L'État et les grandes transitions

Comment l’intelligence artificielle va accélérer la concentration des richesses et accroître les inégalités

Le succès de ChatGPT a représenté une nouvelle étape dans la démocratisation et le perfectionnement de l’intelligence artificielle. En rendant l’économie toujours plus dépendante à l’intelligence artificielle, ne risque-t-on pas d’avantager les pays riches et les Big Tech, seuls capables d’investir les sommes nécessaires à son perfectionnement ? Et en entrant en concurrence directe avec le travail fourni par les pays qui disposent d’une main d’œuvre peu ou pas qualifiée, l’intelligence artificielle ne va-t-elle pas accélérer la concentration des richesses et accroître les inégalités ?
L’avènement d’une nouvelle société digitale

Pour répondre aux enjeux de continuité opérationnelle pendant la pandémie de Covid-19, nous avons accéléré soudainement la digitalisation de l’économie et plus généralement celle de notre société. Les outils numériques, plus performants, se sont diffusés largement dans les entreprises et au sein de la population, permettant ainsi d’organiser le télétravail à l’échelle d’un pays tout entier. Selon une étude (1) réalisée par le Ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion sur l’activité professionnelle des Français pendant le premier confinement, 70% des actifs ont télétravaillé au moins partiellement quand 45% d’entre eux ont télétravaillé à temps complet.

Plusieurs secteurs d’activité ont également profité de cette accélération de la digitalisation. Le premier étant celui de la télémédecine, qui n’avait jamais réellement décollé en France. Il a vu le nombre des consultations à distance faire un bond historique en 2020. Ainsi, selon la CNAM (2), plus de 19 millions d’actes médicaux remboursés ont été réalisés, avec un pic de 4,5 millions de téléconsultations en avril 2020, contre seulement 40 000 en février 2020. Aujourd’hui, la télémédecine est en voie de généralisation.

Autre secteur d’activité ayant tiré son épingle du jeu depuis 2020, celui des loisirs numériques, alors que la culture souffre encore des suites de la crise sanitaire. Les plateformes de streaming ont vu le nombre de leurs abonnés augmenter de façon fulgurante ces trois dernières années. Les six plus connues d’entre elles cumulent aujourd’hui près d’un milliard d’abonnés à travers le monde. En France, leur succès est tel qu’il a poussé le gouvernement à revoir la chronologie des médias, ce système spécifiquement français qui permet de programmer l’exploitation des films en salles avant leur diffusion à la télévision et sur les plateformes.

Plus discrètement, les Français ont également plébiscité les jeux vidéo. Selon un sondage réalisé par le Credoc, à la demande du ministère de la Culture, la France comptait 53% de joueurs pendant le premier confinement contre 44% en 2018. Cette augmentation a concerné toutes les catégories sociales qui portent désormais un regard plus positif sur cette pratique culturelle. 

Cette accélération de la digitalisation s’inscrit dans un mouvement plus ancien entamé au milieu des années 90 avec l’arrivée d’internet. Cette révolution technologique, qui n’a pas fini de produire ses effets et d’influencer nos comportements, a non seulement modifié notre façon de consommer, mais elle a aussi transformé en profondeur nos systèmes économiques. Plus récemment, la digitalisation a connu une étape de développement majeure avec l’apparition de nouveaux empires numériques globalisés comme les GAFAM (3), les NATU (4) et leurs équivalents chinois, les BATX (5). Mais pour continuer à croître, ces géants technologiques ont besoin d’une ressource essentielle que nous avons tacitement accepté de céder : nos données personnelles. Selon l’article 4 du RGPD (6), les données personnelles peuvent être « un nom, un numéro d’identification, des données de localisation, un identifiant en ligne, (…) un ou plusieurs éléments spécifiques propres à son identité physique, physiologique, génétique, psychique, économique, culturelle ou sociale ». Les plateformes qui utilisent nos données personnelles, nous les connaissons bien. Elles sont désormais partout et elles nous accompagnent dans les actes de notre vie quotidienne : elles nous permettent de regarder une série, d’écouter de la musique, de faire nos courses, de partir en vacances ou encore de trouver l’amour. 

En plus de nos données personnelles, les plateformes sont également dépendantes des algorithmes d’intelligence artificielle, véritable bras armé de ce nouveau capitalisme et indispensables pour monétiser nos données à des niveaux inédits. Pour répondre le plus efficacement possible à nos requêtes, les plateformes recourent à des algorithmes de plus en plus puissants qui apprennent seuls de leurs erreurs. Pour y arriver, les algorithmes d’intelligence artificielle doivent consommer des volumes considérables de données et utiliser des probabilités statistiques. Le plus célèbre d’entre eux, nous l’utilisons tous les jours : il s’agit de PageRank, l’algorithme de Google qui établit un classement des pages web quand nous effectuons une recherche sur son moteur.

Actuellement, les algorithmes sont devenus tellement efficaces qu’ils sont à l’origine d’un enrichissement sans commune mesure de certains acteurs de l’économie. Grâce au perfectionnement de l’intelligence artificielle, les plateformes exploitent toujours plus de données, ce qui rend possible un meilleur apprentissage des algorithmes et la création de nouveaux services qui recueillent encore plus de données et alimentent ainsi la croissance de leurs revenus. Aujourd’hui, c’est la technique du deep learning (apprentissage profond), sous-domaine du machine learning, qui attire le plus l’attention, tant ses promesses d’efficacité sont nombreuses. Son retour en grâce, on le doit notamment à un Français, Yann Le Cun, chercheur en intelligence artificielle chez Facebook et lauréat du prix Turing en 2019. La technique du deep learning utilise des réseaux neuronaux artificiels, calqués sur ceux des humains, pour obtenir un résultat. Les champs d’applications sont nombreux et concernent de nombreux secteurs comme la médecine, le juridique, la robotique, la sécurité informatique…

Des salariés déjà plus pauvres à cause de l’intelligence artificielle

Avec la démocratisation et le perfectionnement en continu de l’intelligence artificielle, le capitalisme de plateforme va muter, entraînant avec lui l’économie dans une nouvelle ère ou les algorithmes seront devenus une ressource vitale pour toutes les entreprises engagées dans la compétition économique mondiale. En 2022, une étude menée par IBM (7) indiquait que 35% des entreprises sondées utilisaient l’IA et 77% exploraient ses potentialités.

Mais les pays riches, parmi les seuls à pouvoir investir les sommes nécessaires pour innover dans le domaine de l’intelligence artificielle, seront une nouvelle fois favorisés par rapport aux pays pauvres, alors que le cabinet McKinsey Global Institute chiffrait en 2018 à 13 000 milliards de dollars la richesse additionnelle que générerait globalement d’ici à 2030 l’adoption de l’IA. Soit un surplus de croissance de 1,2% par an sur douze ans. Dans une autre étude (8) parue en 2020 et intitulée « Will the AI Révolution Cause a Great Divergence ? », le FMI explique comment les nouvelles technologies, qui se basent notamment sur le développement de l’intelligence artificielle et l’automatisation, risquent à l’avenir d’avantager les pays riches par rapport aux autres pays en orientant les investissements et la création de richesse vers les pays où ces technologies sont déjà maitrisées.

Grâce aux nouveaux gains de productivité qu’elles vont engendrer, le rapport entre le capital et le travail va évoluer au détriment du second, faisant peser de nouvelles menaces sur les pays qui disposent d’une main d’œuvre peu ou pas qualifiée. Comme le notent les auteurs de l’étude, « (…) le capital, s’il est mobile à l’échelle internationale, est tiré vers le haut, ce qui entraîne une baisse transitoire du PIB dans le pays en développement ». Ce constat rejoint celui de l’économiste Gilles Saint-Paul qui a échafaudé pour le compte du CNRS en 2018 six scénarios (9) d’un monde sans travail à cause de l’automatisation et de l’intelligence artificielle. En préambule, il prévient : « supposons que dans cent ou cent cinquante ans, le travail des humains devienne moins compétitif que celui des robots, peu chers, corvéables à merci et parfaitement acceptés par la population. Dans ce cas, il faut bien comprendre que l’on quitte le régime qui fonctionne depuis la révolution industrielle. Dans celui-ci, la machine-outil améliore la productivité de l’ouvrier sans le remplacer ; cette productivité accrue permet à l’entreprise d’embaucher et d’augmenter les salaires. Finalement, elle profite à l’ouvrier et à la société en général », explique l’économiste.

Mais si la machine travaille seule, grâce au recours à l’intelligence artificielle, elle entre directement en concurrence avec le travailleur humain. On passe alors à un régime où le capital se substitue irrémédiablement au travail ; le salaire étant fixé par la productivité des robots et leur coût de fabrication. « Imaginons en effet que vous empaquetez des colis et que vous en faites vingt par heure. Si un robot qui coûte 10 euros de l’heure en fait le double, votre salaire horaire s’élève à 5 euros. ». Pire encore : « si ce robot se perfectionne et passe à quatre-vingts colis de l’heure, votre salaire sera divisé par deux. » Jusqu’à atteindre zéro ? C’est ce que pense Sam Altman, cofondateur de la société OpenAI à l’origine de la création de ChatGPT. En mars 2021, il écrivait sur son blog (10) : « cette révolution va créer une richesse phénoménale. Le prix de nombreux types de travail (qui détermine le coût des biens et des services) tombera à zéro lorsque des IA suffisamment puissantes rejoindront la population active ».

Avec des conséquences que l’on commence déjà à mesurer. Selon un rapport publié en 2021 par le National Bureau of Economic Research (10), l’automatisation et les algorithmes d’intelligence artificielle sont à l’origine de 50 à 70 % des variations des salaires américains depuis les années 80. Un constat partagé par le Forum économique mondial qui note dans un rapport (11) paru la même année que « les revenus réels des hommes sans diplôme universitaire sont aujourd’hui inférieurs de 15% à ce qu’ils étaient en 1980 ». Au cours des quinze dernières années, les plateformes ont concouru activement à ce phénomène négatif. Toujours plus précaire, les emplois qu’elles proposent représentent déjà selon Eurofund plus de 17% de ceux des indépendants en Europe (12).

Les travailleurs de ces plateformes seraient déjà 200 000 en France, selon le Ministère du Travail. Pour tenir leurs objectifs de rendement, les plateformes ont mis en place un management algorithmique qui se traduit par une surveillance renforcée de l’activité des travailleurs et une évaluation quotidienne de leurs performances. Cette “ubérisation” souvent dénoncée par les travailleurs eux-mêmes pose un réel problème de paupérisation des salariés et menace notre modèle social. Dans leur livre “Désubérisation, reprendre le contrôle(13), les auteurs s’interrogent : « ces plateformes ont-elles réellement réinventé le travail en offrant de nouvelles opportunités aux personnes qui en étaient éloignées ou, au contraire, n’ont-elles pas dégradé le travail en créant de nouvelles formes de précarité et des relations de travail altérées ? » Les livreurs ne bénéficient toujours pas de la protection du statut de salarié, n’ont pas le droit au retrait, ne jouissent pas des actions de prévention et des protections de la santé que les employeurs sont normalement tenus de mener. Ils sont également très exposés et très peu protégés face au risque économique.

Une croissance qui creuse les inégalités ? Rien de nouveau sous le soleil du capitalisme mondiale, surtout depuis l’avènement de l’économie du numérique qui a organisé à grande échelle un transfert de pouvoir à son avantage ou les gentilles startups se sont peu à peu transformées en véritables prédatrices sur des marchés où règne la règle du « winner takes it all ». Selon cette dernière, les entreprises ayant réussi à prendre un avantage sur leurs concurrentes se transforment vite en monopoles, entraînant une concentration des richesses sans précédent et l’apparition de multimilliardaires. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, parmi les dix hommes les plus riches au monde, six travaillent dans la nouvelle économie et le numérique. Le surplus de croissance et de richesse grâce à l’intelligence artificielle et son perfectionnement perpétuel dans les vingt prochaines années devraient d’ailleurs engendrer une nouvelle vague de milliardaires. 

Paradoxalement, c’est le plus souvent sur le capital que portent les réformes les plus ambitieuses, accentuant par ricochet les inégalités. Par exemple en France, l’impôt de solidarité sur la fortune est devenu un simple impôt sur la fortune immobilière, le prélèvement forfaitaire unique a été fixé à 30 % sur les revenus du capital, le taux de l’impôt sur les sociétés a été abaissé de 33% à 25%, les impôts de production ont été diminués de 10 milliards, les règles d’indemnisation du chômage ont été durcis, les APL amputées de 5€… Si toutes ces mesures ont eu un coût budgétaire élevé, privant au passage l’État et les collectivités de ressources nécessaires, elles n’ont pas non plus permis de baisser significativement le taux de prélèvements obligatoires, ce qui représentait le but premier de leur adoption. Ce dernier est passé d’après l’Insee de 44,7 % en 2018 à 44,3 % en 2021. 

Abondance et inégalités seront donc toujours les deux faces d’une même pièce, représentant un véritable casse-tête pour le législateur souvent démuni face à des géants technologiques aux ressources quasi illimitées et qui concurrencent l’Etat jusque dans ses missions régaliennes. En plus d’accentuer les inégalités économiques, l’intelligence artificielle représente une multitude de nouveaux enjeux dont il faut dès aujourd’hui corriger les excès. 

Des solutions existent déjà

Tout d’abord, le système fiscal qui fait la part belle à toutes les solutions d’exemption fiscale des géants technologiques, et qui ne permet pas à l’ensemble de la population de bénéficier pleinement de cette révolution technologique, doit être réformé en profondeur. En Europe, certains pays ont été complices des GAFAM pour minimiser au maximum l’imposition sur les bénéfices des entreprises. Ainsi, le bénéfice sur une vente à un client français ne sera pas imposé à 25%, qui est le taux d’impôt en vigueur en France pour les entreprises, mais à 12,5% si le siège de la société est en Irlande. C’est tout le combat de l’économiste Gabriel Zucman qui milite pour une taxation des entreprises en fonction du lieu où leur chiffre d’affaires est réalisé. Autres pistes : l’instauration d’une taxe spécifique sur le capital ou encore sur les superprofits, à l’instar de la « taxe GAFA » qui n’arrive toutefois pas à dépasser le stade des négociations à l’OCDE.

D’autres solutions émergent dans les débats à gauche pour gommer les excès de la concentration des richesses. Le premier concerne les données personnelles. La solution consisterait à nationaliser nos données utilisées par les entreprises. Comment ? En élargissant le rôle de la CNIL pour rassembler et chiffrer l’ensemble des données de la population pour les mettre ensuite à disposition des entreprises, sous certaines conditions.

Pour de nombreux observateurs, cette nouvelle ressource financière permettrait, par exemple, à l’Etat de financer de nouveaux programmes en faveur de la santé ou de l’environnement, de doter d’un capital de départ tous les Français à leur majorité ou encore de mettre en place un revenu universel de base équivalent au seuil de pauvreté mensuel. Un scénario qui n’est pas nouveau mais que l’intelligence artificielle, par son impact supposé sur les emplois et l’accroissement des richesses, rend possible.

Utopique ? Sans doute. Mais même les gourous de la Silicon Valley y croient de plus en plus. Toujours selon Sam Altman (14), l’intelligence artificielle va créer suffisamment de richesse dans les dix années à venir pour permettre de verser 13 500 dollars par an à chaque adulte aux États-Unis. Il propose à l’Etat de créer l’« American Equity Fund » en instaurant sur les grandes entreprises, dont le chiffre d’affaires dépasse un milliard de dollars, une taxe de 2,5% sur leur valeur boursière sous forme d’actions et 2,5% de la valeur de toutes leurs terres en dollars. Ce nouveau revenu serait ensuite versé à chaque citoyen américain de plus de 18 ans.

Au-delà des inégalités économiques, la généralisation de l’intelligence artificielle comporte d’autres carences qu’il faudra corriger. La première d’entre elles est d’ordre démocratique. De sérieux doutes planent sur l’ingérence russe dans la victoire de Donald Trump en 2016. Tout comme des doutes subsistent encore sur la victoire du camp du « Leave » lors du référendum pour ou contre le Brexit. Le scandale de « Cambridge Analytica » a mis en lumière le rôle de cette entreprise spécialisée dans l’exploitation des données dans le résultat final du référendum avec l’utilisation illégale de plus d’un million de comptes Facebook. Ancienne cadre de l’entreprise, Brittany Kaiser a révélé dans son livre « l’Affaire Cambridge Analytica” comment l’entreprise avait créé à dessein des publicités politiques utilisant la peur pour manipuler les masses. Pour y remédier, une meilleure régulation des réseaux sociaux est indispensable, en ciblant en priorité les fakes news, les commentaires haineux et les théories du complot, sans affaiblir la liberté d’expression et le droit à l’information.

La seconde carence est d’ordre sociétal. Les algorithmes que certains réseaux sociaux utilisent ont tendance à reproduire, voire aggraver, le racisme ou encore l’homophobie dans la société en mettant en avant les contenus les plus négatifs. Les propres chercheurs de Facebook l’ont d’ailleurs admis dans un document interne rendu public par le Wall Street Journal (15). « 64% de toutes les adhésions à des groupes extrémistes ont pour origine nos propres outils de recommandations. (…) Nos algorithmes exploitent l’attrait du cerveau humain pour la discorde ». Ces conclusions rejoignent celles déjà dressées par Cathy O’Neil, mathématicienne et data scientist, dans son livre « Algorithmes, la bombe à retardement » (16). Elle y met en évidence les dérives de l’industrie des algorithmes qu’elle qualifie « d’armes de destruction mathématiques qui se développent grâce à l’ultra-connexion, leur puissance de calcul exponentielle (…) et font le jeu du profit ».

Au travers de plusieurs exemples, l’auteure démontre comment les algorithmes reproduisent les inégalités dans les domaines de la justice, l’éducation, l’accès à l’emploi ou au crédit financier. En cause : les biais algorithmiques. Ces derniers apparaissent quand les données utilisées pour entraîner l’intelligence artificielle reflètent les valeurs implicites des humains qui les collectent, les sélectionnent et les utilisent. Autrement dit, les algorithmes ne nous libéreraient pas d’idéologies racistes ou homophobes, d’opinions nocives ou de préjugés sexistes… Au contraire, elles nous y enfermeraient !

Comment se prémunir de ces biais ? Cathy O’Neil semble avoir trouvé la solution. Elle milite pour la réalisation d’audits algorithmiques indépendants. Elle a même fondé son propre cabinet spécialisé dans ce domaine. De leur côté, les Etats pourraient rédiger des lois obligeant les entreprises qui réalisent un certain chiffre d’affaires à soumettre leurs algorithmes à une batterie de contrôles pour déceler d’éventuels biais et les “réparer”.

Enfin, la troisième carence est environnementale. Les algorithmes sont une nouvelle source d’exploitation des ressources, de pollution et d’émission de CO2. Selon les travaux de chercheurs du MIT, l’entraînement d’un modèle d’intelligence artificielle peut générer environ 282 tonnes d’équivalent CO2, soit cinq fois plus qu’une voiture américaine durant tout son cycle de vie. Plus globalement, le secteur numérique représente déjà à lui seul près de 4% des émissions totales de gaz à effet de serre. Des solutions existent pourtant pour diminuer l’empreinte écologique de l’intelligence artificielle : limiter le nombre de calculs et donc la consommation énergétique des algorithmes, utiliser une électricité décarbonée lors de leur apprentissage et généraliser les « green data centers », créer de nouveaux processeurs moins énergivores…

Pour finir, j’ai laissé à l’intelligence artificielle ChatGPT le soin d’écrire la conclusion de cet article, après l’avoir nourri avec plusieurs données essentielles pour sa compréhension des enjeux liés à la concentration des richesses et à l’accroissement des inégalités. J’ai décidé de mettre des guillemets à sa prise de parole, comme s’il s’agissait d’une personne à part entière.

Selon elle, « bien que l’intelligence artificielle puisse offrir des avantages et des opportunités pour l’ensemble de la société, il est de plus en plus évident qu’elle va accroître les inégalités et accélérer la concentration des richesses. Les entreprises et les individus les plus riches et les mieux équipés pour exploiter les avancées technologiques bénéficieront des avantages de l’IA, tandis que ceux qui n’ont pas les moyens de suivre le rythme seront laissés pour compte. Cette disparité pourrait entraîner une fracture sociale et économique de plus en plus importante et mettre en danger les perspectives d’un développement durable et équitable. Il est donc impératif que les gouvernements et les organisations travaillent ensemble pour élaborer des politiques et des initiatives qui garantissent que les avantages de l’IA soient distribués de manière équitable et que les inégalités soient réduites plutôt qu’accentuées. »

Références

(1)https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/teletravail-resultats-d-une-etude-sur-l-activite-professionnelle-des-francais

(2)https://www.mutualite.fr/actualites/19-millions-nombre-de-teleconsultations-remboursees-par-lassurance-maladie-en-2020/

(3)GAFAM : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft

(4)NATU : Netflix, Airbnb, Tesla et Uber

(5)BATX : Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi

(6)https://www.cnil.fr/fr/reglement-europeen-protection-donnees/chapitre1

(7)https://www.lesnumeriques.com/pro/pourquoi-l-intelligence-artificielle-redevient-la-priorite-des-geants-de-la-tech-a206335.html

(8)https://www.imf.org/en/Publications/WP/Issues/2020/09/11/Will-the-AI-Revolution-Cause-a-Great-Divergence-49734

(9)https://lejournal.cnrs.fr/articles/six-scenarios-dun-monde-sans-travail

(10)https://moores.samaltman.com

(11)https://fr.weforum.org/reports?year=2021#filter

(12)http://www.senat.fr/rap/r19-452/r19-452_mono.html

(13)https://editionsdufaubourg.fr/livre/desuberiser-reprendre-le-controle

(14)https://moores.samaltman.com

(15)https://www.wsj.com/articles/facebook-knows-it-encourages-division-top-executives-nixed-solutions-11590507499

(16)https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/11/07/cathy-o-neil-les-algorithmes-exacerbent-les-inegalites_5380202_4408996.html

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

dans la même catégorie...

NOS REVUES

C’est encore mieux version papier.

Lire aussi...

Maryse Condé, un monument littéraire s’en est allé
Des trains bientôt moins chers avec Kevin Speed ?
Comment l’IA pourrait bénéficier à l’extrême droite
Marx et Veblen permettent de comprendre les crises écologiques davantage que le Club de Rome et Latour
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter