image_pdfTélécharger en PDF

le populisme de podemos : mirage politique ou solution démocratique ?

A rebours des clichés qui sont diffusés à l'encontre du populisme, Podemos a agi, d'une certaine manière, comme une force de régénération pour la démocratie espagnole, contribuant à l'assainir et à restaurer sa légitimité après une rupture entre institutions et citoyens, enclenchée lors de la dépression économique de 2008 et du mouvement des Indignés du 15 mai 2011 (15-M) dont la principale revendication se résumait en cette phrase : "Démocratie réelle maintenant!". Neuf ans après ce mouvement de protestation et six ans après l'émergence de Podemos, force est de constater que le système politique espagnol est plus démocratique qu'auparavant et que la participation électorale a repris des couleurs : au lieu d'affaiblir les institutions démocratiques, comme le dénoncent ses détracteurs, Podemos les a en réalité renforcées.

Podemos, un parti populiste ?

Avant toute chose, il convient de définir la notion de populisme et d’identifier, ce faisant, l’identité politique de Podemos. La nature du populisme fait l’objet de discussions. Plusieurs théoriciens le définissent comme une idéologie, à l’instar du libéralisme ou du marxisme, mais avec une vision de la politique qui se caractérise par un certain simplisme. Son idée centrale est de considérer la politique comme une lutte manichéenne entre les forces du bien (le peuple) et celles du mal (les élites) exacerbant une conflictualité verbale dont le monde médiatique fait son miel. Ainsi, le populisme pourrait réunir des hommes politiques aux horizons idéologiques antagonistes, Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon, dans la mesure où il ne se caractériserait pas par un socle de convictions cohérent, mais bien par un discours qui en appelle au peuple contre les élites.

Dans quelle mesure pouvons-nous considérer que Podemos se rapproche de cette définition proposée pour décrire le populisme ? Plusieurs observateurs, notamment le politologue Cas Mudde, ont suggéré que Pablo Iglesias, le principal fondateur du mouvement, pensait réellement que la politique se limitait à une simple lutte entre un peuple pur et une élite corrompue. Cette interprétation de la pensée d’Iglesias est pour le moins simpliste, dans la mesure où ce dernier a pour idéologie de référence le marxisme-léninisme : deux détails, passés sous le radar de la plupart des observateurs, attestent de l’adhésion d’Iglesias à cette tradition politique. Premièrement, le secrétaire général de Podemos est un grand admirateur de Lénine, auquel il se référait souvent dans ses conférences avant la création de Podemos. Deuxièmement, il interpréta la crise de 2008 comme un moment « léniniste », c’est-à-dire comme une opportunité pour le communisme espagnol de récupérer le contrôle de l’opposition, voire même le pouvoir, par la voie électorale après sa perte de crédit politique au terme de la transition démocratique post franquiste (1975-1982). À cet égard, le populisme est interprété par Iglesias comme un moyen stratégique, pour ne pas dire opportuniste, d’accéder au pouvoir. Un état d’esprit qu’il résuma en ces termes : « lors de la Révolution russe, le chauve, ce génie, n’a pas parlé au peuple de marxisme, mais lui a promis ce qu’il attendait : du pain et la paix ». Le cas de Íñigo Errejón, principal théoricien de Podemos à ses débuts est différent et plus intéressant. À travers l’étude des expériences latino-américaines, la « marée rose » des années 2000-2010, Errejón a développé une fascination pour le populisme tel que l’ont développé Hugo Chavez (Venezuela), Evo Morales (Bolivie) et Rafael Correa (Équateur). Dans sa thèse universitaire, il souligne la capacité hors du commun qu’ont ces hommes à incarner les désirs de démocratie et de dignité de leurs peuples respectifs. Errejón est aussi un disciple enthousiaste de l’argentin Ernesto Laclau, l’un des principaux théoriciens du populisme du gauche. Inspiré par la posture néo-structuraliste de ce dernier, Errejón entend la politique exclusivement comme une construction discursive d’identité populaire à travers l’opposition antagonique entre le«eux» et le«nous».

L’un des aspects les plus polémiques de la théorie laclausienne, qui a eu néanmoins une très grande influence sur les idées de Errejón, est le rôle central du leader en politique. Le théoricien argentin développe dans son ouvrage principal, La Raison populiste, l’idée selon laquelle la construction d’un « peuple », objectif du populisme, requiert l’identification affective d’un groupe significatif d’individus envers un leader, à travers un processus qui rappelle le développement du pouvoir charismatique que décrit Max Weber. La figure du chef est ainsi nécessaire pour incarner la volonté du peuple et garantir l’articulation entre les différents groupes sociaux communautaires qui le composent. De façon pour le moins idéaliste, Errejón a tenté d’appliquer strictement le modèle de Laclau pour construire Podemos. Ainsi, au cours du congrès fondateur de Podemos, Errejón s’érige en principal défenseur d’un modèle organisationnel centralisé autour d’un leader dont l’action doit être libérée des contrepouvoirs. S’inspirant ici aussi de Laclau, Errejón critique à plusieurs reprises dans la revue de sciences politiques Viento sur les corps intermédiaires, qu’il dépeint comme des entraves à l’expression de la volonté populaire qui s’incarne dans la figure du leader.

La principale victime de la dérive plébiscitaire du populisme de Podemos n'est nul autre qu'Inigo Errejon lui-même.

Les limites de ce principe d’organisation sont bien connues. Comme il est fréquent dans les partis populistes, Pablo Iglesias a utilisé des mécanismes plébiscitaires pour légitimer ses propres décisions, provoquant un départ massif de militants qui avaient initialement cru à la construction d’un mouvement basé sur les principes de la démocratie directe auxquels aspirait le 15-M.

Ironiquement, la principale victime de la dérive plébiscitaire du populisme de Podemos n’est nul autre qu’Íñigo Errejón lui-même, qui a perdu tout pouvoir de décision après avoir été défait par Iglesias à l’issue de diverses polémiques internes. Malgré le fait qu’Errejón ait pu compter sur le soutien de plusieurs « notables » et intellectuels au sein du parti, Iglesias a réussi à imposer sa volonté au terme d’un processus démocratique schmittien « d’acclamation populaire », à travers des plébiscites organisés sans transparence sur internet. Errejón, après avoir défendu l’utilité d’un leader charismatique pour remobiliser les masses mécontentes, n’a pu que constater à quel point celles-ci fournissaient un appui inconditionnel au chef incon testé du parti.

Cependant, dans un geste qui l’honore, Errejón a fini par donner raison à ceux qui critiquaient ce modèle organisationnel au motif qu’il manquait de contre-pouvoirs. Il est cependant curieux de constater que Chantal Mouffe, théoricienne du populisme dont il est très proche, dans son récent manifeste Pour un populisme de gauche n’a pas pris la peine de remettre en cause le modèle organisationnel qu’elle a cothéorisé avec son condisciple. En outre, elle omet de dénoncer la nette dérive autoritaire de certaines expériences politique de la gauche populiste sud- américaine : la dissolution du chavisme dans la dictature clownesque de Nicolás Maduro constitue une vérité peu commode pour ceux qui ne jurent que par le populisme de gauche pour briser l’hégémonie néolibérale.

Les succès inattendus de Po- demos

Malgré cette critique, il faut bien reconnaître que l’essor de Podemos a globalement été source de progrès pour la dé- mocratie espagnole : à la différence du madurisme, le parti violet n’a en aucun cas érodé les institutions représentatives. Pablo Iglesias n’a par ailleurs jamais pu prendre la tête de l’État : à son apogée en décembre 2015, son parti réunissait 20,6 % des voix, un chiffre considérable mais insuffisant pour se hisser au-delà de la troisième place. Il était donc bien loin de la promesse de conquérir le ciel « par assaut » comme il a pu le proclamer en paraphrasant Marx. Lors des élections générales de 2019, Podemos s’est effondré à 13% des voix, chutant à la quatrième position, dépassé par le parti d’extrême droite VOX.

Podemos a finalement abandonné ses présupposés populistes qui faisaient passer le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) pour un représentant de la caste ennemie du peuple, pour parier sur la constitution d’un gouvernement de coalition – le premier depuis 1936- dirigé par le socialiste Pedro Sanchez. Malgré l’échec de la stratégie populiste pour conquérir l’État – ou grâce à son échec – Podemos a contribué de façon notable à revitaliser la démocratie espagnole, pour deux principales raisons. Tout d’abord, le parti de gauche radicale a forcé le PSOE à revenir au centre-gauche après que ce dernier se soit aligné sur la troisième voie (la recette blairiste/clintonienne) de la libéralisation économique et de l’austérité budgétaire. Au cours des négociations de gouvernement, Podemos a également réussi à arracher au PSOE plusieurs concessions de caractère progressiste telles que l’augmentation du salaire minimum et une forme de revenu minimum d’insertion. La formation de Pablo Iglesias a ainsi fait pression sur le PSOE afin qu’il redevienne un parti plus sensible aux intérêts des classes populaires.

Le second acquis de Podemos, sans doute le plus significatif, a été de canaliser institutionnellement la conflictualité politique contre l’austérité, la dégradation des services publics et les inégalités, qui s’était exprimé dans la rue sans trouver de débouché politique. Il convient de rappeler que la plupart des activistes du 15-M préféraient agir sur les conséquences des lois, par des actes de désobéissance civile, que d’obtenir un changement de celles-là. Les mouvements protestataires déçus débouchent par ailleurs très souvent sur des périodes de violence lorsqu’ils ne trouvent pas de traduction institutionnelle, comme en témoignent la dérive émeutière d’une partie de l’indépendantisme catalan depuis 2019, suite à l’échec de la déclaration d’indépendance de 2017. Au contraire, le 15-M a pu être apaisé par l’apparition d’un parti politique, qui, malgré ses pratiques internes autoritaires, a connu un certain succès en tant que représentant des demandes matérielles des indignés. Cependant, ces avancées sociales déçoivent probablement une grande partie du mouvement social espagnol, et surtout Podemos, dans la mesure où elles sont encore insuffisantes pour attaquer les fondements du pouvoir économique et la répartition des richesses… À ce sujet, Pablo Iglesias a confié être « horrifié » face à la perspective d’un apaisement des espérances révolutionnaires du 15-M. Cependant, en prenant compte l’état dans lequel se trouvait le système politique espagnol avant le mouvement des Indignés, incarné par deux partis politiques néolibéraux – le PSOE et le PP – le fait d’avoir fait entrer la lutte contre les politiques d’austérité dans l’agenda institutionnelle est une victoire qui ne saurait être minorée. En dernière analyse, comme le souligne le professeur de sciences politiques Jan Werner Muller, l’essor de Podemos est bien plus le signe d’une résilience et d’une capacité de régénération du système politique espagnol représentatif né de la Transition que la manifestation de son crépuscule.

Un futur incertain

Cependant, l’heure n’est certainement pas à la fête pour Podemos. Réduit électoralement et désormais associé à l’élite gouvernementale, le parti de Pablo Iglesias aura le plus grand mal à figurer comme le représentant des intérêts des classes populaires à l’heure où l’extrême droite connaît une croissance importante en Espagne. Il est désormais probable qu’une grande partie du vote protestataire soit absorbé par VOX, si jamais ce dernier réussit la transition opérée par le FN en se représentant comme le parti des ouvriers « perdants de la mondialisation ». Concrètement, l’abandon de ses postulats ultralibéraux et sa volonté de construire un syndicat vont dans cette direction. La question est désormais de savoir si VOX réussira à parasiter durablement le système politique espagnol en attirant le vote ouvrier, ou si la coalition PSOE – Podemos parviendra à éviter une telle situation en se maintenant comme le principal représentant des intérêts des classes populaires.

Podemos a réussi à canaliser institutionnellement la conflictualité politique contre l'austérité.

Références

El Diarrio.es, Podemos o el leninismo inteligente, Salvador Mestre Zaragoza

Podemos, sur que nous pouvons ! EditionsIndigènes

Íñigo Errejón, La lucha por la hegemonía durante el primer gobierno del MAS en Bolivia (2006- 2009): un análisis discursivo, Universidad Complutense de Madrid 4. Ernesto Laclau, La Razon Populista, Siglo XXI

Íñigo Errejon, Viento Sur, construccion de identidades populares / construir pueblo, cc Chantal Mouffe

C. Schimtt, La théorie du partisan, Champs

Cette tendance est toujours soutenue par l’aile droite du parti incarnée par Felipe González, président du gouvernement de 1982 à 1995.

JW Muller, Italy, the brith side of populism ? The New York Review