, contre les agressions quotidiennes. Aujourd’hui, nous irons marcher pour protester contre ces responsables politiques, et en particulier un ministre et des candidats à l’élection présidentielle, accusés d’agression sexuelle et toujours en fonction, trop peu inquiétés.

Aujourd’hui, à Paris, Marseille, Lyon et partout en France, nous marcherons pour les droits des femmes. Aujourd’hui, main dans la main, nous irons crier, encore une fois, notre indignation. Contre les écarts de salaires, contre les discriminations sexistes au travail et à l’école, contre les violences sexuelles et les féminicides, contre les agressions quotidiennes. Aujourd’hui, nous irons marcher pour protester contre ces responsables politiques, et en particulier un ministre et des candidats à l’élection présidentielle, accusés d’agression sexuelle et toujours en fonction, trop peu inquiétés.

La liste est longue, le mouvement sera massif.

Mais aujourd’hui, nous marcherons aussi pour les femmes du monde entier, d‘Afghanistan et d’Ukraine. Pour celles qui ont dû fuir leur pays, un matin, de peur d’être pendues ou tuées en pleine rue, pour sauver leur liberté.

Aujourd’hui, nous n’oublierons pas les femmes de Kaboul, soumises au joug impitoyable et archaïque des talibans. Nous marcherons pour elles, qui, courageuses, manifestent et bravent leurs fouets et leurs matraques.

Nous n’oublierons pas non plus les femmes de Kyiv, d’Odessa ou de Kharkiv, qu’elles aient fui les bombes ou soient restées les affronter. Nous marcherons pour elles, qui fuient avec leurs enfants, qui dorment dans des bunkers, qui prennent les armes.

Enfin, nous n’oublierons pas celles qui, réfugiées dans les pays de l’Union Européenne, fuyant la mort, sont rattrapées par les proxénètes, qui les guettent aux frontières, pour engraisser leur entreprise indécente. Le cynisme de ceux-là est inqualifiable, n’oublions pas les femmes qu’ils piègent.

En ce 8 mars, nous n’oublierons pas le courage de toutes ces femmes, qui luttent inlassablement pour leur dignité.

Alors marchons, et affirmons-le encore une fois et tant qu’il le faudra : la domination patriarcale a fait son temps, il est venu le temps des femmes.

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

Nos autres éditos...

NOS REVUES

C’est encore mieux version papier.

Lire aussi...

Les Thibault de Roger Martin du Gard, une photographie sociale de la Belle Epoque
Comment renouer le fil du récit contemporain ?
Entretien avec Johann Chapoutot (2/2)
Décryptage : Connemara, le dernier roman de Nicolas Mathieu
Comment renouer le fil du récit contemporain ?
Entretien avec Johann Chapoutot (1/2)
Un tout petit effort pour avoir votre exemplaire …

précommandez notre revue