La Cité

Travail, emploi et transformation agroécologique : partie 1

Garantir le droit à l'alimentation et une juste rémunération des travailleurs agricoles
Les conditions socio-économiques et environnementales déplorables au sein desquelles évolue actuellement l’agriculture nous imposent une transformation radicale de nos systèmes agricoles et alimentaires. Ils devront revenir de leur course vers toujours plus de mondialisation, de libéralisation et de recherche de productivité maximale du travail qui ne se traduit que trop souvent par une détérioration des conditions des travailleurs agricoles.

Les logiques libérales de marché ont transformé, au fil des décennies, les systèmes alimentaires et agricoles. Elles ont créé un goulot d’étranglement par la constitution d’oligopoles au niveau des industries agro-alimentaires et des centrales d’achat des entreprises de la grande distribution. Alors livrées à une concurrence mondiale, seules les entreprises pouvant suivre la course folle à la compétitivité et aux économies d’échelle ont pu survivre. Cette concentration en aval de la production agricole et a précipité l’agriculture dans ce même engrenage, par la spécialisation et la standardisation des exploitations agricoles et des territoires, au gré des « avantages comparatifs ». Par nature, l’agriculture ne peut suivre le rythme de concentration des multinationales de l’agro-alimentaire et de la grande distribution. En effet, entre autres raisons, travailler avec le vivant limite la standardisation et la mécanisation possible des systèmes de production. Cette course à la compétitivité était perdue d’avance, et les rapports de force dans la répartition de la valeur ajoutée au sein des filières agro-alimentaires sont aujourd’hui fortement en défaveur des producteurs. De plus, cette course à la compétitivité, symbolisée par la naissance d’une agriculture industrielle, a permis la naissance de multinationales de l’agro-fourniture, elles aussi constituées en oligopoles pour les mêmes raisons que pour les multi-nationales de l’agro-alimentaire et de la distribution. Ainsi, en 2016, sur 100€ de consommation finale, seuls 6€ reviennent aux producteurs, selon les données France Agrimer(1). De plus, l’agriculture industrielle, née de cette dynamique suicidaire, est responsable de nombreux dommages sanitaires, environnementaux et sociaux.

Ainsi, une rupture avec les logiques libérales et mondialisées actuelles nous est imposée entres autres par les défis sanitaires, climatiques, de maintien de la biodiversité mais aussi de redynamisation des territoires pour recouvrir notre souveraineté alimentaire. Cependant, elle se révèle être aussi une solution. En effet, une transformation des systèmes agricoles par les principes de l’agroécologie, ainsi qu’une reterritorialisation des circuits de distribution alimentaires, alors composés d’un artisanat agro-alimentaire diversifié, complémentaire et dynamique, est la seule à même de répondre aux enjeux économiques, environnementaux et sociaux de notre époque.

Cet article (en 3 parties) se propose donc de donner à voir sur les implications de cette transformation agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires sur le travail en agriculture. Basée sur le scénario Afterres 2050(2), il se veut prospectif et permettra de donner un ordre d’idée de l’effort économique à demander aux acteurs des filières ainsi qu’au consommateur pour une bonne rémunération des travailleurs agricoles, une redynamisation de nos campagnes et la garantie du droit à une alimentation saine pour tous dans des systèmes agricoles et alimentaires alors durables.

1.    Le besoin en travail dans les systèmes agroécologiques
Une modification du système agricole français

Afin de concrétiser et d’illustrer la transformation des systèmes agricoles et alimentaires appelée ces dernières années par une partie toujours croissante de la société, plusieurs scénarios prospectifs sur l’alimentation et l’agriculture de demain ont été proposés. Parmi eux, peuvent être cités, les scénarios Afterres 2050 ou encore TYFA. Le premier scenario prône, entre autres, une diminution drastique de la consommation de protéines animales ainsi qu’une compensation partielle de cette diminution par la consommation de protéines végétales(2). L’augmentation des protéagineux est indispensable à notre souveraineté protéique (soit l’atteinte d’une production de protéines végétales qui permettent de répondre à nos besoins pour l’alimentation animale et humaine aujourd’hui couverts par de massives importations en provenance d’Amérique du Sud) ainsi qu’à la modification de nos habitudes alimentaires en substitution de protéines animales. Ces dernières seraient alors produites par des systèmes en polyculture élevage afin d’en maximiser les synergies(3). De plus, au regard du besoin de recouvrer notre souveraineté alimentaire, dont les fragilités ont été mis à jour lors de la crise sanitaire de la Covid-19, l’augmentation de la production de fruits et de légumes est indispensable en France. En effet, 50% de notre consommation de fruits et légumes est aujourd’hui importée(4). Les conclusions de cette étude sont donc en phase avec les transformations nécessaires au recouvrement de notre souveraineté alimentaire ainsi qu’à une réinsertion des systèmes agricoles au sein des cycles naturels.

Ainsi, notre analyse prospective s’est basée sur le scénario Afterres 2050 (2) dans sa variante généralisation de l’agriculture biologique. En effet, au vu de la concentration des données disponibles relevant de l’agroécologie autour de l’agriculture biologique, il semblait pertinent de se focaliser sur cette variante afin de pouvoir réaliser notre prospective.  Le scénario Afterres 2050 met en avant quatre changements majeurs à l’échelle nationale dans les systèmes agricoles :

  • Une diminution de 300 000ha et de 15 900 milliers de tonnes de blé tendre ;
  • Une augmentation de 1 900 000ha et de 3 300 milliers de tonnes de protéagineux à destination aussi bien de l’alimentation animale comme humaine avec tout de même une large augmentation de la part dédiée à cette dernière ;
  • Une augmentation de 70 000ha et de 200 milliers de tonnes de fruits ainsi que de 270 000ha et 6 100 milliers de tonnes de légumes ;
  • Une diminution de 910 000 têtes de vaches laitières et de 7 180 milliers de tonnes de lait ainsi que de 2 610 000 têtes de vaches allaitantes et de 660 milliers de tonnes poids carcasse.

Au vu des données disponibles et des principaux axes de la transformation du système agricole français, cette prospective se centrera sur les ateliers céréales et oléo-protéagineux (COP), le  maraîchage et l’élevage laitier.

Une augmentation du besoin en travail

Le premier résultat de cette prospective que nous pouvons mettre en avant est l’augmentation du besoin en travail d’environ 380 000 emplois supplémentaires dans les trois filières ciblées par cet article. Cette augmentation du nombre de travailleurs agricoles, aussi bien permanents que temporaires, est nécessaire à la mise en place de systèmes agroécologiques. En effet, ces systèmes impliquent une augmentation des surfaces de productions intenses en main d’œuvre, telle que le maraîchage, ou encore une augmentation des tâches non mécanisables(5).

Donc, du fait de la combinaison de l’augmentation de la main d’œuvre par exploitation agricole pour les productions maraîchères, de grandes cultures et laitières, et de la diminution de la taille des exploitations, la main d’œuvre totale au niveau national devrait augmenter(5).

Ainsi, si l’on reprend les surfaces de production maraîchères et de grandes cultures ainsi que le nombre de têtes de vaches laitières que compterait la France en 2050 selon le scénario Afterres 2050 et qu’on les divise par la surface moyenne, ou nombre de têtes de chacune des productions en agriculture biologique, il est alors possible de dire qu’au niveau national, nous aurions une augmentation de 111%, 809% et de 55% du nombre d’UTH (Unité de Travail Humain) respectivement pour les productions de céréales et oléo-protéagineux, de légumes frais et de lait (graphique ci-dessus). De plus, il convient d’ajouter que le nombre relatif de salariés temporaires et donc précaires serait réduit par rapport à la situation actuelle (5), notamment grâce au lissage de la charge de travail sur l’année, du fait d’une diversification des productions sur les exploitations agricoles(6). Une transformation agroécologique des systèmes agricoles, selon le scénario Afterres 2050, entraînerait donc une forte augmentation de la main d’œuvre agricole ainsi que de la qualité des emplois.

Une productivité du travail fortement impactée

Une augmentation du besoin en main d’œuvre pour une SAU (Surface Agricole Utile) française stable se traduira obligatoirement par une diminution de la productivité du travail en termes d’homme à l’hectare, mais aussi en termes de quantité de travail humain nécessaire pour produire une unité de rendement. En effet, les rendements en agriculture biologique sont 20% plus faibles qu’en agriculture dite conventionnelle(7). Or, cette diminution de la productivité physique n’est en rien préoccupante, au regard du contexte français, caractérisé par un chômage important et une surproduction évidente par rapport aux besoins de sa population, notamment sur certaines productions telle que le blé tendre ou encore le lait.

Il faut néanmoins s’attarder sur le cas de la rentabilité de l’agriculture suite à la transformation agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires. Ainsi, la production de valeur ajoutée au niveau de l’exploitation agricole dépend de plusieurs paramètres :

  • Le prix de vente final au consommateur, qui régit la création totale de valeur ajoutée à l’échelle des filières.
  • Le prix de vente au producteur, qui dépend du prix précédent ainsi que la répartition du montant total de valeur ajoutée au sein des filières, sa fixation étant dominée par des rapports de force défavorables aux producteurs du fait des oligopoles créées en amont et en aval(8).
  • Les charges opérationnelles des exploitations agricoles qui, soustraites au prix précédent, donne à voir sur leur marge brute.

Du fait de cette modification en profondeur de la composition du système agricole français à l’horizon 2050, selon le scénario Afterres 2050 et les hypothèses posées pour cette prospective (cf annexe), les résultats économiques sont fortement modifiés. Ainsi, du fait des données disponibles, nous centrons notre analyse à l’échelle des filières suivantes : le blé tendre panifiable, la lentille, le maraîchage ainsi que la production laitière sans transformation. Cela permet d’avoir une bonne représentativité des principaux changements du système agricole suivant le scénario Afterres 2050 et ainsi d’obtenir une prospective plausible.

Une rentabilité encore majoritairement insuffisante

En 2050, d’après notre prospective, la rentabilité hors subventions (calculée comme la marge brute/UTA) des productions céréales-protéagineux et maraîchères serait augmentée respectivement de 56% et de 99% tandis que celle de la production laitière diminuerait respectivement de 22%. On peut en conclure un trop faible prix du lait ainsi qu’une non viabilité des exploitations spécialisées en élevage. En effet, l’élevage ne pourra entrer dans une transformation agroécologique des systèmes agricoles qu’intégré aux productions végétales et avec une production animale mixte (lait et viande) (3). A noter qu’une forte hausse de la rémunération serait à attendre sur le maraîchage avec une rentabilité qui double en parallèle d’une multiplication par neuf des travailleurs agricoles dans cette filière.

2.    Pour l’engagement d’une transformation agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires
Rémunérer correctement les travailleurs agricoles

Trois options pour combler les écarts de rentabilité observés se présentent alors :

D’après les données issues d’une étude de 2018 de l’Atelier des Etudes Economiques, la part des marges brutes utilisées pour la rémunération des actifs, en agriculture biologique, pour les grandes cultures est de 28% et pour le lait de 40% (10). Le reste est destiné à financer les charges de structure. Une des solutions serait donc d’augmenter la part de marge brute utilisée pour la rémunération des actifs. La transformation agroécologique des systèmes agricoles par une mutualisation du matériel ou encore des bâtiments ainsi que par une diminution du recours à la mécanisation du fait d’une maitrise plus importante encore des itinéraires techniques pourraient permettre une diminution des charges fixes ainsi que des amortissements. Enfin, cette transformation visant une diminution de l’endettement des exploitations par une augmentation de leur autonomie, permettrait une diminution des frais financiers.

Notre prospective nous permet d’avancer que, sans répercussion à la hausse sur le prix au consommateur additionnelle à la généralisation des prix du bio, pour les céréales-protéagineux, 5,1% de la marge de l’aval de la filière pain et/ou 4,3% de la marge de l’aval de la filière lentille redistribuée aux producteurs permettrait aux travailleurs agricoles de cette filière d’obtenir le salaire minimum défini dans cette note. Il en va de même avec une redistribution de 21,9% pour la filière laitière. A noter que la majorité de la marge de l’aval de la filière céréales-protéagineux est captée par les enseignes de la grande distribution alors que pour la filière lait l’industrie agro-alimentaire capte la majorité de la valeur ajoutée. 

Enfin, la dernière solution est bien évidemment d’augmenter la marge brute, non pas par une augmentation du prix au consommateur qui menacerait l’accessibilité alimentaire, mais par une diminution des charges opérationnelles (charges variables liées notamment aux intrants : engrais, semences, produits phytosanitaires, etc) qui pourrait être permise par une meilleure maitrise et un meilleur équilibre des écosystèmes en maximisant ainsi les synergies.

Mais une fois cela dit, il reste un point essentiel à traiter. L’augmentation importante des prix alimentaires au consommateur du fait de la généralisation des prix du bio pourrait détériorer l’accessibilité alimentaire déjà insuffisante actuellement. Comment faire en sorte de conjuguer rémunération correcte des travailleurs agricoles dans des systèmes agricoles agroécologiques et accessibilité alimentaire ?

Garantir le droit à l’alimentation

Afin de traiter cette question, mettons en perspective les données d’augmentation des prix alimentaires liée à la généralisation des prix du bio avec le besoin de redistribution de la marge captée par l’aval des filières pour une bonne rémunération des travailleurs agricoles (selon le revenu minimum défini dans cet article)

Répartition de la valeur ajoutée à l’aval des filières et augmentation de la rémunération nécessaire au producteur

 

 

Pain (€/kg)

Lentille (€/kg)

Légumes (€/kg)

Lait (€/l)

Prix de produits issus de l’agriculture conventionnelle au consommateur

3,471

2,552

2,363

0,764

Prix de produits issus de l’agriculture biologique au consommateur

3,721

52

4,223

0,875

Variation

+7 %

+96 %

+79 %

+15 %

Variation de la VA destinée à la rémunération des producteurs/unité de production pour rémunération minimum

+0,17€

+0,17€

-0,45€

+0,09€

Part de la VA de l’aval des filières à redistribuer au producteur

5,1 %

4,3 %

21,9 %

Augmentation du prix au consommateur des légumes si rémunération au min

59,7 %

 

 

(1) : Moyenne sur 5 ans de 2012 à 2016

: (11)

: (12) Moyenne 2018-2019

: (1) données 2019 lait UHT demi-écrémé

5 : Répercussion seule de la variation du prix au producteur (Hypothèse : marge constante pour le lait biologique et le lait conventionnel) – Données indisponibles  

Or, pour les filières blé tendre panifiable, lentilles, légumes et lait, la part de la valeur ajoutée captée par l’aval des filières est de respectivement 90%, 79%, 45% et 47% du prix final dont respectivement 88%, 99%, 100% et 34% de cette part de la valeur ajoutée finale récupérée par la grande distribution (pour le lait 78% de la valeur ajoutée est captée par l’industrie agro-alimentaire).

Il semble donc tout à fait plausible, au vu des chiffres, qu’un encadrement des marges couplé à une reterritorialisation et à une simplification des circuits de distribution permettent une bonne rémunération des actifs agricoles ainsi qu’un prix au consommateur probablement moins élevé que le prix actuel des produits issus de l’agriculture biologique. En effet, pour les filières blé tendre panifiable, lentilles et lait, une redistribution au producteur de 5,1%, 4,3% et 21,9% de la valeur ajoutée captée par l’aval des filières permettrait une rémunération des actifs agricoles au simple salaire minimum calculé dans cet article.  Pour ce qui est des légumes nous pouvons même affirmer que cette rémunération minimum serait permise même avec une diminution de 45% des prix au consommateur à partir des prix actuels du bio.

En outre, afin de garantir le droit à l’alimentation et ainsi l’accessibilité à une alimentation saine, diversifiée et de qualité à tous les individus, l’État devrait aussi adopter une fiscalité avantageuse pour certains produits, développer des systèmes de protection sociale tels que la Sécurité sociale de l’Alimentation ou encore agir sur la diminution des autres postes de dépenses contraints des ménages tels que l’énergie. En effet, d’après notre prospective, l’effort de redistribution de la valeur ajoutée demandé pour la production de lait serait assez important malgré l’augmentation déjà considérable du prix au consommateur du fait de la généralisation du prix bio. De plus, l’effort de redistribution de la valeur ajoutée pour les lentilles ne serait pas très important mais, du fait de la généralisation du bio, le prix au consommateur aurait déjà presque doublé. Les prix des légumes, par la généralisation des prix du bio, augmenteraient toujours de 59,7%, en comparaison à une augmentation initiale de 79%, si le surplus de rémunération au producteur par rapport.

Ainsi, afin de prendre en compte l’évolution des circuits de distribution vers les circuits courts de proximité, une fiscalité avantageuse devrait s’appliquer à l’échelle du producteur combinée à un encadrement des marges sur toute la filière. Ainsi, dans un objectif de recouvrement de notre souveraineté agricole et alimentaire et de modification de nos habitudes alimentaires, le soutien économique devrait se concentrer principalement sur les fruits et légumes ainsi que sur les protéagineux afin d’en augmenter significativement la production ainsi que l’accessibilité pour les consommateurs tout en permettant une bonne rémunération des travailleurs agricoles. Sur le blé tendre panifiable ainsi que sur le lait, un simple encadrement des marges devrait être effectué, permettant ainsi d’éviter une augmentation additionnelle du prix du pain et de limiter l’augmentation du prix du lait. Cette légère augmentation va dans le sens de la nécessité de réduire notre consommation de produits animaux.

Conclusion

La transformation agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires est absolument nécessaire, au vu des défis climatiques et de santé publique auxquels nous faisons face. C’est aussi une solution pour notre souveraineté alimentaire, ainsi que pour la bonne rémunération des travailleurs de toutes les filières agro-alimentaires. Cet article prospectif a montré que la transformation agroécologique des systèmes agricoles et alimentaires allait nécessiter une forte augmentation du besoin en travail. Mais l’arrivée de ces nouveaux travailleurs dans le secteur agricole ne se fera pas sans une meilleure rémunération au niveau de la production.

Pour cela, l’augmentation du prix au consommateur serait indispensable, mais elle ne doit pas pour autant mettre en péril l’accessibilité à l’alimentation. Des mesures fiscales et facilitatrices devront donc être prises afin d’encadrer les marges des différents intermédiaires au sein des filières. En effet, cette prospective a montré que l’effort de redistribution de l’aval vers les producteurs n’était globalement pas très important et pourrait donc se faire sans mal. En plus de cela, des mécanismes de subvention au niveau des producteurs mais aussi des distributeurs devront être mis en place pour favoriser les productions et aliments bruts ou peu transformés, permettant à chaque consommateur de composer des repas sains et nutritifs. Il faut noter qu’à terme, une alimentation saine aussi bien du point de vue sanitaire qu’écosystémique permettra une diminution des coûts indirects de santé et de dépollution des eaux qui pourrait ne pas entraîner de perte de pouvoir d’achat des ménages.

Annexe : Les hypothèses de cette étude prospective
  • La comparaison entre les résultats économiques actuels et ceux probables en 2050 en suivant le scénario Afterres 2050 porte sur la comparaison des différents prix au producteur, au consommateur et des charges opérationnelles entre agriculture dite conventionnelle et agriculture biologique.
  • Les résultats économiques finaux sont basés sur la généralisation des prix actuels des produits issus de l’agriculture biologique du fait d’une impossibilité à prévoir avec précision l’évolution des prix de l’agriculture biologique dans le cas de sa généralisation à l’échelle nationale.
  • Le revenu minimum d’un travailleur agricole à temps plein a été calculé selon la charge hebdomadaire de travail d’en moyenne 54,4h [9] multipliée par le SMIC horaire brut qui est de 10,15 € au mois de janvier 2021.
  • L’analyse économique des céréales est centrée sur les résultats économiques du blé tendre qui représente majoritairement les céréales produites en France.
  • L’analyse économique des protéagineux s’est centrée sur les résultats économiques de la culture de lentille qui est un protéagineux aujourd’hui principalement utilisé dans l’alimentation humaine. Par cette hypothèse, nous tâchons de prendre en compte une probable augmentation du prix moyen des protéagineux du fait d’une part croissante dédiée à l’alimentation humaine.
  • Les résultats économiques pris en compte dans l’analyse pour les exploitations en COP en agriculture biologique sont ceux des associations céréales-protéagineux dont nous faisons l’hypothèse qu’elles seront majoritaires à l’issue d’une transformation agroécologique des systèmes agricoles.
  • L’analyse économique de la filière laitière est centrée sur une production laitière sans transformation dans son analyse des prix au consommateur (prix au litre de lait UHT demi-écrémé).

Références

(1)France AgriMer, 2020, Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires – Rapport au Parlement 2020, 448p, https://www.franceagrimer.fr/content/download/64646/document/Rapport_2020_OfPM.pdf

(2)Association Solagro, Courturier C., Charru M., Doublet S. et Pointereau P., 2016, Afterres 2050, 96p, https://afterres2050.solagro.org/wp-content/uploads/2015/11/Solagro_afterres2050-v2-web.pdf

(3) Collin P., Levard L., 2020, L’élevage au cœur des transformations agricoles et alimentaires, Laboratoire d’idées UTAA, 20p

(4) Duplomb L., 2019, La France, un champion agricole mondial : pour combien de temps encore ?, Rapport d’information au Sénat n° 528, 31p, https://www.senat.fr/rap/r18-528/r18-5281.pdf

(5) Forget V., Depeyrot J.-N., Mahé M., Midler E., Hugonnet M., Beaujeu R., Grandjean A., Hérault B., 2019, Actif’Agri. Transformations des emplois et des activités en agriculture, Centre d’études et de prospective, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, la Documentation française, Paris, https://agriculture.gouv.fr/actifagri-de-lemploi-lactivite-agricole-determinants-dynamiques-et-trajectoires

(6) Pimentel D., Hepperly P., Hanson J., Douds D. et Seidel R., 2005, Environmental, Energetic, and Economic Comparisons of Organic and Conventional Farming Systems, BioScience, 55, 7, 573-582, https://academic.oup.com/bioscience/article/55/7/573/306755

(7) de Ponti T., Rijk B. Van Ittersum MK., 2012, The crop yield gap between organic and conventional agriculture, Agricultural Systems, 108, 1-9, https://doi.org/10.1016/j.agsy.2011.12.004

(8) Ritzenthaler A., 2016, Les circuits de distribution des produits alimentaires, Avis du CESE, 186p, https://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2016/2016_03_circuit_produits_alimentaires.pdf

(9) Chambre d’Agriculture, 2018, Repères socio-économiques sur l’agriculture française – Evolutions sur longue période, 19p, https://chambres-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/National/memento-agriculture-VD-version-web.pdf

(10) L’atelier des Etudes Economiques, 2019, Références économiques en Agriculture Biologique – Normandie et Pays de la Loire, 52p, Étude_bio_2018_gl_20191118.pdf (agriculteurs-85.fr)

(11) Denhartigh C. et Metayer N., 2015, Diagnostic des filières légumineuses à destination de l’alimentation humaine en France – Intérêt environnemental et perspectives de développement, 53p, https://solagro.org/images/imagesCK/files/publications/f12_diagnosticlegumineusesalim.pdf

(12) Familles rurales, 2019, Observatoire des prix des fruits et légumes 2019 – Dossier de Presse, 12p, https://www.famillesrurales.org/sites/multisite.famillesrurales.org._www/files/ckeditor/actualites/fichiers/DP%20Observatoire%20des%20Prix%20FL%20%202019_0.pdf

Lire aussi...

Huit ans après le référendum, le Royaume-Uni et l’Europe à l’aube des élections 2024
La Moldavie et le projet européen
Entretien avec l’ambassadeur de France en Moldavie
La faillite intellectuelle d’Emmanuel Todd (2/2)
The Golden Notebook (Le carnet d’or) de Doris Lessing
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter