Luttes d'hier & Luttes d'ailleurs

Le Sénégal à l’aube d’un grand basculement ?

Le Sénégal est souvent reconnu comme un des pays les plus stables d’Afrique. Mais la crise sanitaire passée par-là, l’économie du pays s’est retrouvée asphyxiée. La guerre en Ukraine vient désormais aggraver une situation déjà extrêmement tendue pour un Sénégal qui importe 40% de son blé de Russie. Et c’est désormais toute une démocratie que l’on sent vaciller… pour le meilleur ou pour le pire ? Nous sommes allés à la rencontre de Sénégalais pour dresser ce modeste panorama de la situation politique du pays, notamment de militants du PASTEF, le parti d’Ousmane Sonko, principal opposant du Président Macky Sall.

Avec des taux de croissance de 5 ou 6% avant la crise, le Sénégal a longtemps fait figure de « bon élève » aussi bien politique qu’économique. Mais avec la crise Covid, le secteur du tourisme, vital pour une importante partie de la population, a été frappé de plein fouet. La croissance est tombée à 1,5% en 2020. Le chômage atteint 24,1% fin 2021, soit 7,8 points de plus que fin 2020. Il touche plus fortement les zones rurales (29,8% contre 19,1% en zone urbaine). Mais il s’est propagé dans toutes les strates éducatives d’un pays marqué par un taux d’analphabétisme élevé (plus de 50% de la population). « Les gens en ont marre, il n’y a pas de travail, même pour ceux qui ont le bac », déplore une militante du PASTEF. Les diplômés du supérieur peinent tout autant à décrocher un contrat de travail. Un tiers seulement d’entre eux trouve un emploi à la hauteur de leur qualification. 

La jeunesse se sent coincée, sans perspective radieuse pointée à l’horizon, si ce n’est une Europe souvent fantasmée. Une partie d’entre elle tente sa chance vers l’autre continent, en « prenant la mer » sur les typiques pirogues qui parsèment toutes les côtes du pays. Des départs vécus ici comme des drames pour des parents inquiets du sort de leurs enfants, et qui ne décolèrent pas contre leur gouvernement qui n’a plus d’espoir à offrir à ses nouvelles générations. Ousmane Sonko souhaite incarner cet espoir auprès de la jeunesse qu’il n’a de cesse de séduire. « S’il y a un bon Président ici, les gens ne vont plus partir par la mer. », se persuade Mamadou Diallo, responsable syndical et d’une cellule du PASTEF. Pour autant, beaucoup n’attendent pas une potentielle alternance politique pour agir face à l’émigration. Ils s’organisent en associations pour traquer les passeurs, et trouver des solutions pour les jeunes désemparés. Même si, comme l’avouera le jeune Issa qui travaille 72 heures par semaine comme agent de sécurité, sans congés payés : « Si je trouve un bon travail ici, je resterai. Je préfèrerais. Mais sinon, j’essayerai d’aller aux Etats-Unis, ou en France. Cela devient trop difficile ici… ». Pourtant, Issa n’est pas un opposant au Président Macky Sall. Au contraire, il le soutient, mais reste lucide sur les très nombreux problèmes que doit affronter sa patrie : « Beaucoup de corruption, un peuple exploité, une élite qui reste sous la tutelle de la France… ». Un peuple plongé dans une pauvreté grandissante, avec 2 millions de « pauvres » supplémentaires en un an entre 2020 et 2021(1), et 8 ménages sur 10 qui ont vu leurs revenus drastiquement baisser(2).

Le plan d’aide d’1,5 milliards d’euros et l’interdiction de la mise au chômage décidés par Macky Sall n’auront pas permis d’atténuer la colère des Sénégalais. Une colère qui explosera en mars 2021 à la suite de l’arrestation de Sonko pour des accusations de viol dénoncées par celui-ci comme un complot pour faire taire l’opposition. Des émeutes qui feront au bas mot 5 morts et de nombreux pillages ou dégradations. Les entreprises françaises sur place seront particulièrement visées, comme pour signifier à l’ancien colon que l’autonomie du pays ne pourra que difficilement se concilier avec sa présence, quelle qu’elle soit. 

Sonko attise ce ressentiment grandissant face à un occident suffisant aux yeux de beaucoup, et face à la France en particulier. Il prône la préférence nationale pour le monde des affaires, sans remettre en cause le fonctionnement de celui-ci. Pas question de nationaliser, comme l’ont justement rappelé les militants du PASTEF : « On est dans un monde globalisé, on en est conscient. On veut favoriser les entrepreneurs Sénégalais, et renégocier certains accords avec les investisseurs étrangers. ». Un discours patriote qui voudrait favoriser finalement une bourgeoisie locale qu’ils dénoncent par ailleurs : « C’est un groupuscule au sommet de l’État. Si tu ne viens pas de cette caste alors tu n’as pas d’aide, tu n’as pas un bon accès à l’éducation. C’est la loi du plus fort. C’est la classe bourgeoise qui gouverne depuis 60 ans, pour elle. Regarde, Moustapha Niasse, le Président de l’Assemblée(3), il a été directeur de cabinet de Senghor ! ».

Un positionnement sur les occidentaux qui ne manque d’ailleurs pas d’agacer Issa : « Sonko est fou, il veut mettre tous les étrangers dehors ! ». Certains militants du PASTEF semblent tout de même être plus modérés, et animés d’un panafricaniste qui commencerait par se débarrasser du Franc CFA pour une monnaie commune. La fédération (voire la fusion) progressive de pays de l’Afrique de l’Ouest reste également à leurs yeux un objectif souhaitable.

Sentant ce qui se joue dans les entrailles du pays, Sonko « joue » sur les affects et le sens commun d’un peuple qui se raccroche à ses repères. Utilisant le ressentiment existant face aux pays du « nord » et leurs valeurs qu’ils voudraient imposer partout, il se fait le relai politique d’un traditionalisme religieux qui gagne du terrain. Symbole de cette montée religieuse dans un pays qui se dit laïc : l’influente association islamique JAMRA qui organise régulièrement des marches pour répéter son opposition stricte à l’homosexualité et durcir une loi pénale qui punit déjà de 5 ans d’emprisonnement un acte décrit comme « contre-nature ».  Abdou Laye, un guide touristique engagé dans la lutte contre l’émigration des jeunes, s’énervait quand nous lui évoquions ce sujet : « Y’a pas de « PD » au Sénégal. Vous, les occidentaux, vous faites ce que vous voulez, mais ici, ce ne sont pas nos valeurs. On n’en veut pas, ne nous l’imposez pas. ». Sonko a fait du durcissement des peines pénales contre les homosexuels un argument de campagne, espérant par-là se poser comme le rempart à l’occidentalisation des valeurs.

Démagogue pour certains, en prise avec le peuple pour d’autres, Sonko s’avère être un fin tacticien. Il se définit comme un « pragmatique » éloigné de toute idéologie. Cet ancien inspecteur des impôts s’est fait connaître en dénonçant la corruption au sommet de l’État sénégalais avant d’être remercié. Après avoir créé le « PASTEF, les patriotes » avec d’autres membres de la haute fonction publique, il sera le troisième homme de la présidentielle de 2019 avec 687 523 voix soit un peu moins de 16%. Mais il se forgera rapidement la stature de premier opposant au Président réélu, notamment après le ralliement à la majorité d’Idrissa Seck, arrivé deuxième à cette même présidentielle.

Il n’aura de cesse de prôner sa position pragmatique qui, comme nous l’expliquait un militant, est une doctrine « de défense des intérêts patriotiques et [des[ intérêts du peuple en garantissant la liberté des citoyens dans leur vie privée et leur activité professionnelle. C’est le respect de l’ordre public pour assurer la cohésion sociale et l’épanouissement de tous. Il y a une reconnaissance du rôle primordial de l’État dans le développement économique et social, dans le maintien de la paix et de la sécurité. Et c’est un parti qui se veut africain, pas seulement sénégalais. ». 

Un parti qui laisse de la place dans son organisation à des « mouvements ». Une représentante du mouvement des femmes évoquait leurs revendications : « On veut des financements, pour avoir accès à des formations, à des savoirs différents. On a besoin de trouver des emplois, nous aussi les femmes, pour pouvoir subvenir aux besoins de nos familles. Surtout les mères célibataires, elles ne peuvent pas vivre, c’est terrible pour elles. ». Et le leader du PASTEF apparaît comme leur seule lueur d’espoir : « Avec Sonko, ça va changer, il connaît la réalité du peuple, il sait ce que subissent les femmes ». Un élan fort pour plus de parité, au niveau économique, avec la volonté que la sécurité sociale protège réellement des risques de la vie. Pour ce qui est du reste, les traditions et coutumes ne sont pas remises en cause, quand bien même elles perpétuent une forme de domination masculine : du port du voile à la charge du ménage et l’éducation des enfants, elles assument, devant les hommes du parti : « Nous sommes des femmes africaines. Chez nous, ce n’est pas comme chez vous. C’est un peu chacun à sa place, c’est comme ça. ». De quoi mieux comprendre la stratégie de Sonko qui n’entend pas remettre en cause cette culture traditionnelle, mais bien la défendre. 

Une stratégie à plusieurs bandes qui a manqué de peu de faire mouche. Bien en amont des élections législatives qui se sont déroulées le 31 juillet 2022, il réussit un premier coup de force : rassembler une grande partie de l’opposition dans la coalition YAW (Yewwi Askan Wi, « Libérer le peuple »). Mieux : contre toute attente, il s’alliera à l’autre grande coalisation d’opposition, Wallu Sénégal (« Sauver le Sénégal »), dirigée par l’ancien président Abdoulaye Wade et son fils. Un pari qui s’avèrera payant mais pas gagnant, au terme d’une campagne troublée par de nombreuses affaires, rebondissements et éruptions de violence. 

En effet, la liste des titulaires de la coalition de Sonko, YAW, a été rejetée par le Conseil constitutionnel en juin, un peu plus d’un mois avant l’élection. En cause : une candidate à la fois sur la liste des titulaires et des suppléants. Seule la liste des suppléants restait alors en course, ce qui aura pour conséquence d’écarter tous les leaders de la coalition de toute possibilité d’être élus. Sonko et ses alliés ont d’abord appelé à boycotter ces élections. Des manifestations ont éclaté et ont provoqué la mort de plusieurs personnes. Et le leader de l’opposition a fini par rappeler au calme, et surtout aux urnes. 

Macky Sall avait quant à lui fait le pari de largement remporter ces élections législatives avec sa coalition Benno Bokk Yakaar (BBY, « unis par l’espoir »). Un pari optimiste quand on sait que quelques mois plus tôt, les élections locales lui avaient déjà été défavorables. L’opposition raflait alors de nombreuses grandes villes comme Dakar, Thiès, Diourbel ou encore Zinginchor, dans la Casamance acquise au leader de l’opposition. Et le Président en exercice est passé à trois sièges d’une sérieuses déconvenue pour ces législatives sous haute tension : sur les 157 députés de l’Assemblée nationale(4), l’alliance Wallu Sénégal (Wade) et YAW (Sonko) en emporte 80, BBY (Sall) en emporte 82, et 3 sièges sont remportés par des leaders de trois autres coalitions minoritaires. Trois faiseurs de roi, dont l’ancien maire de Dakar, Pape Diop, qui sauvera le Président d’une sérieuse déconvenue en le ralliant pour « préserver la stabilité » du pays ».  

Le Président s’en sort de justesse et va pouvoir nominer un nouveau 1er Ministre de son camp (s’il remet comme promis en place ce poste qu’il a supprimé en 2019). Il devra tout de même composer avec une nouvelle assemblée qui n’avait jamais été aussi hostile à un Président en place. Un Président qui laisse encore planer le doute sur un possible 3ème mandat, à deux ans du prochain scrutin présidentiel. Et ce alors même que la Constitution n’en permet que deux successifs. S’il venait à faire modifier la Constitution pour repasser en force, la stabilité déjà fragilisée de ce pays pourrait se briser pour de bon sur les ambitions démesurées d’un chef d’Etat incapable de lâcher le pouvoir d’un côté, et celles d’un jeune prétendant agité qui semble prêt à tout pour atteindre le sommet de l’autre côté. On ne peut écarter l’hypothèse d’une multiplication des manifestations d’opposition, de nouvelles émeutes pour défendre « la démocratie », face à un pouvoir qui se raidit et provoque de nouveaux morts, de nouvelles arrestations politiques injustifiées… Un tableau pessimiste obscurci d’autant plus par une situation internationale inflammable qui ne laisse rien présager de lumineux pour le fier peuple sénégalais. Seule réjouissance récente pour de nombreux désabusés : une Coupe d’Afrique des Nations remportée par les lions pour la première fois de son histoire cette année.

Références

(1)Selon l’économiste Demba Moussa Dembélé

(2)Selon l’agence nationale des statistiques (ANSD)

(4)Avant les législatives du 31 juillet 2022

(5)C’est l’unique chambre du système politique sénégal qui dispose tout de même d’un CESE.

Lire aussi...

Le dernier ouvrage de David Cayla : déclin et chute du néolibéralisme
L’école privée, berceau des inégalités
Splendeurs et misères de l’antiracisme, entretien avec Florian Gulli
Des barrages plutôt que des bassines : quelques réflexions hydrologiques sur la gestion de l’eau
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter