Intelligence artificielle : un nouvel horizon dans la lutte contre la corruption

La corruption apparaît comme l’un des fléaux les plus pernicieux, s’infiltrant dans les strates du pouvoir et érodant les fondements de la confiance publique. Face à ce défi complexe, l’intelligence artificielle (IA) émerge comme une lumière d’espoir, offrant des outils novateurs pour déchiffrer, analyser et combattre efficacement ce phénomène ancien mais toujours d’actualité.

Dans le paysage politique et social contemporain, la corruption apparaît comme l’un des fléaux les plus pernicieux, s’infiltrant dans les strates du pouvoir et érodant les fondements de la confiance publique. Elle détourne les ressources, fausse les compétitions équitables et affaiblit la légitimité des institutions. Selon l’organisation Anticor, dédiée à la lutte contre la corruption, ce phénomène représente non seulement un coût économique considérable, estimé à 120 milliards chaque année en France, mais inflige également un coût social et moral immense, sapant les efforts de développement durable et exacerbant les inégalités. Face à ce défi complexe, l’intelligence artificielle (IA) émerge comme une lumière d’espoir, offrant des outils novateurs pour déchiffrer, analyser et combattre efficacement ce phénomène ancien mais toujours d’actualité. Cet article se propose d’explorer le potentiel révolutionnaire de l’IA dans la lutte contre la corruption, envisageant un futur où la technologie sert de levier pour renforcer l’éthique et la transparence dans la sphère politique. En s’appuyant sur des analyses et des exemples concrets, nous examinerons comment l’intégration de solutions d’IA peut non seulement détecter et prévenir la corruption mais aussi favoriser une culture de responsabilité et d’intégrité, essentielle au bon fonctionnement des démocraties. L’objectif est double : d’une part, démontrer l’efficacité de l’IA comme outil de surveillance et de dissuasion contre les pratiques corruptives, et d’autre part, inviter à une réflexion plus large sur l’importance de l’éthique dans l’utilisation des nouvelles technologies.

Comprendre la corruption en politique

La corruption en politique est un phénomène complexe et multifacette qui s’infiltre à divers niveaux des structures de pouvoir et d’administration. Elle peut se manifester sous plusieurs formes, allant de la « petite corruption », où des individus sollicitent ou acceptent des pots-de-vin pour des services routiniers, à la « grande corruption », qui implique des actes commis à des niveaux élevés du gouvernement pour détourner d’importantes sommes d’argent ou influencer des décisions politiques majeures. Au-delà, la corruption systémique désigne un contexte où la corruption est enracinée dans l’ensemble du système politique et économique, affectant presque tous les aspects de la vie quotidienne et rendant les solutions ponctuelles inefficaces.

Des exemples récents de corruption en politique abondent, illustrant ses effets délétères sur la société. En France, des scandales majeurs ont mis en lumière les problématiques de corruption au sein du gouvernement, renforçant la méfiance du public envers les élites politiques et soulignant l’urgence de réformes pour une plus grande transparence et intégrité. L’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, impliquant l’ancien président Jacques Chirac, a révélé un système de détournement de fonds publics à des fins personnelles et politiques, exposant les failles dans la gestion des ressources publiques. De manière similaire, l’affaire Cahuzac, du nom de l’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, a mis au jour des comptes cachés à l’étranger, ébranlant profondément la confiance dans l’éthique gouvernementale. Ces exemples nationaux sont malheureusement complétés par des scandales internationaux qui illustrent la portée mondiale de la corruption. L’affaire Odebrecht en Amérique Latine a révélé un réseau étendu de pots-de-vin versés à des politiciens et entreprises, entraînant d’énormes pertes financières et érodant la confiance du public. En Malaisie, le scandale du fonds d’investissement 1MDB a dévoilé le détournement de milliards par des hauts fonctionnaires, avec d’importantes répercussions internationales. En Afrique du Sud, l’exposition des agissements de la famille Gupta* a démontré l’influence indue des entreprises sur les politiques et décisions gouvernementales, nuisant à l’intérêt général.

Ces incidents, tant au niveau national qu’international, nuisent directement à la qualité des services publics, à l’intégrité des processus démocratiques, et à l’équité dans la distribution des ressources. Ils soulignent l’importance cruciale de la vigilance et de l’innovation dans la lutte contre la corruption, révélant l’impact profond de ces actes sur la société. La lutte contre la corruption, avec les méthodes traditionnelles, se heurte à de nombreux défis. Les approches conventionnelles, telles que les enquêtes judiciaires, la législation anti-corruption et les campagnes de sensibilisation, bien qu’essentielles, sont souvent entravées par le manque de ressources, l’influence politique sur les institutions judiciaires, et la profondeur du problème qui peut corrompre même les mécanismes de lutte contre la corruption. La complexité des réseaux financiers internationaux et la facilité avec laquelle les actifs peuvent être dissimulés à travers les frontières compliquent davantage la détection et la récupération des avoirs détournés. Face à ces obstacles, il devient évident que de nouvelles approches et outils sont nécessaires pour compléter et renforcer les efforts existants, d’où l’intérêt croissant pour le potentiel de l’intelligence artificielle dans cette lutte.

Les fondements de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle représente un ensemble de technologies permettant à des machines d’imiter des fonctions cognitives humaines telles que l’apprentissage, la compréhension du langage et la résolution de problèmes. Au cœur de l’IA se trouvent des algorithmes d’apprentissage automatique qui, alimentés par de grandes quantités de données, apprennent à identifier des modèles et à faire des prédictions ou des décisions sans être explicitement programmés. Le traitement du langage naturel (TAL), une branche de l’IA, permet aux machines de comprendre et d’interpréter le langage humain, facilitant l’analyse de documents textuels à grande échelle, tels que des rapports, des e-mails et des publications sur les réseaux sociaux, pour détecter des indices de comportements frauduleux ou corruptifs.

Les types d’IA tels que l’apprentissage profond (deep learning) et les réseaux de neurones sont particulièrement efficaces dans l’analyse de données non structurées et complexes, permettant de détecter des anomalies, des schémas de transactions suspectes et des réseaux de relations qui pourraient indiquer des cas de corruption. Par exemple, en analysant les tendances d’attribution des contrats publics et les réseaux d’entreprises, l’IA peut aider à identifier des pratiques anticoncurrentielles ou des attributions de contrats qui dévient des normes établies, suggérant potentiellement des actes de corruption.

Par rapport aux méthodes traditionnelles de détection de la corruption, qui dépendent largement de l’audit manuel, des dénonciations et des enquêtes judiciaires, l’IA offre plusieurs avantages significatifs. Premièrement, sa capacité à traiter et analyser rapidement de vastes ensembles de données permettant une identification plus rapide et plus précise des cas suspects. Deuxièmement, l’IA peut révéler des connexions et des modèles occultes qui ne seraient pas évidents sans une analyse de données avancée. En somme, l’IA représente un outil puissant et évolutif dans le combat contre la corruption, offrant une nouvelle dimension de vigilance et d’efficacité aux efforts de prévention et de détection.

Applications de l’IA dans la lutte contre la corruption

L’intelligence artificielle offre des pistes prometteuses pour renforcer la lutte contre la corruption à travers diverses applications. En analysant minutieusement les transactions financières, l’IA peut identifier des anomalies et des schémas qui échapperaient à une analyse humaine conventionnelle, permettant ainsi la détection précoce de fraudes potentielles. Cette capacité à traiter et à interpréter d’immenses volumes de données en temps réel se révèle cruciale pour identifier les flux financiers irréguliers et les transactions suspectes qui pourraient indiquer des actes de corruption. Un exemple emblématique est le système développé par la Banque Mondiale, qui utilise l’IA pour scruter les appels d’offres et les contrats afin de détecter les anomalies et les schémas de corruption potentiels. Cet outil analyse les données relatives aux offres, telles que les écarts de prix significatifs par rapport aux moyennes du marché ou les attributions répétées à un même fournisseur, signalant ainsi les risques de corruption.

Par ailleurs, l’IA joue un rôle clé dans l’amélioration de la transparence et le suivi des fonds publics. Des plateformes développées avec des technologies d’IA offrent une visibilité sans précédent sur la manière dont les fonds sont alloués et dépensés, facilitant ainsi la détection des écarts et des utilisations inappropriées des ressources étatiques. Cette transparence accrue permet non seulement de prévenir la corruption mais aussi de renforcer la confiance du public dans les institutions. L’initiative de transparence budgétaire de l’Ukraine, utilisant la plateforme « ProZorro », illustre comment l’IA peut servir à augmenter la transparence dans les marchés publics. Ce système permet une analyse détaillée des procédures d’achat public, offrant une visibilité totale sur l’utilisation des fonds publics et réduisant les possibilités de détournements et de fraudes.

Dans le domaine de la vérification des faits et de la surveillance des discours politiques, l’IA apporte une contribution significative. Grâce au traitement du langage naturel, elle peut examiner les déclarations publiques des politiciens, comparer les promesses électorales aux actions effectives et suivre la cohérence des engagements politiques dans le temps. Cette analyse objective aide à tenir les dirigeants responsables de leurs paroles et actions, contribuant à une culture politique de responsabilité et de transparence. Le projet « ClaimBuster » de l’Université du Texas utilise l’IA pour vérifier les déclarations faites par les politiciens dans les médias et lors des débats. En analysant les discours en temps réel, cet outil évalue la véracité des affirmations et aide à identifier les fausses déclarations, contribuant ainsi à une sphère publique plus transparente et responsable.

L’optimisation des processus gouvernementaux grâce à l’IA constitue également une stratégie efficace. En automatisant les procédures administratives et en réduisant les interactions humaines susceptibles de favoriser les comportements corrompus, les gouvernements peuvent simplifier les services publics tout en les rendant plus difficiles à manipuler à des fins frauduleuses. Cette automatisation favorise une gestion plus équitable et plus efficiente des ressources publiques. À Singapour, l’administration fiscale utilise l’IA pour automatiser le traitement des déclarations et des remboursements de taxe, réduisant les délais et les possibilités d’erreur ou de manipulation humaine. Ce système améliore l’efficacité et la fiabilité des services publics, tout en minimisant les risques de corruption associés à la gestion manuelle des données. Enfin, l’IA a le potentiel de révolutionner l’éducation et la sensibilisation à l’éthique et à la gouvernance. À travers des programmes de formation personnalisés et interactifs, l’IA peut fournir des scénarios basés sur des cas réels de corruption, offrant ainsi des outils de formation avancés pour les fonctionnaires, les décideurs et le grand public. Ces programmes aident à inculquer des principes éthiques solides et à sensibiliser aux conséquences de la corruption, jouant un rôle préventif crucial. Le programme « Integrity Idol », qui fonctionne dans plusieurs pays, utilise des vidéos et des supports pédagogiques basés sur l’IA pour promouvoir des modèles de fonctionnaires intègres. En mettant en avant des histoires de succès et en éduquant sur les meilleures pratiques éthiques, ce programme vise à inspirer une culture de l’intégrité au sein du secteur public.

L’utilisation de l’intelligence artificielle pour combattre la corruption et améliorer l’éthique en politique a donné lieu à plusieurs autres études de cas remarquables, démontrant le potentiel transformateur de cette technologie. Un exemple marquant de l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la lutte contre la corruption se trouve au Brésil, avec le développement de l’outil « Operação Serenata de Amor ». Cette initiative, lancée par un groupe de technologues, utilise l’IA pour analyser les dépenses publiques et détecter les cas de mauvaise utilisation des fonds gouvernementaux. L’algorithme passe au crible les remboursements de dépenses des politiciens, cherchant des irrégularités et des anomalies qui pourraient indiquer des actes de corruption, tels que des dépenses excessives ou non justifiées. Operação Serenata de Amor a réussi à identifier plusieurs cas de dépenses suspectes, menant à des enquêtes plus approfondies et à une plus grande sensibilisation du public aux questions de transparence fiscale. Cette initiative a démontré comment l’IA peut être mobilisée par des acteurs non gouvernementaux pour surveiller les finances publiques et promouvoir une gestion plus responsable des ressources de l’État. Les résultats obtenus et les leçons apprises de cette expérience soulignent l’importance de la participation citoyenne dans la surveillance de l’action gouvernementale et illustrent le potentiel de l’IA en tant qu’outil d’enpouvoirement démocratique pour renforcer l’éthique en politique.

L’outil « Arachne », développé par la Commission européenne, représente une autre avancée significative dans la manière dont l’intelligence artificielle peut être utilisée pour renforcer l’intégrité et la transparence des financements au sein de l’Union européenne. Conçue pour identifier les risques de fraude, de corruption et de conflits d’intérêts, Arachne s’appuie sur des algorithmes d’IA pour analyser et croiser une multitude de données relatives aux projets financés par l’UE. Cette plateforme exhaustive compile les informations concernant les bénéficiaires, les fournisseurs, les montants des contrats, et d’autres données pertinentes, pour détecter les anomalies et les signaux d’alerte qui pourraient suggérer des comportements inappropriés ou illégaux. En identifiant les cas suspects, l’outil facilite grandement le travail des autorités de contrôle et des auditeurs en dirigeant leur attention et leurs ressources vers les situations les plus à risque, améliorant ainsi l’efficacité des enquêtes et la prévention de la corruption. Depuis son implémentation, l’outil a non seulement permis de sauvegarder des fonds publics en prévenant des pertes financières dues à la fraude et à la corruption, mais il a également augmenté la confiance des citoyens européens dans la manière dont les fonds de l’UE sont alloués et dépensés. La réussite d’Arachne met en lumière les bénéfices tangibles de l’intégration de l’IA dans les mécanismes de surveillance et d’audit, tout en soulignant la nécessité d’une collaboration étroite entre les acteurs technologiques et les décideurs pour maximiser l’impact positif de ces outils dans la lutte contre la corruption.

Les leçons apprises de tous ces exemples soulignent l’importance d’une mise en œuvre transparente et éthique de l’IA, avec une attention particulière aux questions de confidentialité et de biais algorithmique. De plus, ils mettent en évidence le besoin d’une collaboration étroite entre les secteurs public et privé, ainsi que la participation de la société civile, pour maximiser l’efficacité de ces outils. Enfin, ces études de cas illustrent que, bien que l’IA puisse fournir des outils puissants pour détecter et prévenir la corruption, son succès dépend également de la volonté politique et de l’engagement envers la transparence et l’intégrité.

Défis et limitations

Bien que l’intelligence artificielle (IA) offre des opportunités prometteuses dans la lutte contre la corruption, son déploiement n’est pas exempt de défis et de limitations significatives. Parmi les préoccupations majeures figurent les questions éthiques et de vie privée, soulevées par l’usage intensif de l’IA pour surveiller et analyser les données. Un exemple notable est l’utilisation des technologies de reconnaissance faciale en Chine, qui, bien que déployées pour la sécurité publique, soulèvent de graves préoccupations en matière de surveillance de masse et d’atteinte à la vie privée.

La collecte et l’exploitation de vastes ensembles de données personnelles et financières posent un risque potentiel pour la confidentialité des individus et des organisations, nécessitant une réglementation stricte et des mesures de protection robustes pour prévenir les abus et garantir le respect de la vie privée. Un autre obstacle majeur est le risque de biais algorithmique, où les préjugés existants peuvent être inconsciemment intégrés dans les systèmes d’IA par les données d’entraînement ou les processus de conception. Un exemple frappant en est l’algorithme utilisé aux États-Unis pour évaluer le risque de récidive chez les criminels, qui s’est révélé être biaisé contre les minorités ethniques. Ces biais peuvent entraîner des décisions injustes ou discriminatoires, perpétuant ou exacerbant les inégalités existantes au lieu de les atténuer.

La transparence des algorithmes et une vigilance constante sont essentielles pour identifier et corriger ces biais, assurant que les outils d’IA servent équitablement l’ensemble de la société. En outre, la dépendance technologique et les questions d’accessibilité constituent un défi considérable, surtout pour les institutions politiques dans les pays en développement ou à ressources limitées. L’exemple de l’Inde et de son initiative Aadhaar, bien que conçue pour faciliter l’accès aux services publics, a rencontré des problèmes d’exclusion et d’erreurs de données, illustrant les limites de la dépendance aux solutions technologiques.

L’implémentation et la maintenance de systèmes d’IA avancés nécessitent des investissements financiers significatifs, et d’importantes compétences techniques et d’infrastructures. Cette barrière peut limiter l’accès aux avantages de l’IA pour la lutte contre la corruption, créant un fossé entre les institutions capables de tirer parti de ces technologies et celles qui en sont exclues. Ces défis soulignent la nécessité d’une approche équilibrée dans l’adoption de l’IA, où les avantages potentiels sont soigneusement pesés contre les risques éthiques, sociaux et économiques. Pour maximiser l’efficacité de l’IA dans la lutte contre la corruption tout en minimisant ses inconvénients, il est crucial de développer des cadres réglementaires solides, d’investir dans l’éducation et la formation, et de promouvoir une collaboration internationale pour partager les meilleures pratiques et les ressources.

Perspectives d’avenir

À mesure que l’intelligence artificielle continue d’évoluer, son intégration dans les stratégies anti-corruption s’annonce comme un vecteur de transformation majeur pour les années à venir. L’avenir promet une utilisation encore plus poussée de l’IA, avec le développement d’innovations capables de décrypter des schémas de corruption toujours plus complexes et de prévenir efficacement la fraude. Des technologies émergentes, telles que l’apprentissage profond et l’analyse prédictive, sont en train de révolutionner la capacité des organismes de surveillance à anticiper et à intervenir avant que la corruption ne se produise, en identifiant les risques potentiels avec une précision sans précédent. Ces avancées permettront non seulement de détecter les cas de corruption après qu’ils aient eu lieu, mais aussi de prédire où et quand ils pourraient se produire à l’avenir, offrant ainsi une opportunité de prévention proactive.

Parallèlement à ces innovations technologiques, il devient impératif de mettre en place un cadre réglementaire et éthique robuste pour encadrer l’utilisation de l’IA dans la lutte contre la corruption. Ce cadre devra garantir que l’exploitation des données se fait dans le respect de la vie privée et des libertés individuelles, tout en assurant une transparence et une responsabilité dans les algorithmes utilisés. La régulation devra également s’attaquer aux défis posés par les biais algorithmiques, en veillant à ce que les systèmes d’IA ne perpétuent pas les inégalités existantes mais contribuent plutôt à une société plus juste. En outre, la nécessité d’une collaboration internationale devient évidente, car la corruption ne connaît pas de frontières. Le partage des connaissances, des technologies et des meilleures pratiques entre les pays et les organisations peut accélérer le développement et l’adoption de solutions d’IA efficaces contre la corruption.

De telles initiatives conjointes peuvent également contribuer à l’élaboration de normes internationales pour l’utilisation éthique de l’IA dans la sphère politique et au-delà. En somme, l’avenir de la lutte contre la corruption à travers l’IA se dessine sous le signe de l’innovation continue et de la coopération mondiale, soutenues par un cadre réglementaire et éthique solide. Ce trio dynamique d’innovation technologique, de régulation adaptée et de collaboration internationale est essentiel pour exploiter pleinement le potentiel de l’IA dans la création d’un environnement politique plus transparent, équitable et intègre.

Cet article a exploré le rôle croissant de l’intelligence artificielle dans la lutte contre la corruption et la promotion de l’éthique en politique, mettant en lumière les diverses manières par lesquelles l’IA peut détecter la fraude, améliorer la transparence des fonds publics, et optimiser les processus gouvernementaux. À travers des exemples tels que ProZorro en Ukraine, l’outil Arachne de la Commission européenne, et l’initiative Operação Serenata de Amor au Brésil, nous avons vu comment l’IA apporte des solutions innovantes pour identifier et prévenir la corruption. Ces cas illustrent clairement le potentiel de l’IA à révolutionner les efforts anti-corruption, offrant des moyens plus efficaces et précis pour combattre ce fléau global. Cependant, le développement et l’application de l’IA dans ce domaine ne sont pas sans défis, notamment en termes de questions éthiques, de vie privée, de risques de biais algorithmique, et de l’accès et la dépendance technologiques. L’importance d’un cadre réglementaire et éthique pour guider l’utilisation de l’IA est à souligner, assurant que son déploiement se fait de manière responsable et équitable. En conclusion, l’IA détient un potentiel immense pour aider dans la lutte contre la corruption et encourager une gouvernance plus éthique. Toutefois, pour réaliser pleinement ce potentiel, il est essentiel que les décideurs politiques, les développeurs d’IA, et la société civile collaborent étroitement. Ensemble, ils doivent veiller à ce que l’innovation technologique avance de concert avec les principes éthiques, garantissant que les outils d’IA soient utilisés non seulement pour détecter et prévenir la corruption mais aussi pour promouvoir une société plus juste et transparente. L’avenir de la lutte contre la corruption dépendra de notre capacité collective à embrasser ces technologies émergentes tout en naviguant de manière responsable à travers leurs implications sociétales.

 

*La famille Gupta, originaire d’Inde, est devenue tristement célèbre en Afrique du Sud pour son implication dans des scandales de corruption d’une ampleur considérable, qui ont profondément secoué la politique et l’économie du pays. Atul, Ajay et Rajesh Gupta, les frères au cœur de cette controverse, ont établi des liens étroits avec des personnalités politiques de haut niveau, notamment avec le président Jacob Zuma, leur permettant d’exercer une influence indue sur les décisions gouvernementales et l’attribution de contrats publics majeurs. Leur capacité à manipuler les processus d’appel d’offres et à détourner des fonds publics à leur avantage a non seulement entraîné des pertes financières significatives pour l’État sud-africain mais a également ébranlé la confiance du public dans les institutions démocratiques du pays. Les révélations autour de leurs activités, souvent regroupées sous le terme de « state capture » (capture de l’État), ont déclenché une série d’enquêtes judiciaires et de commissions d’enquête, mettant en lumière la profondeur et l’étendue de la corruption au sein de l’administration sud-africaine. La saga de la famille Gupta demeure un cas d’école sur les dangers de la corruption systémique et l’importance cruciale de la transparence et de l’intégrité dans la gouvernance publique.

 

Références & bibliographie :

  • Articles académiques sur l’IA et la lutte contre la corruption :
    • « Utilisation de l’intelligence artificielle pour détecter la fraude et la corruption » – Journal de la Technologie et de l’Éthique.
    • « L’impact de l’intelligence artificielle sur la gouvernance et les politiques publiques » – Revue Internationale de la Politique Publique.
  • Rapports d’organisations internationales :
    • « L’IA contre la Corruption: Opportunités et Défis » – Rapport de l’ONU sur la Gouvernance.
    • « Stratégies de l’UE pour l’Utilisation de l’IA dans la Lutte contre la Corruption » – Document de Stratégie de la Commission Européenne.
  • Études de cas et analyses :
    • « Analyse de l’efficacité de ProZorro dans la lutte contre la corruption en Ukraine » – Centre d’Analyse Politique.
    • « Operação Serenata de Amor: Une étude de cas sur l’IA et la participation citoyenne au Brésil » – Journal de la Démocratie Numérique.
  • Documentation technique sur les outils d’IA :
    • « Arachne: Outil de Détection des Risques de la Commission Européenne – Manuel Technique ».
    • « Conception et Développement de Systèmes d’IA pour la Transparence dans les Marchés Publics » – Conférence Internationale sur l’IA et la Transparence.
  • Livres et chapitres de livres :
    • « Intelligence Artificielle et Éthique dans la Conception des Politiques Publiques » – Chapitre dans « Éthique de l’IA et Politiques Publiques ».
    • « Innovations Technologiques et Lutte contre la Corruption: Le Rôle de l’IA » – dans « Technologie, Gouvernance et Éthique ».

Nous soutenir

Si vous aimez notre travail, c’est par ici !

suivez-nous sur les réseaux

#LTR

A lire aussi…

Le Nouveau Front Populaire doit devenir le camp de la concorde nationale

La situation politique inédite dans laquelle nous nous trouvons, celle de la constitution de trois blocs sans majorité à l’Assemblée nationale, nécessite de ralentir et de s’accorder, chose difficile s’il en est dans le brouhaha ambiant, un temps de réflexion et d’analyse.

Mettre fin au cocktail explosif entre bataille identitaire et réseaux sociaux, rompre avec l’impuissance publique qui mine le pays depuis 40 ans, renouer avec des politiques ambitieuses de cohésion sociale. Tel pourrait être le sens d’une gauche qui assumerait de nouveau être le camp d’une concorde nationale retrouvée.

Lire la suite »

Marx et Veblen permettent de comprendre les crises écologiques davantage que le Club de Rome et Latour

Docteur en Économie, Vincent Ortiz vient de publier aux Éditions du Cerf un ouvrage intitulé : L’ère de la pénurie : Capitalisme de rente, sabotage et limites planétaires, dans lequel il revient sur la manière dont un certain nombre de discours écologistes centrés sur l’épuisement des ressources naturelles viennent paradoxalement favoriser l’explosion des profits des multinationales pétrolières. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur ce constat qui peut sembler contre-intuitif.

Lire la suite »

Lire aussi...

Préserver la laïcité

Dans cet entretien, les auteurs reviennent sur les thèses principales de leur ouvrage « Préserver la laïcité » : quel a été le cheminement jusqu’à l’adoption de la loi de 2004 ? Quels ont été

Lire la suite »
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter