Chronique

Réflexions sur le bon usage du PIB

Et quelques questions à Timothée Parrique et aux partisans de la décroissance
La décroissance est-elle un projet réaliste ? À entendre ses principaux partisans, elle constituerait à la fois une réponse aux injustices du capitalisme marchand et une solution pour mettre en œuvre une économie respectueuse des limites écologiques de la planète. En proposant une lecture critique du dernier ouvrage de Timothée Parrique, théoricien français de la décroissance, David Cayla explique pourquoi le projet décroissant, selon lui, représente une rupture anthropologique d’une grande violence qui a très peu de chances de rencontrer une acceptation sociale.

Dans un ouvrage paru il y a quelques mois, Ralentir ou périr : l’économie de la décroissance, l’économiste Timothée Parrique entend proposer une réflexion générale sur la décroissance. Étrangement, pourtant, Parrique a du mal à en dégager une définition précise, pas plus qu’il ne définit vraiment la croissance ou le PIB. « Mais qu’est-ce que la croissance ? écrit-il au début du chapitre 1. Une hausse du PIB, répondront certains. Mais encore ? Définir la croissance comme une hausse du PIB revient à décrire la chaleur comme une hausse de la température ; c’est une description sans explication ».

En ce qui concerne la décroissance, plusieurs définitions sont proposées, ce qui finit par créer une certaine confusion. À la fin de l’introduction, la décroissance est définie comme une « réduction de la production et de la consommation pour alléger l’empreinte écologique planifiée démocratiquement dans un esprit de justice sociale et dans le souci du bien-être » qui permettrait d’aller vers une société « post-croissante », c’est-à-dire indifférente à la croissance. Mais d’autres définitions s’ajoutent par la suite. Dans le chapitre 5, on assiste ainsi à une profusion de définitions souvent abstraites et sans contenu opérationnel : « la décroissance est avant tout une théorie critique », peut-on lire. Puis : « La décroissance est plus qu’un concept académique, c’est devenu un vaste domaine d’action ». Le début du chapitre 6 s’ouvre par ces phrases : « Qu’est-ce que la décroissance ? Si la question est simple, la réponse, elle, l’est nettement moins. Car la décroissance, c’est beaucoup de choses à la fois : une stratégie de transition, mais aussi un mouvement, une mosaïque de pratiques, un courant de pensée, une théorie critique, et un domaine d’étude. »

Peut-on dire que la décroissance signifie la baisse du PIB ? Même cela n’est pas très clair. « La baisse du PIB n’est pas un objectif mais seulement l’une des conséquences d’une politique de décroissance. Assimiler une douloureuse récession à une politique maîtrisée de décroissance juste parce qu’elle provoque une baisse du PIB est aussi absurde que de comparer une amputation à un régime juste parce qu’elle engendre une perte de poids » écrit-il. Il faut arriver au début du chapitre 7, pour trouver la formule qui semble le mieux résumer la pensée de l’auteur : « la décroissance est une stratégie qui vise à atteindre une taille économique théorique qui garantit le bien-être et la justice sociale (les planchers sociaux) sans dépasser la capacité de charge des écosystèmes (le plafond écologique) ». Remarquons que la formulation, s’est précisée par rapport à celle proposée en introduction. On ne parle plus d’un « souci » de bien-être et d’un « esprit » de justice sociale mais plutôt de les garantir. Elle est également complétée par deux lignes rouges. Un « plancher social », c’est-à-dire un niveau de production minimal acceptable socialement, et un « plafond écologique », c’est-à-dire un niveau maximal d’empreinte écologique. Cette précision permet de comprendre en quoi la décroissance est un pari. En effet, quelle certitude avons-nous que le plancher social sera plus bas que le plafond écologique ? Et que fait-on si ce n’est pas le cas ?

Réduire le PIB ou réduire l’économie ?

La formule du chapitre 7 pose un autre problème : elle semble contredire le propos du chapitre 1 consacré au PIB. Dans ce premier chapitre, Parrique insiste sur l’importance de distinguer l’indicateur de ce qu’il est censé représenter, à savoir l’économie. Le PIB, explique-t-il, ne représente que la partie émergée de l’iceberg économique car l’économie est avant tout « anthropologique ». Elle constitue « l’organisation sociale de la satisfaction des besoins ». Or, une grande partie de l’économie, celle qui est immergée, est invisible aux yeux des responsables politiques car non prise en compte dans l’indicateur. « Le PIB n’est qu’une estimation sélective et approximative de la production, et uniquement selon une certaine conception de la valeur. Il ne mesure pas l’économie anthropologique, mais une représentation simplifiée et quantifiable de celle-ci », écrit-il avec justesse.

L’insistance mise dans ce premier chapitre à distinguer le PIB (la mesure quantifiable) et l’économie anthropologique (la satisfaction des besoins) donnait à penser que la décroissance visait à réduire le PIB tout en préservant la pleine satisfaction des besoins sociaux. Pourtant, on vient de voir que ce n’est pas ainsi qu’est définie la décroissance au chapitre 7 puisque Parrique évoque non pas la réduction de la taille du PIB, mais bien celle de l’économie dans son ensemble. L’enjeu de la décroissance ne serait donc pas, contrairement à ce qu’il écrit dans le chapitre 1, de « sortir l’iceberg de l’eau » mais de réduire l’iceberg lui-même, et donc de diminuer la capacité de la société à satisfaire certains besoins sociaux. C’est d’ailleurs le sens de son propos introductif : « Le défi qui se tient devant nous est celui du moins, du plus léger, du plus lent, du plus petit. C’est le défi de la sobriété, de la frugalité, de la modération, et de la suffisance ».

Modération, frugalité, sobriété… La décroissance ne vise pas seulement à réduire le PIB mais surtout à limiter les besoins auxquels entend répondre l’économie anthropologique. Cette posture, il est vrai, est cohérente avec le concept de « plafond écologique ». Du point de vue de la planète, peu importe que l’atteinte à l’environnement soit le fait d’une activité incluse ou non dans le PIB. Par exemple, si j’appelle un taxi pour me rendre à la gare, je fais croître le PIB ; si je demande à un ami de m’y emmener en voiture, je réponds au même besoin sans faire varier le PIB. Mais du point de vue de la planète, les deux opérations sont parfaitement équivalentes. Dans les deux cas du pétrole aura été consommé, du CO2 émis. Le fait de transformer une activité marchande comptabilisée dans le PIB en activité bénévole qui n’est pas comptabilisée ne réduit en aucun cas le problème des émissions de CO2. Aussi, ce n’est pas le PIB qu’il faudrait réduire, mais bien l’économie dans son ensemble.

Si tel est l’objectif de la décroissance – limiter nos besoins sociaux pour limiter notre emprise sur l’environnement – pourquoi dans ce cas commencer le livre par une critique du PIB ? En réalité, l’ouvrage de Timothée Parrique ne cesse de multiplier les fausses pistes et semble avoir du mal à expliquer clairement son projet. Par exemple, le chapitre 3 intitulé « Marché contre société » évoque l’importance des « forces reproductives de l’économie », autrement dit le fait qu’une société marchande ne peut fonctionner durablement sans s’appuyer sur le travail et le soutien des nombreuses activités non marchandes qui participent à la reproduction sociale. J’avais exprimé la même réflexion dans l’introduction de L’Économie du réel et je ne peux donc qu’adhérer à l’idée que la « croissance de l’activité marchande n’est pas toujours synonyme de progrès ». Mais dire qu’il faut réduire la marchandisation de la société n’est pas équivalent à dire qu’il faut réduire le PIB ou la taille de l’économie. Tout le PIB n’est pas marchand, et toute l’économie ne se résume pas au PIB.

La vraie signification du PIB

En fin de compte, quel est l’objectif de la décroissance ? Est-ce de réduire la taille de l’économie, c’est-à-dire d’aller vers une forme de sobriété en renonçant à certains de nos besoins superficiels (c’est ce que semble dire l’introduction et la définition du chapitre 7) ? Est-ce qu’il s’agit de réduire le PIB qui constitue la partie de l’économie qui est monétarisée (c’est ce que semble dire le chapitre 1) ? Ou alors l’objectif serait-t-il surtout de réduire la part marchande du PIB comme le laisse entendre le chapitre 3 ?

Pour bien comprendre l’enjeu de ce débat, il faut justement en revenir au PIB. Dans le chapitre 1, Timothée Parrique explique la manière dont il est calculé sans trop s’appesantir sur sa signification et sa composition. Il écrit notamment que le PIB est « le résultat d’une gigantesque addition » calculée de trois manières : par la production de valeur ajoutée, par les revenus et par les dépenses. Le lecteur peu attentif aura du mal à comprendre l’information essentielle contenue dans ce passage. Car le PIB ne relève pas d’un simple « calcul » ; il représente réellement l’ensemble de la valeur de la production monétarisée, l’ensemble des dépenses et l’ensemble des revenus. L’un des biais systématiques des théoriciens de la décroissance est d’évacuer un peu rapidement la conséquence de ce fait : réduire le PIB, ce n’est pas nécessairement réduire la production de richesses, car toute la richesse n’est pas monétarisée et donc comptabilisée dans le PIB. En revanche, réduire le PIB c’est forcément réduire les revenus. Il est en effet impossible de diminuer la production de richesses monétaires sans faire baisser les revenus du même montant. Réduisez la production marchande de 100 milliards d’euros, vous réduirez mécaniquement les revenus monétaires de 100 milliards d’euros. Et vous réduirez aussi, par la même occasion, les recettes fiscales et donc la capacité de financer l’activité non marchande, c’est-à-dire des services publics. De même, la consommation individuelle des ménages sera forcément réduite de 100 milliards d’euros, voire de davantage si une boucle récessive s’enclenche.

À ce sujet, il faut insister sur un point. Affirmer que la décroissance n’a rien à voir avec la récession a tout d’un sophisme. Faire un régime n’est certes pas la même chose que de s’amputer un bras ; mais une baisse du PIB est une baisse du PIB. Qu’elle soit voulue et planifiée ou non désirée et non anticipée ne change aucunement ses conséquences : toute diminution du PIB réduira les revenus et engendrera un effet récessif. On ne peut pas jeter à la poubelle les apports de la théorie keynésienne au prétexte que la décroissance serait un projet global, ambitieux et démocratique.

Composition du PIB français

Résumons. Le PIB est égal à la somme des valeurs de la production monétarisée, à la somme des dépenses de consommation et à la somme des revenus. Ces trois sommes relèvent exactement de la même chose, c’est pour cette raison qu’elles sont identiques.

Pour comprendre ce que cela implique observons les chiffres de l’économie française. En 2022, le PIB s’élevait, d’après l’INSEE, à 2351 milliards d’euros. Ce montant représente tous les revenus produits par l’économie à destination des agents résidents (ménages, entreprises, administrations) pendant un an. Un peu plus de la moitié de ces revenus, soit 1213 milliards d’euros ont été dépensés par les ménages pour leur consommation personnelle. 625 milliards d’euros, soit environ le quart du PIB, a été consacré à financer la consommation non marchande (575 milliards venant des administrations publiques, et 50 milliards des associations caritatives). Le reste, soit 576 milliards (un peu moins du quart du PIB), a été consacré à l’investissement et regroupe celui des entreprises (332 milliards), des organismes publics (84 milliards) et l’investissement immobilier des ménages (128 milliards). Si l’on fait la somme de toutes ces dépenses, on s’aperçoit qu’elle est supérieure aux revenus. 1213 + 625 + 576 = 2414. On en déduit que l’économie française, dans son ensemble, a davantage dépensé qu’elle n’a reçu de revenus. La différence est égale à la balance commerciale qui était négative en 2022. Les exportations (744 milliards) ont été inférieures aux importations (829 milliards). L’écart entre ces deux sommes (-85 milliards) auquel il faut ajouter le solde des revenus issus de l’étranger (+22 milliards) représente l’écart entre les revenus et les dépenses (-63 milliards).

Ces chiffres sont importants à avoir en tête. Car avant de dire qu’il faut réduire le PIB, il est important de savoir de quoi parle-t-on exactement, ce que les théoriciens de la décroissance font rarement. En fin de compte, on peut dire, pour simplifier, que le PIB est constitué pour moitié de la consommation marchande des ménages, pour 25% de la consommation non marchande et pour 25% des dépenses d’investissement. Enfin, ajoutons qu’environ un tiers de la richesse monétaire consommée en France provient de nos achats à l’étranger, et qu’un peu moins du tiers de la richesse monétaire produite est exportée.

Que doit-on réduire ? Pourquoi ce n’est pas si simple

À présent que ces chiffres sont clairs, imaginons que nous réduisions le PIB de manière organisée et démocratique. Que devrait-on réduire de manière prioritaire ? Les dépenses de consommation des ménages ? La production de services publics et des associations caritatives ? L’investissement ? Et dans quelle proportion le PIB devrait-il être réduit ?

Le livre de Timothée Parrique n’apporte aucune réponse claire à ces questions. Voici ce qu’il écrit dans le chapitre 6.

« Les secteurs amenés à décroître ne seront pas dépecés au fendoir ; imaginons plutôt une redirection graduelle de l’économie, planifiée démocratiquement, dans laquelle une partie de nos ressources, de notre temps de travail, de notre énergie, et de nos matériaux cessera d’être mobilisée pour produire certaines marchandises (surtout celles qui polluent et qui ne contribuent pas ou peu au bien-être), et pourrait alors être remobilisée partiellement au bénéfice de la société. Il faut également dissiper un autre malentendu : réduire la production par la décroissance ne veut en aucun cas dire s’appauvrir. On peut très bien diminuer fortement la valeur ajoutée monétaire d’une économie (le PIB) tout en augmentant la valeur ajoutée sociale et écologique, par exemple grâce à la hausse du temps libre et à l’amélioration des services écosystémiques. »

Le problème est que cette proposition est contradictoire avec la définition donnée au chapitre suivant où la décroissance est définie comme une réduction de la taille de l’économie. Dans ce passage Parrique semble dire qu’il faudrait substituer des activités non marchandes et non monétarisées aux activités marchandes. Il y aurait donc bien baisse du PIB mais pas nécessairement diminution de la taille de l’économie. Passons. De combien faudrait-il diminuer l’économie ? Une quantification indicative est formulée un peu plus loin : « Imaginons que le contexte écologique nous impose de réduire la taille totale de l’économie de moitié. Il faudrait donc produire moitié moins, et donc, travailler moitié moins ». Parrique évoque bien, cette fois, la « taille de l’économie ». Donc, on suppose qu’il parle de l’économie anthropologique. Mais cela est contradictoire car la solution proposée qui consiste à diminuer le temps de travail. En effet, celui-ci représente une activité rémunérée et donc liée au PIB. Si on diminue le temps de travail et qu’on augmente le temps d’activité libre dans les mêmes quantités, l’activité économique sera maintenue tout en étant démonétarisée. Dans ce cas, la taille de l’économie ne diminue pas et rien ne permet d’affirmer qu’on allège les contraintes écologiques. Faire le taxi de manière rémunérée ou conduire un ami à la gare ne réduit pas l’empreinte carbone du déplacement.

C’était bien la peine d’écrire tout un chapitre visant à distinguer le PIB de l’économie anthropologique pour ensuite confondre systématiquement les deux dans les chapitres suivants ! À nouveau, la confusion entre économie / PIB / marchandisation pose des problèmes de cohérence au raisonnement.

Les conséquences d’une baisse du PIB

Admettons qu’on souhaite réduire le PIB pour respecter le « plafond écologique » et admettons que l’activité non monétarisée ne puisse s’y substituer entièrement. Quelle serait notre marge de manœuvre ? De combien pourrait-on baisser le PIB sans pour autant crever le plancher social ? Prenons une hypothèse optimiste et admettons qu’on ait pour objectif une diminution de 25% du PIB. Si on en croit l’estimation de l’association Global Footprint Network, la France a atteint le « jour du dépassement » le 5 mai dernier, date à laquelle l’économie française est réputée avoir consommé l’ensemble des ressources que la nature met un an à produire et à renouveler. Le 5 mai, c’est environ le tiers de l’année. Ainsi, d’après cette estimation, le plafond écologique serait très bas et il faudrait envisager une réduction du PIB des deux tiers plutôt que de seulement 25%.

Mais limitons-nous à une baisse de 25% et voyons où cela nous mène. Qu’est-ce qu’il faudrait diminuer ? À lire l’ouvrage de Parrique, l’objectif serait de diminuer la part du PIB consacrée à la consommation de marchandises. À l’inverse, il faudrait préserver le PIB consacré à la consommation non marchande. Quid de l’investissement ? Parrique n’en parle pas dans son livre mais on peut raisonnablement penser, si l’on en croit le rapport Pisani-Ferry – Mahfouz consacré à la stratégie de transition climatique, que de nombreux investissements vont devoir augmenter. Certes, ce rapport n’est en rien partisan de la décroissance, mais les impératifs écologiques impliqueront de changer en profondeur notre système productif, ce qui nécessite des investissements dans le ferroviaire, la rénovation des bâtiments, la décarbonation de notre système productif… D’autres investissements à vocation purement marchande devraient sans doute être réduits. Quel serait le solde global ? La réponse n’est pas claire. Comme, à ma connaissance, aucun calcul n’existe à ce sujet chez les théoriciens de la décroissance, on est contraint de spéculer. Optons donc pour un montant préservé des dépenses d’investissement par rapport au volume actuel et admettons que les énormes besoins de la transition pourront être compensés par un désinvestissement du même montant dans le secteur marchand.

Comme on l’a vu plus haut, le PIB actuel représente 50% de consommation marchande des ménages, 25% de consommation non marchande et 25% de dépenses d’investissement. Si l’on entend préserver à la fois les dépenses d’investissement et celles liées à la consommation non marchande, alors toute réduction du PIB ne peut reposer que sur la consommation marchande. Une réduction de 25% du PIB implique donc une division par deux des dépenses de consommation des ménages. Il faudrait donc passer d’une économie 50/25/25 à une économie 25/25/25 pour réduire de 25% le PIB sans diminuer les dépenses non marchandes et les dépenses d’investissement. Pour cela, il sera nécessaire de diviser par deux les revenus disponibles des ménages (en réalité un peu moins car il faut comptabiliser l’épargne qui correspond aux revenus non dépensés).

L’illusion de la sobriété heureuse

Est-il possible, dans une optique décroissante et démocratique, d’organiser une réduction de 25% du PIB en divisant par deux les revenus disponibles des ménages ? C’est à cette question qu’il faudrait répondre. Dire que cela serait acceptable politiquement dans un régime démocratique me semble totalement déraisonnable. Notons par ailleurs que cette division par deux des revenus se ferait sans amélioration notable des services publics et sans accélération des dépenses d’investissement. Notons également que rien ne dit que les pays voisins suivraient la même politique. Or, au sein de l’UE, la circulation des personnes est libre ; on ne pourra pas empêcher les familles de s’expatrier pour profiter de revenus deux fois plus élevés de l’autre côté de la frontière. Comment gérer politiquement une telle décroissance et le choc que cela produirait ? Dans son chapitre 1, Parrique affirme que « ce qui compte, au final, ce n’est pas le ‘‘pouvoir d’achat’’ mais plutôt le ‘‘pouvoir de vivre’’ ». Là aussi, il s’agit d’une formule pratique mais peu opérante. Pour une grande partie des Français le pouvoir d’achat c’est le pouvoir de vivre : celui de prendre des vacances, de faire une sortie au restaurant, au cinéma, de renouveler sa garde-robe… toutes ces consommations marchandes doivent-elles être divisées par deux ? Qui décidera quelles sont les consommations utiles et superfétatoires ? Et, surtout, comment parvenir à faire accepter ces décisions à la population ?

Loin d’être un instrument absurde, le PIB mesure parfaitement les revenus monétaires. Et même si « l’argent ne fait pas le bonheur » comme on dit, il est difficile d’affirmer que baisser les revenus assurera aux ménages d’être plus heureux, plus émancipés et plus libres, surtout si cette baisse pèse exclusivement sur la part de la consommation qu’ils peuvent librement choisir.

Les théoriciens de la décroissance ont sans doute raison sur un point : la baisse du PIB, et en tous cas la fin de sa hausse indéfinie sera sans doute nécessaire, à terme, pour éviter l’effondrement écologique. Disons les choses de manière plus réaliste : le risque d’effondrement écologique conduira sans doute l’humanité à réorganiser en profondeur son économie pour parvenir à une forme de post-croissance. Quantitativement, quel sera alors le niveau de PIB de cette économie ? Pourra-t-on limiter sa diminution à 25% ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude. Et si le plafond écologique nécessite plutôt une baisse de moitié du PIB, devrait-on supprimer toute la production marchande et organiser une forme de collectivisation des moyens de production pour s’assurer que chacun pourra vivre dans un confort minimum malgré les contraintes très fortes qui pèseront alors sur la consommation ? Et devrions-nous limiter l’accès à certaines ressources pour éviter que, dans le cadre de leur temps libre les individus continuent de produire et d’approfondir leur empreinte écologique ?

Ce qui est certain, c’est qu’il est hautement improbable que la transition vers la post-croissance se fasse dans le bonheur et la félicité pour tous. De même, il est absurde d’affirmer que la décroissance n’affectera qu’une partie minoritaire de la société. La réalité c’est que la décroissance représentera une rupture anthropologique d’une violence inouïe pour tout le monde. On ne diminue pas la moitié de la consommation marchande des ménages en taxant un peu les 10% les plus riches. En masquant cette violence pour rendre leur projet désirable, les partisans de la décroissance risquent de rendre bien plus difficile l’acceptation des mesures qu’ils seraient amenés à prendre s’ils parvenaient au pouvoir. Churchill avait eu le courage de dire aux Britanniques qu’il leur promettait « du sang et des larmes » afin de vaincre l’Allemagne nazie. On attend des décroissants qu’ils aient la même honnêteté intellectuelle. Chiche ?

David Cayla

Lire aussi...

Huit ans après le référendum, le Royaume-Uni et l’Europe à l’aube des élections 2024
La Moldavie et le projet européen
Entretien avec l’ambassadeur de France en Moldavie
La faillite intellectuelle d’Emmanuel Todd (2/2)
The Golden Notebook (Le carnet d’or) de Doris Lessing
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter