2024 : le déclin industriel de l’Europe continue

Prix de l’énergie élevé, règles budgétaires trop strictes, pénurie de main d’œuvre qualifiée, malgré une image redorée, l’industrie française et européenne fait face à de nombreux défis en ce début d’année 2024. Se pose dès lors la question du décrochage industriel du Vieux Continent face aux Etats-Unis et à la Chine.

Une baisse de la production industrielle qui se confirme

Lundi 15 janvier, Eurostat a publié une étude[1] mettant en lumière la baisse de 0,2% de la production industrielle de l’Union européenne entre octobre et novembre 2023. Soit le troisième mois consécutif de baisse (et une baisse annuelle de 5,8% en novembre).

Concernant la production de biens d’investissements (bâtiments, machine, équipements), celle-ci a baissé de 0,8% en novembre 2023 à l’échelle de l’Union européenne (8,7% de baisse entre novembre 2023 et novembre 2022).

Un manque cruel de travailleurs qualifiés

Si le coût de l’énergie figure encore en 2023 comme l’une des principales raisons des difficultés rencontrées par les acteurs industriels français et européens d’autres arguments sont également avancés.

L’un d’entre eux n’est autre que le manque de main d’œuvre qualifiée. Selon une étude publiée par la Banque européenne d’investissement et citée par Euractiv, 85% des entreprises européennes affirment que le manque de personnel qualifié est une barrière à l’investissement (plaçant ce critère devant celui des prix élevés de l’énergie, 82%).

Marjut Falkstedt, la secrétaire générale du Fonds européen d’investissement (FEI), détenu majoritairement par la BEI, affirme de ce fait qu’« il est maintenant nécessaire que les autorités publiques se concentrent sur l’élargissement et l’amélioration des possibilités de formation et qu’elles portent un regard neuf sur le système universitaire et les écoles secondaires ». « Nous devons repenser les compétences [et] les ensembles de compétences de notre main-d’œuvre.[2]»

S’il est évident que les autorités publiques doivent désormais regarder la préservation et le développement des compétences et savoir-faire industriels comme une nécessité pour l’économie française et européenne, ils ne sont en revanche pas les seuls à devoir changer radicalement de politique.

La formation continue et le développement des compétences des salariés sont souvent trop peu valorisés et mis en œuvre au sein même des entreprises. De ce fait, même si, dans le cas français, l’Etat et les collectivités territoriales mettent en place des dispositifs favorisant la montée en compétences des salariés, ceux-ci sont encore trop peu utilisés par les entreprises.

Les droits des travailleurs : une condition sine qua non du renouveau industriel français et européen

La Confédération européenne des syndicats a récemment interpellé le Conseil « Compétitivité » de l’UE et les ministres européens sur les conditions d’octrois de financements européens. Elle demande que les entreprises bénéficiant de fonds publics respectent les droits de négociation des salariés. Elle prend également position en faveur du conditionnement des financements publics à la mise en œuvre d’une vraie politique de développement des compétences et de formation au sein de l’entreprise.

Le conditionnement des fonds publics à l’amélioration des compétences est par ailleurs au cœur de l’Inflation Reduction Act (IRA) américain, qui consacre environ 370 milliards de dollars à des mesures de soutien à la politique industrielle verte des États-Unis.

Plusieurs experts indépendants soutiennent par ailleurs les revendications de la Confédération européenne des syndicats : « Oui, les fonds publics alloués pour soutenir l’industrie européenne devraient être assortis de solides conditionnalités sociales », déclare Laura Rayner, analyste politique senior du programme « Europe sociale et bien-être » au sein du European Policy Centre (EPC) au micro d’Euractiv[3]. « Ces conditions devraient englober divers aspects des relations industrielles et d’emploi, garantissant que les entreprises bénéficiaires respectent le droit du travail, les négociations collectives et offrent des salaires décents, des conditions de travail adéquates et une formation de qualité qui permet d’accéder à des qualifications ».

Au-delà des conditions sociales et du manque d’investissement dans les compétences des salariés, ce sont également les règles budgétaires européennes qui sont décriées. Ainsi, Judith-Kirton Darling, co-secrétaire générale par intérim d’industriALL Europe, a déclaré à Euractiv que les règles budgétaires controversées récemment adoptées par les ministres des Finances de l’UE sont trop strictes et découragent les potentiels investissements dans l’industrie.  « Il est alarmant de constater que l’austérité budgétaire et le retour à des politiques d’austérité entravent encore davantage le développement industriel, ce qui risque de compromettre la position concurrentielle de l’Europe sur le marché mondial […] Plutôt que d’imposer des contraintes fiscales rigides, les dirigeants européens devraient promouvoir activement des industries résilientes, des emplois industriels de qualité et la cohésion sociale »[4].

Références

[1] https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/18319935/4-15012024-AP-EN.pdf/99ef8c47-94d2-00b9-2b36-821dd95350ce

[2] https://www.euractiv.fr/section/economie/news/les-chefs-dentreprise-attribuent-le-declin-industriel-de-leurope-a-une-penurie-de-main-doeuvre-qualifiee/

[3] https://www.euractiv.fr/section/all/news/les-syndicats-exigent-que-lue-integre-les-droits-des-travailleurs-dans-sa-politique-industrielle/

[4] https://www.euractiv.fr/section/economie/news/les-syndicats-sinquietent-du-declin-industriel-de-lue/?_ga=2.9043767.309539485.1707110231-81770765.1697545644

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

A lire aussi…

Portal Kombat, le réseau russe de manipulation de l’opinion des Etats européens

Dans un rapport mis en ligne lundi 12 février, Viginum, le service technique et opérationnel de l’État chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques étrangères révèle l’existence d’un réseau (Portal Kombat) constitué de 193 sites internet relayant de fausses informations et visant à déstabiliser la population ukrainienne mais également des Etats comme la France ou l’Allemagne.

Lire la suite »

Lire aussi...

Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter