Le choc des souverainetés, nouvel horizon du XXIe siècle ?

Ce n’est pas au choc des civilisations de Samuel Huntington auquel nous devrions nous attendre au cours du XXIe siècle mais bien à un choc des souverainetés. C’est en tout cas la thèse défendue par Pascal Lorot, le président de l’institut Choiseul, dans son ouvrage « Le choc des souverainetés (1)» .

Pas de démondialisation en vue mais bien une nouvelle étape de la mondialisation. La pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine confirment des tendances à l’œuvre depuis longtemps mais que nous ne pouvions auparavant observer qu’à partir de signaux faibles. « Depuis plusieurs années, en effet, la mondialisation, à la fois comme école de pensée et phénomène économique, a cessé d’être dominante. Relocalisations d’usine, recherche de production industrielle, circuits courts, localisme économique sont en vogue »(2).

Nous assistons peu à peu, et selon Pascal Lorot, à un réveil des souverainetés qui se manifeste sur l’ensemble de la planète. Aux Etats-Unis d’abord, où la croyance en leur « Destinée manifeste » n’a rien perdu de sa superbe et qui, face aux appétits chinois, traitent désormais leurs alliés européens et asiatiques en vassaux. En Chine, qui dernièrement a interdit l’exportation de technologies d’extraction et de séparation des terres rares (et se montre de plus en plus agressive vis-à-vis de ses voisins). En Russie avec bien évidemment l’agression de l’Ukraine. Mais les trois grands ne sont pas les seuls concernés.

L’Arabie saoudite se conçoit de plus en plus comme la marraine d’un monde arabe émancipé de la tutelle américaine. La Turquie néo-ottomane d’Erdogan assoit peu à peu son emprise sur la Méditerranée orientale, la Transcaucasie et le Proche-Orient. L’Iran, par l’intermédiaire de son stratège le général Soleimani mort en 2020, a étendu son influence en Irak, en Syrie, au Liban et s’affirme comme une puissance régionale sur laquelle il faut désormais compter.

L’Europe n’échappe pas à la règle. Le Brexit d’abord et le projet « Global Britain » imaginé par l’ancien premier ministre Boris Johnson ouvre la voie. L’Allemagne ensuite, dont le chancelier Olaf Scholz proclame l’avènement d’un « changement d’époque », jette désormais son dévolue sur l’Est de l’Europe et souhaite devenir le centre névralgique d’une Union européenne élargie à une trentaine de membres. La Pologne et la Hongrie rompent quant à elles avec le progressisme et les valeurs européennes pour célébrer leurs spécificités nationales et la défense de la civilisation occidentale face au « déferlement de hordes de barbares ».

L’abandon de la souveraineté des Etats européens

Plus que pour toute autre partie du monde, le choc des souverainetés qui se profile représente un défi pour l’Union européenne. Ayant parfaitement intégré les logiques qui prévalaient lors de la dernière phase de la mondialisation (entamée dès les années 1970 et dont les maîtres mots étaient libération des capitaux, financiarisation de l’économie, dérégulation du commerce international et désindustrialisation) rares sont les outils qui lui restent pour appréhender les défis qui se posent désormais à elle. Certes l’agression de l’Ukraine a réveillé quelques esprits européens mais l’atmosphère idéologique qui prévaut dans les institutions de l’union ne fait guère la part belle au concept de souveraineté.

Ce désamour est avant tout le fruit d’une histoire. Celle d’élites occidentales biberonnées au nomadisme et au sans-frontiérisme promus par les héritiers revendiqués de Deleuze et Foucault. Et Pascal Lorot de citer Christopher Lash « Les nouvelles élites sociales ne se sentent chez elles qu’en transit, sur le chemin d’une conférence de haut niveau, de l’inauguration d’un gala d’un nouveau magasin franchisé, de l’ouverture d’un festival international de cinéma, ou d’une station touristique encore vierge. Leur vision du monde est essentiellement celle d’un touriste – perspective qui a peu de chances d’encourager un amour passionné pour la démocratie(3) ».

Mais c’est également le fruit d’une stratégie bien rodée d’américanisation des classes dirigeantes européennes et de leur conversion à l’American way of life. Nombreux sont les think tanks américains encore présents sur le continent et assurant la formation idéologique des futurs décideurs économiques, politiques, associatifs, etc. Le plus emblématique d’entre eux est sans doute la French-American Foundation (FAF) qui envoie chaque année sur le territoire américain une promotion de jeunes européens prometteurs pour les former au mode de pensée et aux intérêts de l’Oncle Sam. Une fois de retour sur leur terre natale, ces « young leaders » constituent de formidables relais des positions américaines comme ce fut le cas lors du rachat de la division d’Alstom par General Electric en 2014(4).

Ainsi ouvert aux quatre vents par ses propres dirigeants, l’Europe est selon Pascal Lorot le seul ensemble régional dépendant de tous les autres : de la Chine pour les biens et marchandises, de l’Inde pour les techniciens et les informaticiens, des Etats-Unis pour les nouvelles technologies et jusqu’il y a peu de la Russie pour l’énergie.

Parmi les exemples étudiés dans son ouvrage, l’auteur s’attarde sur un problème franco-français mais symptomatique d’une situation qui tient de l’auto-sabordage : le parc nucléaire hexagonal. Sous le poids conjoint de stratégies d’influence étrangères (allemandes notamment) et d’écologistes inconséquents, le parc nucléaire français a vu ses capacités réduites, ses investissements diminués, ses compétences et savoir-faire délaissés. Si bien que la relance de la production nucléaire annoncée par le gouvernement en 2022 va nécessiter l’embauche de 10 000 à 15 000 personnes chaque année jusqu’en 2030. Dans un monde cherchant à s’émanciper du pétrole et du gaz, et où les programmes de nucléaires civils se multiplient sur l’ensemble des continents, ce désarmement industriel tient du paradoxe le plus total.

Un paradoxe qui s’épanouit dans beaucoup d’autres domaines (agriculture avec la signature d’un ensemble de traités de libre-échange, automobiles avec des constructeurs européens dépassés par l’arrivée sur le marché de véhicules électriques américains et chinois, etc…). Ce qui fait douter l’auteur de l’ouvrage quant à notre « aptitude à affronter les bouleversements à venir. En l’absence d’une volonté réelle de défendre et promouvoir les attributs de leur souveraineté, la France et l’Europe ne pourront s’adapter aux événements chaotiques qui se profilent à l’horizon ».

Le chaos qui vient

Si la pandémie de Covid-19 est sans conteste une crise sanitaire elle est tout autant une crise géostratégique et la manifestation la plus concrète d’une réalité qui s’impose désormais à nous : la mondialisation n’est plus l’occidentalisation du monde.

La précédente étape de la mondialisation, incarnée économiquement par la liberté totale de circulation des capitaux et politiquement par l’imposition de gré ou de force des valeurs occidentales, a été rendue obsolète par la guerre douanière et commerciale que se livrent désormais les Etats-Unis et la Chine pour l’hégémonie mondiale. La vieille lune néo-libérale d’un monde pacifié par les vertus d’un capitalisme débridé a vécu.

Se font désormais face deux nations-empires : l’empire millénaire chinois (après la parenthèse qu’ont représenté les deux derniers siècles d’humiliation occidentale débutée avec les guerres de l’Opium) et l’empire américain. Leur compétition étendue à l’ensemble des domaines de la vie humaine (économique, culturel, politique, diplomatique, etc…) fait craindre leur chute dans le « piège de Thucydide » : « la survenue d’un affrontement difficilement évitable entre une puissance dominante et sa rivale émergente »(5).  

Les motifs d’affrontement ne manquent pas. Taïwan est certainement le plus visible de tous. Principal producteur mondial de semi-conducteurs et démocratie libérale, son indépendance est à la fois un affront aux yeux du pouvoir chinois et une nécessité pour les Etats-Unis. Engagés dès 1979 avec le Taiwan Relations Act dans la défense de l’île, l’oncle Sam serait tenu d’intervenir si la Chine envahissait Taïwan.

L’Union européenne et la France ont vu leurs marges de manœuvre diplomatique se réduire à peau de chagrin avec le conflit russo-ukrainien. L’Hexagone, comme l’indique Pascal Lorot, a proposé en 2006 un projet de sécurité croisé de l’Ukraine par l’intermédiaire de l’OTAN et de la Russie assurant la neutralité et l’indépendance du pays. Si l’idée est accueillie favorablement par Moscou, Washington la rejette catégoriquement et œuvre à l’intégration de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN. Plus encore, la maison blanche favorise la constitution d’un front panturc (par l’intégration des républiques turcophones d’Asie centrale au territoire d’Ankara) et à l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne afin d’affaiblir tout autant l’Europe que la Russie.

Confiante dans sa suprématie diplomatico-militaire, elle refonde désormais sa suprématie économique par le subventionnement massif des produits « made in USA », l’extraterritorialité de son droit et l’imposition d’un nouvel ordre international protectionniste. Et Pascal Lorot de citer le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire : « Le véritable risque européen, c’est le décrochage technologique, industriel et économique, qui laisserait le champ libre aux Etats-Unis et à la Chine ».

On regrette néanmoins que l’auteur ne s’attarde que trop peu sur la crise climatique qui représente sans l’ombre d’un doute un vecteur de chaos international et un défi immense pour l’Humanité..

Les nouvelles frontières de la souveraineté

En août 2022, Joe Biden signe le Chips and Science Act permettant le soutien de l’industrie américaine de la tech à hauteur de 280 milliards de dollars (52,7 milliards pour les semi-conducteurs). La réplique américaine à l’ascension chinoise en matière de nouvelles technologies est donc sans appel.

Pour ce qui est de l’Europe et de la France, Pascal Lorot montre combien le retard est grand : « l’Union européenne investit cinq fois moins que les Etats-Unis dans la R&D privée, elle y consacre 40 milliards d’euros par an, contre 200 milliards outre-Atlantique et 64 milliards dans l’empire du Milieu où ce montant croît de 15% chaque année. Quant aux start-ups du Vieux Continent, elles ont attiré trois fois moins de financements que celles d’Amérique du Nord dans la période post-Covid ». Pas de « techno-puissance » pour l’Europe.

Des pistes visant à combler ce retard sont néanmoins avancées. D’abord l’impératif de garantir la sécurité des infrastructures et services de stockages de données sensibles (à l’image du cloud souverain Numspot(6)).

Ensuite l’adoption d’alternatives européennes aux solutions américaines et chinoises. Et là-dessus le législateur a une place importante : par la promotion de normes plus rigoureuses en matière de réversibilité, d’interopérabilité et de portabilité des données, les acteurs européens se retrouveraient de facto mieux positionnés sur un marché hautement concurrentiel mais peu soucieux de la protection des utilisateurs(7).

Enfin, à travers une meilleure coordination entre la recherche et les investissements, la stratégie européenne et française gagnerait à se concentrer sur les technologies essentielles à la souveraineté et pour lesquelles un leadership est encore possible.

Le législateur peut effectivement favoriser l’émergence d’un écosystème technologique souverain : à l’échelle française par exemple en faisant de la commande publique un levier pour les technologies européennes. A l’échelle européenne en élargissant le traitement différencié d’opérateurs de pays tiers (déjà mis en œuvre pour les services publics, les postes, les transports et la défense) aux infrastructures numériques et aux technologies critiques (IA, semi-conducteurs, technologies quantiques et nucléaires, etc…).

Bien que devant être radicalement questionnée, la haute intensité technologique de nos sociétés contemporaines (et leur transition vers des économies décarbonées) fait des métaux précieux et terres rares un enjeu de souveraineté à part entière. Pascal Lorot cite avec raison les mots de Guillaume Pitron, récompensé par le prix du meilleur livre d’économie en 2018 « Tous les pans les plus stratégiques des économies du futur, toutes les technologies qui décupleront nos capacités de calcul et moderniseront notre façon de consommer de l’énergie, le moindre de nos gestes quotidiens et même nos grands choix collectifs vont se révéler tributaires des métaux rares(8) ».

Deux difficultés apparaissent dans ce secteur : d’une part, la demande mondiale en métaux stratégiques ou critiques connaît une forte augmentation en raison de la croissance démographique et du développement économique des pays émergents (mais également du développement de nouvelles filières industrielles liées à la transition numérique et écologique). D’autre part, le marché, par les hasards de la géographie, est fortement oligopolistique. Afrique du Sud, Australie, Brésil, Canada, Chine, Etats-Unis, Kazakhstan, Russie, Chili et Pérou concentrent la majorité des ressources connues. La République démocratique du Congo dispose quant à elle de 50% des réserves de cobalt, 80% des réserves de coltan.

Mais au-delà des hasards de la géographie, la situation oligopolistique du marché des métaux stratégiques et critiques tient également à la stratégie bien rodée d’un acteur désormais incontournable : la Chine. A travers une diplomatie minière parfaitement structurée sur l’ensemble des continents depuis plus de vingt ans, des géants miniers et un marché intérieur en pleine croissance, l’empire du Milieu est pleinement hégémonique. Il détient 95% des opérations sur les terres rares, 60% pour le cobalt et le lithium, 40% pour le cuivre. « De ce fait, la Chine est en capacité de fixer les prix du marché sur les terres rares et de nombreux métaux : elle représente par exemple 58% de la production mondiale d’acier ».Au-delà d’une stratégie minière hexagonale à renouveler selon l’auteur (qui appelle à inventer la mine du XXIe siècle en France, pays européen disposant d’un potentiel minier important pour le lithium dans le Massif central, pour le tungstène dans les Pyrénées, pour le nickel dont 20% des réserves mondiales sont en Nouvelle-Calédonie) l’enjeu est celui de la sécurisation de nos approvisionnements en reconstituant nos stocks stratégiques et en déployant une véritable diplomatie des métaux.

L’augmentation drastique des capacités de recyclage des métaux stratégiques et critiques constitue également un volet indispensable d’une stratégie souveraine. De bons exemples existent déjà, à l’image de l’entreprise Aubert&Duval à l’origine d’EcoTitanium (filière de recyclage de titane intégrée de qualité aéronautique européenne).

On regrette néanmoins que peu de mots soient consacrés à l’émergence de technologies alternatives. La coopération efficace entre le CNRS et l’entreprise Tiamat est par exemple à l’origine de la batterie au sodium (dont les qualités sont remarquables : temps de recharge dix fois plus rapide que les batteries au lithium et durée de vie d’une dizaine d’année contre 3 à 4 pour celles au lithium). Ces nouvelles batteries pourront alimenter les véhicules électriques pour des trajets urbains (de 0 à 200km) mais également jouer un rôle clé pour le stockage des énergies éolienne et solaire. Par ailleurs, le sodium étant beaucoup plus abondant et présent un peu partout sur la planète (et son extraction étant plus écologique que le lithium) son utilisation réduit les risques de tension géopolitique(9).

Les mers, loin d’être un espace secondaire, constituent l’un des domaines où ce choc des souverainetés est déjà à l’œuvre. 90% du commerce mondial transite par bateau et 99% des flux de données passent par des câbles sous-marins. Les sols et sous-sols marins sont, quant à eux, potentiellement riches en métaux (pour le territoire français : sulfures polymétalliques et encroûtements cobaltifères du côté de la Polynésie française et nodules polymétalliques dans les eaux de l’atoll de Clipperton)(10).

La France occupe par ailleurs une place spécifique dans cette lutte maritime. Disposant de 11 millions de km2 de mer territoriale, de zone économique exclusive (ZEE) et de plateau continental, l’Hexagone est à la tête du deuxième domaine maritime mondial (derrière les Etats-Unis). Reste que le manque de moyens navals et aériens limite considérablement la capacité de la France à faire respecter sa pleine souveraineté sur ces espaces maritimes et protéger les ressources halieutiques et les minerais des capacités prédatrices de certains Etats comme la Chine.

Quant à l’espace et à sa privatisation grandissante sous le poids d’acteurs privés comme SpaceX, l’Europe comble peu à peu son retard vis-à-vis de la Chine et des Etats-Unis. 2024 voit le lancement d’Iris 2, constellation de connectivité souveraine visant à « assurer la continuité de l’accès à l’internet haut débit en cas d’effondrement ou de saturation des réseaux terrestres. Apporter de la résilience en cas de cyberattaques. Doter les armées et les Etats d’un outil souverain de communication sécurisée en cas de crise »(11). Sur la période 2023-2027, l’Union européenne compte mobiliser 2,4 milliards d’euros (750 millions d’euros supplémentaires sont apportés par l’Agence spatiale européenne).

Enfin, Pascal Lorot revient sur l’importance d’anticiper les futures ruptures technologiques. Avec l’annonce d’un Plan Quantique doté de 1,8 milliards d’euros et concernant l’ensemble des technologies quantiques (capteurs, simulateurs, ordinateurs, communications), un tissu de start-up dynamiques et une recherche publique de pointe, la France a de réels atouts à faire valoir. Il serait en revanche malheureux de nous endormir sur nos lauriers. Les dépenses intérieures de recherche et développement de l’Etat sont désormais inférieures à la moyenne de l’OCDE et nous sommes passés de la sixième à la neuvième place depuis 2005 en matière de publications scientifiques dans le domaine médical.

Refonder une stratégie gagnante

La question que l’on se pose nécessairement à la lecture de cet ouvrage est celle de savoir si la France est toujours une nation souveraine. Après l’analyse des défis qui l’attendent et des moyens à sa disposition, on peut effectivement en douter. La désindustrialisation et la dégradation du parc nucléaire hexagonal, toutes deux fruits de choix politiques plus que critiquables, le déficit chronique de la balance commerciale, le chômage de masse, les investissements trop faibles dans la recherche & développement sont à l’origine d’un déclassement national qu’il est difficile de nier.

L’heure est donc selon Pascal Lorot à l’identification de priorités : si la souveraineté s’étend désormais à des domaines de plus en plus larges, trois piliers conditionnent l’existence d’une nation et fonde sa souveraineté : l’industrie, l’agriculture, la défense. Pour chacun de ces piliers, l’auteur trace les contours d’une souveraineté retrouvée.

La voie de la réindustrialisation :
  1. Une fiscalité attractive pour l’industrie (suppression de la contribution sociale de solidarité des sociétés, fusion de la CFE et de la taxe foncière, etc…)
  2. Le développement du nombre d’ETI (entreprises de taille intermédiaire) en France. L’Hexagone compte 5000 ETI (40% d’entre elles concernent le secteur industriel) contre 13 000 en Allemagne. Malgré leur faible nombre, elles représentent 39% du PIB national et constituent des entreprises fortement créatrices de richesses et d’emplois dans les territoires sur lesquels elles s’implantent.
  3. La modernisation du parc industriel avec le lancement d’un programme « Industrie du futur II » afin de combler le retard des PMI (petites et moyennes entreprises) en matière de robotisation des procédés, de numérisation des équipements, d’intégration des solutions de décarbonation.
  4. La décarbonation des activités industrielles en prolongeant le Plan de relance à la décarbonation des procédés industriels mais également en amplifiant les politiques de soutien à la chaleur décarbonée et au recyclage.
  5. La montée en compétences de l’industrie (continuer la montée en puissance de l’apprentissage, créer des passerelles efficaces au sein des écoles de la deuxième chance vers la formation professionnelle en alternance, etc…). On remarque néanmoins que la formation continue des salariés est un point aveugle de l’ouvrage.
  6. La dynamisation de la R&D (sanctuarisation du Crédit d’impôts recherche et dynamisation du Crédit d’impôt innovation, développement des partenariats entre les structures de recherche publique et les entreprises industrielles).
  7. La transition énergétique et écologique du secteur logistique (verdissement des véhicules, construction d’entrepôts neutres en carbone, développement du multimodal…).
Sur le chemin de l’agro-écologie française et européenne :
  1. La diversification et la sécurisation des approvisionnements (mettre fin notamment à la dépendance aux fertilisants extra-européens).
  2. Une stratégie européenne « Farm to Fork » repensée (la limitation des dépendances stratégiques en matière agricole nécessitera selon Pascal Lorot d’augmenter la production agricole européenne et non de la diminuer).
  3. Des conséquences du réchauffement climatique anticipées (mettre en œuvre une stratégie d’adaptation et de transformation des cultures d’ici 2050 en identifiant les cultures viables en fonction des zones géographiques et des modifications climatiques attendues).
  4. Un cadre règlementaire juste et adapté (renforcement des contrôles et de la traçabilité des produits alimentaires importés de pays tiers, 8 à 12% ne respectent pas les normes européennes de production).

Pour une analyse complète des enjeux de l’indépendance agricole, voir la note de David Cayla :  https://letempsdesruptures.fr/index.php/2022/11/01/proposition-pour-un-nouveau-modele-agricole/ 

La défense, troisième pilier de la souveraineté nationale

La base industrielle et technologique de défense (BITD) dispose d’un écosystème particulièrement dynamique (une dizaine de grands groupes, 4000 PME dont 450 PME stratégiques, 20 milliards de chiffre d’affaires et 200 000 emplois, 10% de l’emploi industrielles dans des régions comme la Bretagne, le Centre-Val-de-Loire ou la Nouvelle Aquitaine) et d’investissements budgétaires importants notamment dans le cadre de la loi de programmation militaire 2019-2025. Néanmoins, en raison de l’augmentation des tensions géopolitiques et du retour de conflits symétriques (entre Etats) la BITD doit être en mesure de répondre très rapidement aux besoins à court terme de l’armée française. Dans ce contexte, deux défis se posent à elle :

  1. La pénurie de main d’œuvre. L’industrie de défense est une industrie « de main-d’oeuvre (soudeur, électrotechnicien, etc.) et de haute technologie (data scientist, ingénieur, etc.)(12)». Nombre de métiers et compétences qui la composent sont en tension. Pascal Lorot plaide par conséquent pour la relance de filières de formation sur des compétences critiques (soudage, chaudronnerie) et la mise en place d’une réserve militaire opérationnelle de l’industrie de défense (comme c’est le cas chez notre voisin britannique). Cette dernière permettrait une mise à disposition dans les deux sens des compétences industrielles et militaires.
  2. Le financement de la BITD (avec la réallocation d’une partie de l’épargne de long terme des particuliers vers des sociétés de la BITD. Néanmoins, le Conseil constitutionnel vient de retoquer le gouvernement qui souhaitait flécher une partie du livret A dans ce sens).

Les limites posées à la souveraineté

L’une des limites identifiées par l’auteur est d’ordre idéologique : le mythe du couple franco-allemand est un frein au retour de la souveraineté économique dans de nombreux secteurs. La France n’est en aucun cas un partenaire privilégié par l’Allemagne dans ses relations avec les Etats de l’Union. Et si des projets communs existent, des désaccords stratégiques se font régulièrement jour. Sur le marché européen de l’énergie (et la préférence française pour le nucléaire), sur la politique étrangère et les relations avec l’OTAN, etc…

Première puissance économique de l’Union, l’Allemagne redevient un acteur géopolitique : « 100 milliards d’euros sur la table destinés à bâtir la première armée conventionnelle du continent, à prendre la tête du pilier européen de l’OTAN  […] et à déployer une stratégie qui fait basculer le centre de gravité de l’Europe vers l’est. Sur le plan économique comme sur le plan militaire, l’Allemagne met tout en œuvre pour créer une zone d’influence pangermanique qui marginalise, voire exclut, la péninsule européenne (France, Espagne, Portugal, Italie du Sud »(13).

Au-delà de l’Allemagne, l’allié américain joue souvent contre l’unité de l’Union avec la complicité régulière des pays de l’Est. Pour preuve la Pologne qui décide dès 2012 de faire appel au groupe américain Westinghouse pour construire sa première centrale nucléaire. Ou encore l’Initiative des trois mers (ITM) prise par la Pologne et la Croatie regroupant 12 Etats d’Europe de l’Est et réaffirmant l’alignement sur les positions américaines.

Il y a également, et Pascal Lorot a raison de le souligner, une divergence culturelle qui se creuse entre l’Ouest et l’Est de l’Union : les pays anciennement dans le giron de l’URSS reprochent désormais à l’UE d’avoir rompu avec ses racines chrétiennes.

Alors peut-on parler de souveraineté européenne ? Nous ne pouvons qu’être d’accord avec l’auteur quand il affirme que sur le plan théorique cette idée est un non-sens. Il n’existe pas de nation européenne ni de peuple européen qui se reconnaissent comme tels. Et à l’heure où les identités nationales (voire régionales) au cœur de l’Union se réaffirment (comme partout ailleurs) il serait bien candide de le croire.

Mais cela ne veut pas dire que nous devions renoncer à toute ambition européenne. Nombreux sont les sujets sur lesquels la France ne peut prétendre à une action unilatérale. Identifier quels sont ces sujets est le premier pas d’une construction européenne plus pragmatique. Ainsi Pascal Lorot, cite tour à tour l’industrie de défense, l’industrie du futur et le numérique, l’intelligence artificielle, les énergies renouvelables, etc.

L’Union a su d’ailleurs mettre en place divers instruments permettant de soutenir des secteurs critiques de l’économie européenne. A l’instar du secteur des semi-conducteurs. Des instruments européens tels que les Projets importants d’intérêt européen commun (PIIEC) et des engagements financiers (Horizon Europe, Next Generation EU, Fonds européen de souveraineté) démontrent selon l’auteur que les prémisses d’une politique industrielle se font jour.

La structuration du marché commun par une approche ambitieuse des normes (avec notamment la nouvelle stratégie de normalisation de l’UE) constitue également un levier essentiel du renouveau industriel européen. 

Enfin, la dédollarisation du monde qui s’annonce avec la montée en puissance de la Chine et de nouvelles puissances régionales (Inde, Brésil, Afrique du Sud, Iran, Arabie Saoudite, Turquie, Russie, etc…) pourrait permettre à l’UE et à la France de retrouver des marges de manœuvre importantes dans les échanges internationaux.

Pas de poursuite donc pour Pascal Lorot, d’une souveraineté européenne chimérique mais la possibilité d’une autonomie stratégique grâce au recentrement de l’UE sur des enjeux vitaux pour son avenir.

Le sursaut souverain et l’ère de la géoéconomie

Loin d’être une idée dépassée, la souveraineté est au cœur de l’histoire politique et constitutionnelle de la France. A juste titre est rappelé le préambule de la Constitution de 1958 : « Le Peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’Homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789 ; confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004 ».

Mais ses contours ont changé. Limitée d’abord aux impératifs de défense, le choc pétrolier de 1973 élargit son cadre pour lui faire englober les enjeux énergétiques (et la constitution d’un programme nucléaire civil ambitieux). L’émergence d’un monde où la conflictualité ne concerne plus uniquement l’Etat mais bien l’ensemble des acteurs économiques transforme également les frontières de la souveraineté : désormais les entreprises connaissent des besoins croissants de sécurisation des chaînes d’approvisionnement et logistiques et sont parties prenantes de la conflictualité entre Etats. La montée de l’insécurité dans le détroit de Bab-el-Manded suite au conflit israélo-palestinien le démontre suffisamment : les porte-conteneurs des compagnies maritimes comme CMA-CGM refusent désormais de remonter le canal de Suez et reprennent la route du Cap de Bonne Espérance.

Ce glissement d’une souveraineté purement étatique et limitée aux enjeux de défense à une souveraineté économique impliquant l’ensemble des acteurs économiques signe selon Pascal Lorot « l’ouverture d’une ère nouvelle, celle de la géoéconomie, qui est la toile de fond des rapports entre acteurs au XXIe siècle ».

L’auteur définit la géoéconomie comme étant « l’analyse des stratégies d’ordre économique et commercial, décidées par les Etats dans le cadre de politiques visant à protéger leur économie nationale ou certains pans bien identifiées de celle-ci, à acquérir la maîtrise de technologies clés et/ou à conquérir certains segments du marché mondial relatifs à la production ou la commercialisation d’un produit ou d’une gamme de produits sensibles, en ce que leur possession ou leur contrôle confère à son détenteur – Etat ou entreprise « nationale » – un élément de puissance et de rayonnement international et concourt au renforcement de son potentiel économique et social ».

Désormais, et bien qu’il existe toujours des conflits traditionnels à l’image de la guerre en Ukraine, les conflictualités économiques se multiplient et les Etats s’opposent pour l’obtention de parts de marché, de ruptures technologiques, d’obtention de brevets etc.

Nous divergeons en revanche avec l’auteur sur un point. Loin d’être un phénomène nouveau, la géoéconomie n’est à notre sens que la nouvelle forme d’une guerre économique qui n’a jamais cessée et est aussi vieille que l’histoire de l’Humanité.

Salvateurs sont à ce titre les travaux menés par l’Ecole de Guerre Economique et son centre de recherche le CR451. Son directeur adjoint, Arnaud de Morgny, définit la guerre économique comme « la confrontation entre parties pour capter, contrôler des ressources, accaparer des richesses, accroître sa puissance par l’économie. Elle plonge ses racines dans l’histoire de l’Humanité. La construction des empires par le recours à l’esclavage et la violence qui en découle est une des matrices majeures de l’Histoire humaine.(14) »

Sa réalité n’a été recouverte qu’à partir des révolutions industrielles et l’avènement de pensées économiques libérales qui ont cru voir dans le marché et le doux commerce un levier de pacification des sociétés. Ces penseurs ont volontairement oublié la dimension violente de toute conflictualité économique.

Ainsi la guerre économique (qu’Arnaud de Morgny définit également par ses moyens y compris illégaux : manipulation, chantage, pressions juridiques, etc…) n’est pas une spécificité des temps de guerre (blocus, destruction d’infrastructures économiques…) mais bien une permanence des relations commerciales. Le terme de guerre est utilisé car les Etats interviennent directement dans le conflit via la fourniture d’informations sur les concurrents, la situation du marché ou la pression exercée sur certains acteurs ; ou indirectement en communiquant par exemple sur la qualité des produits du pays.  Ainsi « La guerre économique est une réalité devenue permanente, la guerre cinétique ou militaire un pic d’affrontement »(15).

L’Ecole de Guerre Economique et Pascal Lorot s’accordent néanmoins sur deux points :  le rapport Martre en 1994 a permis une première prise de conscience des enjeux de la conflictualité économique. Les entreprises sont par ailleurs amenées à jouer un rôle de plus en plus grand dans la guerre économique en étant plus attentives aux enjeux géopolitiques (conflits régionaux, sécurisation des approvisionnements et flux logistiques, etc…), et en élargissant le spectre de leurs modalités d’action (influence, diplomatie économique, contre-espionnage, etc…) y compris à leur corps défendant.

Ne pas assumer ce rôle c’est risquer de perdre des parts de marché, des brevets, des technologies critiques au bénéfice des entreprises américaines, chinoises, turques, russes, sud-coréennes qui ont déjà intégré la profonde pénétration des enjeux de souverainetés politiques et économiques et collaborent étroitement avec leurs gouvernements respectifs.

Le développement de cette nouvelle forme de « diplomatie d’entreprise » en soutien des grandes orientations de l’Etat ne peut en revanche se justifier que sous une condition spécifique : la soumission de ces grandes orientations politico-économiques à la souveraineté populaire.

Apparaissant en filigrane dans la fin de l’ouvrage de Pascal Lorot, mais jamais véritablement mentionnée, la souveraineté populaire n’est que l’autre nom de la décision démocratique quant aux choix, également économiques, de la nation.

Sans souveraineté populaire, la défense de la souveraineté nationale en matière économique n’est plus que la nostalgie des anciennes formes de capitalisme national et de paternalisme économique. Elle n’est que l’autre nom de la « renationalisation » des élites économiques.

Ce simple changement d’élites, au-delà d’être injustifiable, est de toute façon inconcevable au vu du degré de méfiance vis-à-vis d’elles qui touchent désormais l’ensemble des démocraties occidentales et au premier titre la France(16).  

Reste à savoir comment peut se manifester cette souveraineté populaire. Il y a bien évidemment son volet politique.

Répondre à la crise démocratique qui touche les sociétés occidentales est une condition sine qua non pour engager les grandes transitions (notamment énergétique et écologique) nécessaires pour relever les défis du XXIe siècle (et au premier titre la crise climatique). La crise des gilets jaunes, et avant elle des bonnets rouges, a suffisamment démontré l’importance d’associer les citoyens aux grandes orientations politiques du pays.

Mais il y a également son volet économique. Les bouleversements économiques majeurs entraînés par la double révolution numérique et écologique(17) et la recherche d’une autonomie stratégique retrouvée transforment tout à la fois le sens, le contenu et l’organisation du travail. Ils posent, comme jamais auparavant, les questions du « que faut-il produire ? » et « comment faut-il produire ? ». Deux questions qui ne peuvent pas trouver de réponses par simple décret ministériel ou par la projection de graphiques dans les salles de direction des entreprises.

Les travaux d’Alain Supiot, professeur émérite au collège de France, sont à cet égard particulièrement enrichissants. Loin de devoir son rang de première puissance économique aux diverses réformes libérales du marché du travail, l’Allemagne doit selon lui une grande partie de son efficacité économique au modèle social qu’elle a peu à peu instauré au cours du XXe siècle et dont l’un des piliers n’est autre que la codétermination dans les entreprises.

Selon ce modèle de démocratie économique, théorisé notamment par Hugo Sinzheimer (père du droit du travail moderne), et mis en place à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les dirigeants « exercent leurs fonctions sous le double contrôle des représentants des travailleurs et des actionnaires, réunis au sein d’un conseil de surveillance (Aufsichrat). Les actionnaires y ont le droit du dernier mot, mais les travailleurs ont quant à eux leur propre assemblée représentative, le conseil d’établissement (Betriebsrat), qui est présidé par l’un des leurs (et non par l’employeur comme en France) et qui dispose d’un droit de veto sur certaines décisions »(18).

Cette codétermination s’est révélée particulièrement efficace pour endiguer les effets de la phase néolibérale de la mondialisation sur le tissu économique allemand. Moins financiarisées, moins soumises à la pression de la rentabilité à court-terme, les entreprises d’outre-Rhin ont mieux résisté à la dérégulation du commerce international. Dans une époque où autonomie stratégique et souveraineté économique reprennent des couleurs, cet exemple est sans aucun doute à méditer.    

Dans un registre plus éclectique, et volontiers provocateur, Otto Bauer, l’un des grands théoriciens de l’austromarxisme et homme politique autrichien de l’entre-deux guerres, peut également nous donner matière à penser(19). Otto Bauer est, au sortir de la Première Guerre Mondiale, Secrétaire d’Etat des Affaires Etrangères et Président de la Commission de socialisation à l’Assemblée nationale d’un pays confronté à de lourds enjeux d’autodétermination nationale, de conflictualité sociale et de modernisation économique.

Pour chaque grand secteur économique du pays, Otto Bauer se livre à une analyse non dogmatique des moyens de transformation du tissu productif, de démocratie économique et d’autonomie stratégique. Bien sûr son analyse est datée et applicable uniquement à l’Autriche de 1919, mais par-delà ses aspects directement opérationnels elle démontre que la participation des citoyens aux grandes orientations économiques du pays est l’une des conditions essentielles de la souveraineté nationale.

A l’heure de refermer l’ouvrage de Pascal Lorot, et si on regrette que l’analyse s’attarde trop peu sur les évolutions en matière d’organisation des entreprises qu’implique le retour de la souveraineté économique, reste à l’esprit la grande finesse argumentative de l’auteur. Dessinant tour à tour chacune des particularités de ce choc des souverainetés qui prend forme sous nos yeux, Pascal Lorot réussit le tour de force de rendre un peu plus compréhensible un monde contemporain où règnent complexité, ambiguïté et incertitude.

Références

(1)L’auteur définit le choc des souverainetés comme une « locution qui décrit une situation où la légitime poursuite par les Etats de leurs intérêts propres crée les conditions d’une entrée mutuelle en conflit ».

(2)Guillaume Vuillemey, Le Temps de la démondialisation, Seuil, octobre 2022

(3) Christopher Lash, La Révolte des élites et la trahision de la démocratie, Flammarion, janvier 2010

(4) Jean-Michel Quatrepoint, « Des missionnaires aux mercenaires », monde-diplomatique.fr, novembre 2016

(5) Graham Allison, Vers la guerre. L’Amérique et la Chine dans le piège de Thucydide ?, Odile Jacob, février 2019. Cité par Pascal Lorot.

(6)Initiative lancée en 2022 par Docaposte, Dassault Systèmes, Bouygues Telecom et la Banque des Territoires

(7) La réversibilité correspond à la capacité à restituer à leur propriétaire les documents conservés ainsi que les données nécessaires pour garantir l’intégrité et l’authenticité des documents de façon sécurisée. La portabilité des données concerne notamment la possibilité et la capacité à exporter des données à caractère personnel recueillies et stockées numériquement. L’interopérabilité des données est la capacité d’un système d’information à communiquer avec d’autres systèmes d’information existants ou futurs. Elle permet de créer une certaine synchronisation entre les différents systèmes informatiques.

(8) Guillaume Pitron, La Guerre des métaux rares. La Face cachée de la transition énergétique et numérique, Les Liens qui Libèrent, janvier 2018.

(9) Cet exemple précis n’aurait en revanche pas pu être avancé par l’auteur, la commercialisation par l’entreprise Tiamat débute en octobre 2023 et l’ouvrage de Pascal Lorot a été publié au cours de l’été de la même année.

(10) La connaissance de la constitution des sols et sous-sols marins restent encore très parcellaire et une exploitation de ces ressources, au-delà des considérations écologiques, représente un coût financier et un enjeu technique trop importants pour être réalisable à court-terme.

(11) Véronique Guillemard, « L’Europe lance Iris 2, sa constellation de connectivité souveraine », lefigaro.fr, 17 novembre 2022.

(12) Pascal Lorot, Le choc des souverainetés, Débats publics, 2023, p.143

(13) Ibid., p.155

(14)https://www.marianne.net/agora/entretiens-et-debats/ne-pas-connaitre-lexistence-de-la-guerre economique-est-le-meilleur-moyen-de-la-perdre

(15) Idem

(16) Pascal Lorot en est d’ailleurs bien conscient et cite l’analyste de la CIA Martin Gurri « Les élites françaises […] se tiennent difficilement au sommet de la pyramide. Elles avaient autrefois l’autorité suprême dans un système national qui donnait aux puissants un pouvoir supérieur à celui que la plupart des démocraties tolèrent. A présent, elles sont assiégées par les manifestants et ne savent pas ce qui les attend. Les élites françaises ont, au sens propre, créé le public français, l’ont provoqué par leur aveuglement total et l’ont conduit à son état de malheur actuel. Elles n’ont jamais su que de telles personnes existaient, car celles-ci étaient invisibles du haut de la pyramide ». La révolte du public : entretien exclusif avec Martin Gurri, l’analyste de la CIA, qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014, Atlantico, mars 2019.  

(17) Selon Jean-Marc Vittori, réaliser la transition écologique et énergétique de notre économie nécessite des bouleversements d’une telle ampleur qu’ils auront un effet sur l’appareil productif comparable à la mise en place d’une économie de guerre. Jean-Marc Vittori, Pourquoi la transition énergétique sera une vraie guerre, Les Echos, 29 novembre 2023.

(18) https://esprit.presse.fr/article/alain-supiot/de-la-citoyennete-economique-41384#_ftnref1

(19) Voir à ce sujet Otto Bauer, la marche au socialisme, Librairie du Parti Socialiste et de l’Humanité, 1919.

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

A lire aussi…

Portal Kombat, le réseau russe de manipulation de l’opinion des Etats européens

Dans un rapport mis en ligne lundi 12 février, Viginum, le service technique et opérationnel de l’État chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques étrangères révèle l’existence d’un réseau (Portal Kombat) constitué de 193 sites internet relayant de fausses informations et visant à déstabiliser la population ukrainienne mais également des Etats comme la France ou l’Allemagne.

Lire la suite »

Lire aussi...

Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter