Exploration minière des grands fonds marins : la Norvège franchit le cap malgré les contestations

Les parlementaires norvégiens ont autorisé le 9 janvier la prospection minière des grands fonds marins. Si le royaume crée un précédent en matière d’exploitation minière sous-marine, cette décision est loin de faire l’unanimité de la communauté internationale

Le mardi 9 janvier, les parlementaires norvégiens ont voté en faveur de l’exploration minière d’une partie de ses grands fonds marins. C’est l’archipel arctique de Svalbard qui fera l’objet des premières explorations : plus de 280 000 kilomètres carrés.

La Norvège devient ainsi l’un des premiers Etats au monde à autoriser ces explorations qui ont pour objectif final de faire du pays l’un des grands producteurs mondiaux de minerais. Le Royaume espère à moyen-terme être un maillon essentiel du commerce mondial de cuivre, manganèse, colbalt, zinc ou encore de lithium. Autant de métaux stratégiques nécessaires à la production de nombreux appareils électroniques mais également à la transition énergétique : « Nous avons besoin de minéraux (car) nous devons mener une transition verte sous la forme de cellules et de panneaux solaires, de voitures électriques, de téléphones mobiles », explique la députée travailliste Marianne Sivertsen Naess, cité dans les Echos(1).

Au-delà des enjeux commerciaux, la Norvège souhaite ainsi réduire sa dépendance (qui est d’ailleurs commune à l’ensemble des pays européens) vis-à-vis de la Russie et de la Chine en métaux stratégiques. L’exploitation des métaux stratégiques que contiennent les grands fonds marins répond, selon le Premier ministre Jonas Gahr Støre, constituerait un atout indénaible pour l’industrie norvégienne.

Une autorisation parlementaire sur fond de contestation

Loin de faire l’unanimité, l’autorisation de la prospection minière des grands fonds marins a entraîné des manifestations de militants internationaux et d’associations environnementales. L’extraction des minerais pourrait avoir des répercussions irréversibles sur des habitats naturels et des espèces encore peu connus mais possiblement essentiels pour l’écosystème. Le risque est également grand d’endiguer la capacité d’absorption du plus grand réservoir mondial de carbone qu’est l’océan. 

Selon Forde Pleym, à la tête de l’entité norvégienne de Greenpeace, cité par Les Echos « la Norvège risque de créer un précédent », qui permettra « à d’autres pays de faire de même ».

Deux mois auparavant, de nombreux parlementaires européens avaient également interpellé les députés norvégiens sur la dangerosité de l’extraction des minerais des fonds marins en rappelant notamment les travaux du Conseil consultatif des académies européennes des sciences (EASAC, ce dernier ayant alerté les responsables politiques sur ce sujet dès l’été 2023)

Une mobilisation de la France et du Royaume-Uni pour la tenue d’un moratoire international

Si la Norvège crée un précédent à l’exploitation des grands fonds marins, d’autre pays (24 au total) militent à l’inverse pour l’organisation d’un moratoire international. C’est le cas notamment de la France et du Royaume-Uni qui ont affirmé leur opposition ferme à tout projet d’exploitation minière sous-marine.

Le contexte est néanmoins marqué par l’accroissement des pressions pour l’ouverture des droits d’exploitation. L’Autorité internationale des fonds marins, organisation onusienne en charge de ces de la régulation de ces activités dans les eaux internationales doit par ailleurs se réunir en 2024 et statuer sur un possible premier code minier mis au vote pour 2025.

Références

(1)https://www.lesechos.fr/monde/europe/la-norvege-lance-la-prospection-miniere-de-ses-fonds-marins-2045453

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

A lire aussi…

Portal Kombat, le réseau russe de manipulation de l’opinion des Etats européens

Dans un rapport mis en ligne lundi 12 février, Viginum, le service technique et opérationnel de l’État chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques étrangères révèle l’existence d’un réseau (Portal Kombat) constitué de 193 sites internet relayant de fausses informations et visant à déstabiliser la population ukrainienne mais également des Etats comme la France ou l’Allemagne.

Lire la suite »

Lire aussi...

Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter