Huit ans après le référendum, le Royaume-Uni et l’Europe à l’aube des élections 2024

Quelle plateforme plus appropriée que Le Temps des Ruptures pour parler de la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ? Le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, Michel Barnier, parmi d’autres, en parlait comme d’un divorce. A l’approche des élections européennes, nous parlerons donc ici de « rétrécissement », plutôt que d’élargissement.

Le passé, le futur et le présent

2024, c’est l’année anniversaire de plusieurs dates significatives pour le Royaume-Uni et ses voisins continentaux. Rien que du point de vue français, 2024 marque les 120 ans de l’Entente cordiale qui réglait, en 1904, certains différends plusieurs fois centenaires ; les 80 ans du Débarquement ; ou encore les 30 ans du tunnel sous la Manche.

2024, c’est aussi l’année des premières élections européennes depuis le départ officiel du Royaume-Uni, puisque celui-ci n’a pris effet que le 31 janvier 2020, soit environ huit mois après les élections qui ont formé le Parlement européen que nous nous apprêtons à renouveler. Quatre ans après cette sortie, et près de huit ans après la tenue du référendum qui l’a déclenchée (le 23 juin 2016), à l’aube d’élections déterminantes pour l’avenir de l’UE, où en est la relation de celle-ci avec son ex ? Car c’est bien connu, pour aller de l’avant, il faut savoir prendre du recul.

Beaucoup de chercheurs (voir, par exemple, les travaux de UK in a Changing Europe), journalistes, politiciens ou commentateurs s’attachent depuis un certain temps à prédire l’avenir de cette relation. Il faut souligner que ces prédictions reposent en partie sur des sables mouvants, dans la mesure où les élections générales qui doivent avoir lieu au Royaume-Uni d’ici janvier 2025 n’ont toujours pas, à l’heure actuelle, été convoquées. Chacun s’accordant sur une victoire plus ou moins triomphante du parti travailliste, après une quinzaine d’années de domination conservatrice, il s’agit donc d’un périlleux exercice reposant notamment sur les propos du potentiel prochain ministre des Affaires étrangères, le travailliste David Lammy.

Non seulement il est difficile de fonder ces projections sur des faits, mais aussi faut-il rappeler que le Brexit n’est pas un événement daté. C’est un processus, encore inachevé. Par conséquent, le futur de la relation dépend aussi du bon déroulement des procédures de divorce. Avant de décortiquer bille en tête un hypothétique futur pacte de sécurité britannico-européen – la relation de défense n’ayant de toute façon que peu souffert du Brexit, ne serait-ce que parce qu’elle ne faisait pas partie du « package » à négocier –, rappelons que les institutions européennes veillent toujours au grain s’agissant du respect des deux accords négociés et adoptés par l’UE et le Royaume-Uni : l’Accord de retrait (les termes du « divorce ») conclu fin 2019, et l’Accord de commerce et de coopération (les bases juridiques de la nouvelle relation – aussi connu sous le nom de « TCA »), conclu in extremis fin 2020.

 

Où en est le Brexit ? Le cas de l’Irlande du Nord

 

 ©Carte : FranceInfo

Tout n’est en effet pas réglé : prenons le cas précis de l’Irlande du Nord. Dans le but de préserver la paix sur l’île d’Irlande, l’Irlande du Nord étant une nation constituante du Royaume-Uni – dont le gouvernement souhaitait sortir du marché européen –, et la République d’Irlande faisant partie de l’Union européenne, l’Accord de retrait conclu contenait un Protocole spécifique maintenant de fait l’Irlande du Nord dans le marché unique, afin d’éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande tout en protégeant le sacro-saint marché européen.

Sauf que ce Protocole n’était pas du goût de tous au Royaume-Uni, et en particulier pas de celui des « unionistes » nord-irlandais. Ceux-ci sont attachés à ce que l’Irlande du Nord soit traitée exactement pareil que le reste du Royaume-Uni, et ils bloquaient par conséquent le fonctionnement politique et administratif de l’Irlande du Nord, conduisant le gouvernement britannique à prendre toute une série de mesures ne respectant pas l’Accord de retrait.

Au bout d’une longue période de blocage diplomatique, l’UE et le gouvernement britannique se sont finalement entendus en février 2023 sur le « Cadre de Windsor », prévoyant des mesures courant jusqu’en 2025 pour enfin mettre en œuvre le Protocole dans son entièreté.

 

Les rêves de 2016 et les cauchemars de 2024

La veille du vote, le bon vieux Telegraph publiait un long éditorial détaillant en vingt points, tout à fait sérieusement, pourquoi le Royaume-Uni devrait sortir de l’Union européenne (inutile de rappeler qu’à ce stade, les termes du « Brexit », et surtout ses conséquences, n’étaient pas définis). Certains de ces arguments paraissent lunaires (allez jeter un œil !). Et l’on peut difficilement faire porter le blâme à l’évolution des mentalités par rapport à l’environnement, par exemple.

Huit ans plus tard, il est aisé de démontrer combien les trois premières affirmations du Telegraph étaient mensongères (sans parler du reste) :

  1. « Nous récupérerions notre argent» (comme le réclamait Margaret Thatcher plus de quarante ans plus tôt)

© Getty

2. « Nous pourrions décider de qui peut entrer dans notre pays»

3. « Nous pourrions à nouveau décider de nos propres lois »

Premièrement, les économistes estiment de manière consensuelle que le Brexit est la cause de la baisse de 2 à 3 points du PIB britannique (pour ne prendre que cet indicateur).

Deuxièmement, le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile est au plus haut (le Royaume-Uni ne fait plus partie du règlement Dublin), tout comme l’immigration illégale (les small boats, ça vous parle ?), tandis que nombre d’entreprises britanniques (dans la restauration ou l’agriculture par exemple) ont le plus grand mal à recruter.

Troisièmement, en matière de législation, sur les milliers de textes de loi issus du droit européen transposés au Royaume-Uni dont le gouvernement conservateur se vantait de se débarrasser complètement, seuls 700 environ (dont beaucoup de textes obsolètes) ont réellement été amendés ou abrogés.

Les universitaires et les spécialistes s’accordent assez largement sur le rôle majeur qu’a joué le sentiment anti-immigration dans le vote anti-UE lors du référendum. Les dirigeants britanniques qui ont mis en œuvre le résultat du vote l’ont interprété comme l’expression d’une volonté de mettre fin à la liberté de circulation des personnes, ce qui, cela va sans dire, a entraîné la fin des trois autres libertés de circulation européennes (biens, services, capitaux).

Si les Travaillistes semblent donc mieux disposés à l’égard de l’UE, il n’en demeure pas moins qu’ils ont (en tout cas à ce stade) exclu de réintégrer l’Union ou son marché unique, et qu’ils hériteront – s’ils gagnent en effet les élections – d’un état de fait difficile à renverser.

Mais puisqu’il s’agit d’aller de l’avant, pas la peine d’égrener ici la longue liste des maux qui accablent le Royaume-Uni depuis qu’il a rompu avec le club des 27, mais revenons sur ce que 2024 lui réserve. Car 2024, c’est aussi l’année d’entrée en vigueur (entre autres) de nouveaux contrôles britanniques sur les importations, tout comme de l’EES européen. De quoi s’agit-il ?

Lors de la sortie définitive du Royaume-Uni en janvier 2021 (à la fin de la « période de transition »), l’UE a tout de suite mis en place de nouveaux contrôles à l’importation sur les marchandises en provenance de son voisin. Celui-ci, en revanche, a maintes fois reporté l’introduction de nouveaux contrôles sur les importations – notamment alimentaires – en provenance du continent, ce qui va à l’encontre des règles du commerce mondial. Ce nouveau système de contrôle, au doux nom de Border Target Operating Model (BTOM), est finalement entré en vigueur fin janvier 2024. Les contrôles physiques des cargaisons n’ont commencé que le 30 avril, et le système est loin d’être au point, ce qui pourrait détourner du marché nombre de fournisseurs et créer des pénuries bien pires que celles jusqu’ici reportées : en effet, le Royaume-Uni importe jusqu’à 70% (en hiver) de ses produits frais depuis l’UE, et l’accumulation des événements climatiques qui menacent ses récoltes n’aidera certainement pas à réduire sa dépendance.

Dans la même veine, le nouveau système européen d’entrée et de sortie – le (peu) fameux « EES », lui aussi reporté mais qui devrait entrer en vigueur à l’automne 2024 – freinera davantage encore la circulation entre le Royaume-Uni et l’Union, cette fois des personnes. Tous les citoyens extra-communautaires (plus précisément, tous les citoyens de pays tiers à l’UE ou à l’espace Schengen – à l’exception de ceux bénéficiant du statut de résidant) seront tenus de s’enregistrer (avec notamment prise d’empreintes) à chaque entrée et sortie du territoire européen, même pour de très courts séjours. Oui, et ? me direz-vous. Eh bien, pour les Britanniques, cela rajoute encore un obstacle pour se rendre facilement dans l’UE, rien qu’en raison de l’allongement des délais que cela provoquera. Prenons le terminal international de la Gare Saint-Pancras à Londres, d’où partent les trains Eurostar à destination du continent : il compte bien peu d’espace disponible pour installer toutes les bornes d’enregistrement qui seraient nécessaires pour assurer la fluidité du trafic…

Si dans l’esprit de beaucoup d’Européens (comprendre, citoyens de l’UE) comme de Britanniques, le Brexit appartient au passé, maints exemples démontrent qu’il n’en est rien – ses conséquences sont loin d’être résorbées pour les citoyens concernés.

Aujourd’hui, la majorité des Britanniques regrettent le Brexit, et si le Royaume-Uni n’est pas coulé, il est bien touché. Alors, puisque nous, citoyens de l’UE, sommes appelés aux urnes, informons-nous correctement avant de voter, sans nous laisser influencer par les slogans bien tournés mais vides de sens. Et gardons en tête qu’avec le retour de la rhétorique des « grandes puissances » et le changement climatique, l’enjeu n’est pas de savoir si votre première ou prochaine voiture sera française ou allemande, mais si la batterie de votre vélo est européenne ou chinoise.

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

A lire aussi…

La leçon de Jean Zay

Il est des hommes dont le destin brisé hante l’Histoire. Des hommes dont la lumière s’est éteinte trop tôt. Jean Zay était de ceux-là. Son ascension fut fulgurante. on action intense et efficace. Sa fin

Lire la suite »

Lire aussi...

La leçon de Jean Zay

Il est des hommes dont le destin brisé hante l’Histoire. Des hommes dont la lumière s’est éteinte trop tôt. Jean Zay était de ceux-là. Son ascension fut fulgurante. on action intense et efficace. Sa fin

Lire la suite »
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter