Chronique

L’hégémonie américaine est loin d’être terminée

Affaiblie par le trumpisme, contestée par l’alliance stratégique nouée entre la Chine et la Russie, la diplomatie américaine semble de moins en moins dominante et capable de maintenir la pax americana. Cette faiblesse diplomatique démontre-t-elle que l’hégémonie des États-Unis prend fin et que le XXIe siècle verra l’avènement d’une nouvelle hiérarchie mondiale ? Dans sa chronique mensuelle, David Cayla estime que, sur le plan économique, rien ne permet d’affirmer que l’hégémonie américaine soit menacée.

En publiant Après l’empire en 2002, Emmanuel Todd annonçait la « décomposition » du système américain. Selon lui, l’agressivité montrée par Washington à la suite des attentats du 11 septembre 2001 et les invasions successives de l’Afghanistan et de l’Irak ne reflétaient pas l’hyperpuissance des États-Unis, mais sa fragilité. Les causes de cette fragilité ? L’émergence de rivaux stratégiques tels que la Chine, la Russie, voire l’Union européenne que Todd estimait alors en voie d’émancipation ; les difficultés de plus en plus importantes que rencontraient les États-Unis pour rester les « gendarmes du monde » ; une économie désindustrialisée et dépendante de ses importations en produits manufacturés ; et enfin l’exacerbation de tensions sociales et raciales qui menaçait les fondements démocratiques de la première puissance mondiale. Todd pronostiquait que le monde s’harmoniserait et se passerait progressivement de la tutelle américaine du fait de la transition démographique et de l’alphabétisation généralisée. Après une phase de transition susceptible d’accentuer les conflits, le XXIe siècle pourrait s’avérer plus pacifiste et l’hégémonie américaine devenir obsolète.

Plus de vingt ans ont passé depuis la sortie de cet ouvrage et le moins qu’on puisse dire est que l’idée d’un affaiblissement de l’hégémonie américaine fait toujours l’actualité. Entretemps, une crise économique et financière d’une ampleur exceptionnelle a ravagé Wall Street, Donald Trump a été élu, le Capitole fut envahi par des émeutiers d’extrême droite, les États-Unis se sont retirés d’Irak et d’Afghanistan sans être parvenus à atteindre leurs objectifs politiques, et la balance commerciale américaine continue d’afficher un profond déficit. Sur le plan international, la situation n’est guère meilleure pour le « gendarme du monde ». Les conflits en Ukraine et au Proche-Orient démontrent l’impuissance de Washington à enrayer l’agressivité de ses rivaux (la Russie) comme celle de ses alliés (Israël).

Pour la plupart des observateurs, les États-Unis seraient en train de vivre au XXIe siècle ce que les Britanniques ont vécu au XXe. Après avoir régné sur le monde en profitant de son avance industrielle, le Royaume-Uni était entré dans une phase de déclin au début du XXe siècle, passant le flambeau du leadership mondial aux Américains. Si l’histoire se répète, deux scénarios sont possibles. Soit une autre puissance telle que la Chine, l’Inde, voire l’Union européenne devient le prochain hégémon, soit aucune puissance ne se détache et le monde entrera alors dans une phase multipolaire de puissances rivales. Récemment, un troisième scénario a été proposé, celui d’une nouvelle guerre froide entre le « Sud global » (qui inclut la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil, l’Iran…) et les pays occidentaux au sens large (Amérique du Nord, Europe non russe, Japon, Corée du Sud, Australie et Nouvelle Zélande).

Tous ces scénarios reposent sur un postulat qui n’est jamais démontré tant il apparaît évident : la fin de l’hégémonie américaine.

Le monde est-il vraiment en train de se dédollariser ?

Il est vrai que sur le plan économique, la puissance américaine semble en déclin, du moins relativement aux autres pays. En 1970, le PIB américain représentait près du tiers du PIB mondial (31,4%). Cinquante et un an plus tard, en 2021, il n’en représentait plus que 24,1%[1]. Signe de ce déclin, de plus en plus de pays tendent à se passer du dollar dans leurs transactions commerciales, soit parce qu’ils y sont contraints du fait des sanctions (Russie, Iran…), soit pour des raisons politiques et diplomatiques. Même des alliés historiques de Washington comme l’Egypte et l’Arabie Saoudite souhaitent abandonner le dollar pour commercer entre eux. De son côté, la Chine fait tout pour développer son autonomie commerciale en finançant et en rachetant, dans le cadre des Nouvelles routes de la soie, des infrastructures portuaires et ferroviaires, créant ainsi à son avantage de nouvelles dépendances dans les pays en voie de développement…  ainsi que dans quelques pays européens.

Ce processus de dédollarisation est-il amené à s’étendre et reflète-t-il la fin de l’hégémonie américaine ? Pour répondre à cette question il convient de rappeler que la monnaie a plusieurs usages. Elle peut être utilisée comme moyen de paiement, mais elle peut aussi servir de réserve de valeurs via l’achat d’actifs financiers. Or, si le dollar est un peu moins utilisé comme moyen d’échange, cela n’implique pas nécessairement que son poids dans les réserves de change diminue. Au deuxième trimestre 2023, les actifs libellés en dollar représentaient près de 60% des réserves de change des banques centrales selon le FMI. Une part qui s’est érodée en vingt ans puisque le dollar représentait un peu plus de 70% des réserves de change en 1999. La monnaie américaine reste donc hégémonique dans les réserves. En comparaison, l’euro n’en représente qu’environ 20% alors que l’UE est la première puissance commerciale mondiale. Quant au renminbi chinois sa part n’est que de 2,45% et elle a eu plutôt tendance à décliner dans la dernière période.

Autrement dit, même si le dollar est moins présent dans les échanges internationaux (il est tout de même utilisé dans un peu plus de 40% des transactions internationales) il continue d’être privilégié pour l’épargne. Il y a deux raisons à cela. La première est que Wall Street reste, de loin, la première place financière au monde. La force de la finance américaine vient du fait que son économie s’endette massivement et peut donc proposer un volume d’actifs financiers très attractif, avec des taux d’intérêt souvent plus élevés qu’en Europe. La seconde raison pour laquelle les épargnants préfèrent acheter des actifs en dollars est que les États-Unis sont un État de droit où l’investisseur est plus protégé qu’ailleurs, en particulier en comparaison de pays où le droit a tendance à se plier aux injonctions politiques, comme en Chine ou en Russie.

Une économie américaine fortement désindustrialisée

En matière économique et industrielle peut-on dire que les États-Unis sont en déclin ? Dans son ouvrage, Emmanuel Todd soulignait son considérable affaiblissement industriel. Sur ce point, le diagnostic est incontestable. Le secteur manufacturier américain représente moins de 12% du PIB et moins de 10% de l’emploi total, ce qui fait des États-Unis l’un des pays les plus désindustrialisés au monde (graphique 1).

Graphique 1 : Évolution de l’emploi du secteur manufacturier aux États-Unis (2000-2023).

Plusieurs conséquences découlent de cette sous-industrialisation. La première est le déficit de la balance des biens qui caractérise l’économie américaine depuis plus de cinquante ans et qui représente aujourd’hui entre 4 et 5% de son PIB. Ce déficit est problématique, car il signifie que la première puissance mondiale est dépendante du reste du monde pour une grande partie de ses biens de consommation et de production. Il implique aussi une dépendance financière puisque, chaque année, les Américains doivent s’endetter pour financer leurs besoins de consommation. Autre conséquence délétère, les problèmes sociaux et politiques entrainés par la perte d’emplois qui étaient souvent plus stables et mieux rémunérés que la moyenne. Le succès de Trump dans les États anciennement industrialisés de la région des Grands lacs en témoigne[2]. Enfin cette désindustrialisation handicape les États-Unis dans la mise en œuvre de la transition écologique. Il faudrait que les industriels puissent investir dans des équipements décarbonés, mais cela suppose qu’ils en aient les moyens, ce qui est loin d’être évident compte-tenu de leur affaiblissement général.

Le déclin industriel américain ressemble à celui qui a touché le Royaume-Uni à la fin du XIXe siècle. Il convient cependant de le relativiser. D’abord, parce que même avec 11% du PIB, le secteur manufacturier américain représente un volume d’activité respectivement 3,8 et 3,3 fois plus important que celui de l’Allemagne et du Japon. Seule la Chine, ou la zone euro dans son ensemble, pourraient rivaliser avec la puissance de l’industrie américaine[3]. Par ailleurs, comme le montre le graphique 1, la baisse de l’emploi manufacturier semble enrayée depuis la crise de 2009. C’est sans doute le fruit des pratiques commerciales protectionnistes et d’une politique industrielle plus ambitieuse portée par Washington.

Une avance technologique et scientifique qui s’est renforcée

Ce qui fait la force de l’économie américaine n’est pas la résilience partielle de son industrie, mais plutôt sa capacité à maintenir un écart conséquent avec le reste du monde dans les secteurs les plus avancés sur le plan technologique. Chaque année, près d’un million d’étudiants, parmi les plus brillants, partent étudier aux États-Unis. D’autres obtiennent un permis de travail et s’installent définitivement. Cette émigration concerne plus particulièrement les hauts diplômes et s’affirme davantage dans les secteurs scientifiques et technologiques, à tel point que, dans les domaines des sciences dures et de l’ingénierie, près de la moitié des contrats postdoctoraux américains sont occupés par des étrangers. Les autorités américaines pratiquent de longue date une politique d’immigration choisie qui draine les meilleurs cerveaux.  Conséquence de cette politique, le nombre de travailleurs étrangers travaillant dans les secteurs technologiques (STEM[4]) a plus que doublé en 20 ans, passant de 1,2 millions en 2000 à 2,5 millions en 2019. Les travailleurs d’origine étrangère représentent désormais 23,1% de la force de travail dans les STEM, contre 16,4% en 2000.

Ces dernières décennies, ce sont des États-Unis qu’ont émergé les sociétés les plus innovantes. C’est vrai dans la pharmacie (Pfizer et Moderna), dans le domaine spatial (Blue Origin, SpaceX), dans l’intelligence artificielle (Open AI, Deepmind) et même dans la voiture électrique (Tesla). Le territoire américain accueille les sièges sociaux de presque tous les géants du numérique. C’est le cas des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), mais aussi des sociétés qui ont émergé plus récemment telles que Netflix, Uber, Airbnb ou Zoom. En fait, lors des deux dernières décennies, les batailles dans le secteur numérique ont pratiquement toutes été remportées par des sociétés américaines. Microsoft a conjuré les menaces de Libre Office et de Linux, Apple a pris la place de Nokia comme entreprise leader de la téléphonie mobile, YouTube a balayé Dailymotion, Google s’est imposé comme la référence des moteurs de recherche, la Fnac n’a pas résisté face à Amazon. Quelques rares entreprises européennes ont subsisté comme Spotify ou Booking ; mais il s’agit d’exceptions et ce sont pour la plupart des sociétés relativement anciennes. Enfin, les États-Unis dominent plus que jamais le secteur culturel. Les séries, les films et les franchises américaines de type Marvel se partagent les écrans, et on ne peut que constater que les stars de la musique qui ont émergé depuis le début des années 2000 (Lana Del Rey, Taylor Swift, Beyoncé, Billie Eilish …), sont la plupart du temps originaires d’outre-Atlantique. Même la pop anglaise a pratiquement disparu des classements mondiaux d’écoute musicale, ce qui était loin d’être le cas, ne serait-ce que dans les années 1990[5].

À la fin du XIXe siècle, l’une des difficultés rencontrées par les Britanniques était qu’ils ne parvenaient pas à s’imposer dans les technologies de la deuxième révolution industrielle : les appareils électriques, la chimie, l’automobile. Aujourd’hui, on ne peut que constater que l’économie américaine s’est parfaitement adaptée au tournant technologique du XXIe siècle et on ne voit pas quel pays pourrait lui contester la suprématie dans ces secteurs.

Ainsi, même si elle est devenue moins industrielle, l’économie américaine parvient à compenser ce handicap en dégageant d’importants revenus dans les secteurs numérique et culturel. Le déficit commercial de la balance des biens est de ce fait en partie compensé par d’importants excédents dans la balance des services et des revenus primaires (graphique 2). Ces revenus sont clairement la conséquence des rentes numériques et des droits de propriété intellectuelle générés par les investissements dans les activités technologiques, la culture et le numérique. Notons qu’une partie de ces revenus ne sont pas rapatriés pour des raisons fiscales. On peut donc penser que les revenus réels sont supérieurs à ce qu’indiquent les chiffres officiels.

Graphique 2 : Évolution de la balance courante des États-Unis en pourcentage du PIB (1989-2022)

Un dynamisme démographique et économique incontestable

Pour terminer l’état des lieux de la puissance américaine il convient d’étudier une dernière composante indispensable à la perpétuation d’un hégémon : la dynamique démographique. À première vue, on pourrait croire que la démographie étatsunienne pèse peu par rapport à celle de la Chine. Comment 340 millions d’Américains pourraient durablement dominer une Chine de 1,4 milliards d’habitants et rester hégémoniques sur une planète où vivront bientôt 9 milliards d’êtres humains ? C’est très simple. La population américaine croît rapidement. Ces vingt dernières années, elle a augmenté de 50 millions d’habitants, en grande partie grâce à l’immigration. Sur cette même période, la Russie a vu sa population légèrement décliner ; un déclin démographique qui pourrait s’accélérer à l’avenir en raison d’un indice de fécondité d’environ 1,5 enfants par femme. En Chine, la politique de l’enfant unique a, depuis plusieurs décennies, fortement réduit l’indice de fécondité à un niveau qui ne permet plus de renouveler les générations. La population chinoise en âge de travailler, qui est déjà en train de décroître, devrait être inférieure de 220 millions en 2050 par rapport à ce qu’elle est aujourd’hui d’après l’INED. À cette date, la population des États-Unis devrait approcher les 400 millions.

Alors que, en cette fin d’année 2023, la zone euro entre en récession et que la plupart des pays développés décrochent depuis 20 ans en termes de richesse par habitant par rapport aux États-Unis (graphique 3) la question à se poser ne devrait pas être celle du déclin de l’empire américain, mais plutôt celle de savoir pourquoi l’Europe, dans son ensemble, s’avère incapable d’afficher un dynamisme économique comparable à celui des États-Unis, et de comprendre pourquoi le PIB par habitant de la zone euro y est presque deux fois plus faible[6]. En octobre dernier le Financial Time le constatait crument : « l’avance de l’économie américaine sur celle de l’Europe […] devrait perdurer en 2024 et au-delà ». Autrement dit, l’hégémonie américaine est loin d’être terminée.

Graphique 3 : Évolution du PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) des principaux pays développés.

David Cayla

Références

[1] Source : Statistiques de l’ONU. PIB à prix courants, en dollars.

[2] La question sociale et le niveau extrêmement élevé des inégalités eux États-Unis pose naturellement la question de la permanence de la démocratie aux États-Unis que Todd soulevait dans son ouvrage. Il est néanmoins difficile de la traiter dans le cadre de cet article. Notons tout de même qu’en cas de réélection de Donald Trump, la stabilité de la société américaine et donc sa capacité à préserver son hégémonie pourraient être menacées.

[3] Le secteur manufacturier américain représente 11% d’un PIB de 25 460 milliards de dollars, soit une production de valeur ajoutée annuelle de 2800 milliards de dollars. En comparaison l’industrie allemande dans son ensemble représente 733 milliards de dollars, celle du Japon 846 milliards et celle de la Chine 5029 milliards. Ajoutons que le niveau technologique de la production industrielle chinoise est très inférieur à celui des trois précédents. Source : Banque mondiale : https://data.worldbank.org/indicator

[4] STEM est l’acronyme pour « science, technology, engineering, and mathematics ».

[5] On ne trouve aucun artiste européen dans le classement Spotify 2023 des dix artistes les plus écoutés sur la plateforme. Deux sont canadiens, deux sont colombiens, un est mexicain. Les cinq autres sont tous originaires des États-Unis.

[6] D’après la Banque mondiale, le PIB par habitant de la zone euro était de 40 755$ en 2022, contre 76 399$ pour les États-Unis. Autrement dit, un Américain bénéficie en moyenne d’un revenu annuel supérieur de 87% à celui d’un habitant de la zone euro. Évalué en parité de pouvoir d’achat pour supprimer les effets du taux de change, cet écart diminue à 35%.

Lire aussi...

Avec Kundera et Eco, le rire face aux absolutismes
Intelligence artificielle : un nouvel horizon dans la lutte contre la corruption
Portal Kombat, le réseau russe de manipulation de l’opinion des Etats européens
De quoi la naïveté d’EDF envers Amazon est-elle le nom ?
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter