L'État et les grandes transitions

Silicon Valley : du rêve hippie au capitalisme technologique d’aujourd’hui

La Silicon Valley, berceau de l’innovation technologique, a depuis longtemps exercé une fascination sur le monde entier. Ses succès retentissants et ses mythes ont façonné notre vision de l’entrepreneuriat et de la révolution numérique. Pourtant, derrière la glorieuse façade de la Silicon Valley, se cachent des réalités complexes et parfois dérangeantes. Retour sur les mythes qui entourent cette région emblématique, depuis ses origines contestataires jusqu’à son rôle actuel dans le monde du capitalisme technologique.
Aux origines du capitalisme californien

Dans les années 1960, la côte ouest des États-Unis, et en particulier la Silicon Valley, était reconnue comme le terreau fertile de la culture hippie et de son mouvement de contre-culture. Cette époque était marquée par un rejet des valeurs de la société de consommation qui prévalaient au cours des « trente glorieuses ». Les campus des universités de Berkeley et de Stanford, toutes deux situées à proximité de la Silicon Valley, étaient le théâtre de débats intellectuels animés qui agitaient l’ensemble de la société américaine. Les manifestations survenues en 1964, où des étudiants de l’université de Berkeley ont défilé avec des fausses cartes perforées IBM autour de leur cou pour protester contre le complexe militaro-industriel, constituent un moment emblématique de cette période de contestation. À travers cet acte symbolique, ces étudiants exprimaient leur opposition contre l’utilisation de l’ordinateur comme outil de contrôle et de surveillance, notamment par le gouvernement et l’armée dans le contexte de la guerre froide. Cependant, il est essentiel de souligner que tous les étudiants engagés dans ce mouvement de protestation ne rejetaient pas totalement l’informatique en tant que telle. En réalité, nombreux étaient ceux qui voyaient dans cette technologie émergente la promesse d’une liberté créative et d’une émancipation intellectuelle. Pour ces jeunes contestataires, l’informatique représentait bien plus qu’un simple outil du complexe militaro-industriel ; elle offrait la possibilité de repousser les frontières de la pensée, de l’expression artistique et de la créativité. Cet aspect contradictoire de la relation entre les étudiants contestataires et l’informatique illustre la complexité de l’époque. Les années 1960 étaient marquées par des mouvements sociaux et culturels qui remettaient en question l’ordre établi, mais qui étaient également porteurs d’un esprit d’innovation et de réflexion critique. Les manifestations de 1964 symbolisent donc la dualité de l’approche des étudiants de l’époque envers la technologie. Il rappelle que les mouvements contestataires étaient composés de personnes aux perspectives diverses, chacune cherchant à façonner un avenir plus libre et plus juste, mais à sa manière. C’est dans ce contexte de rencontres improbables entre adversaires de l’ordre établi, souvent animés par un esprit libertaire, et des passionnés de technologie désireux d’explorer de nouveaux horizons, que naquit une utopie néolibérale. Au fil des années, cette idéologie a prospéré en se nourrissant des rêves des entrepreneurs. Ces pionniers ont réussi à fusionner les idées de ceux qui rejetaient initialement les technologies de l’information et de la communication avec celles de ceux qui voyaient en elles un puissant levier pour le développement capitaliste.

L’émergence du capitalisme 2.0

La transition vers le nouveau millénaire s’est avérée décisive pour l’évolution du capitalisme, notamment aux États-Unis. Au début des années 1990, les États-Unis étaient en proie à une récession économique majeure, et c’est dans ce contexte difficile que Bill Clinton a accédé à la présidence. Adepte du courant du « new democrat », désignant une pensée réformiste et populaire émergente à la fin des années 1980 au sein du parti démocrate, Bill Clinton avait à peine 46 ans lorsqu’il a été élu président des États-Unis. Pour de nombreux jeunes militants, comme Clinton lui-même, les revers électoraux que leur camp avait subis au niveau national depuis l’élection de Ronald Reagan en 1980 s’expliquaient en grande partie par la perception que les idées économiques de leur parti étaient devenues obsolètes. La politique menée tout au long des huit années de la présidence Clinton a été caractérisée par une approche économique résolument libérale, marquée par une série de mesures visant à stimuler le secteur technologique et à favoriser la croissance économique. Cette doctrine libérale affirmée a été conçue comme une réponse aux défis économiques auxquels les États-Unis étaient confrontés à l’époque. L’une des mesures phares de cette politique était l’octroi de subventions et de réductions d’impôts ciblées en faveur du secteur technologique. L’objectif était de stimuler l’investissement et l’innovation dans ce domaine en allégeant la charge fiscale des entreprises. Cette approche visait à créer un environnement propice à la croissance des startups et à encourager l’essor de nouvelles technologies. Parallèlement, l’administration Clinton a adopté une politique commerciale plus assurée, en particulier à l’égard du Japon. Cette orientation visait à promouvoir les intérêts économiques américains à l’étranger en cherchant à réduire les déséquilibres commerciaux et à ouvrir de nouveaux marchés pour les entreprises américaines. Le Japon était souvent considéré comme un acteur clé de cette politique, en raison de son importance économique, de son avance technologique et de ses pratiques commerciales. En outre, l’administration Clinton a contribué à glorifier les entrepreneurs, les présentant comme des figures emblématiques de l’American Dream, au même titre que les chercheurs d’or légendaires de l’histoire américaine. Cette valorisation des entrepreneurs a renforcé l’idée que quiconque pouvait réussir aux États-Unis en poursuivant ses rêves et en prenant des risques dans le domaine de la technologie. Cela a contribué à encourager l’esprit d’entreprise et l’innovation au sein de la société américaine. Cependant, il est important de noter que cette politique n’était pas sans controverses et qu’elle a également suscité des critiques. Certains ont souligné que l’approche libérale pouvait favoriser la concentration de la richesse et la montée en puissance de grandes entreprises technologiques, tandis que d’autres ont remis en question la manière dont les avantages de cette politique étaient répartis au sein de la société. Hollywood, en tant que machine à créer des mythes, a contribué de manière significative à façonner la perception du nouveau capitalisme dans les années 1990. Les films emblématiques tels que « Forrest Gump » et les séries télévisées à succès ont utilisé des récits puissants pour transmettre les idées et les valeurs de l’époque. « Forrest Gump » (1994) est un exemple frappant. Le personnage de Forrest, malgré son intelligence limitée, connaît une série de succès tout au long du film. Il investit dans la société Apple, participe à la guerre du Vietnam, devient un joueur de football américain accompli, et crée une entreprise de crevettes prospère. Le film véhicule l’idée que même quelqu’un issu de milieux modestes peut réussir dans l’Amérique contemporaine en saisissant les opportunités qui se présentent. Cela renforce l’image de l’Amérique comme terre de possibilités où la détermination et la chance peuvent conduire à la réussite. Les séries télévisées populaires de l’époque, telle que « Friends », ont également joué un rôle important. Cette dernière a présenté des personnages vivant des vies confortables et sans souci, ce qui reflétait l’idée d’une classe moyenne prospère. Ces séries ont contribué à créer une vision optimiste de la société américaine où l’accès au confort matériel et les relations sociales étaient valorisés. Cependant, il est crucial de noter que cette représentation médiatique était simplifiée et ne reflétait pas nécessairement la réalité économique de l’ensemble de la population américaine. Elle a parfois omis de mettre en évidence les inégalités croissantes et les défis auxquels de nombreux Américains étaient confrontés, en particulier ceux issus de milieux moins favorisés ou des minorités.

Les dérives du nouveau capitalisme

Les dérives du nouveau capitalisme, telles qu’elles sont décrites par Cédric Durand dans son ouvrage « Critique de l’économie numérique », sont aujourd’hui largement documentées et observables. Ce constat met en lumière une transformation profonde du paysage économique et social, particulièrement au sein de la Silicon Valley, qui est le foyer même de l’innovation technologique. L’une des évolutions les plus notables est le passage des petites et enthousiastes startups à des géants technologiques qui ont acquis une position de quasi-monopole dans de nombreux secteurs. Cette consolidation de pouvoir a eu des répercussions considérables sur la concurrence et l’innovation. Les entreprises dominantes peuvent dicter les règles du jeu, écrasant souvent la concurrence naissante et limitant ainsi le choix pour les consommateurs. Cette situation n’est pas favorable à l’émulation et à la créativité, et elle va à l’encontre de l’idée originale d’une Silicon Valley foisonnante et dynamique. Par ailleurs, l’avènement du management informatisé a eu un impact significatif sur la vie professionnelle au sein de ces entreprises technologiques. Alors que la technologie aurait pu être un moyen d’améliorer la qualité de vie au travail, elle est devenue un outil de surveillance omniprésent. Les systèmes de surveillance des salariés, qu’ils soient basés sur des algorithmes ou des logiciels de suivi de la productivité, ont conduit à une atmosphère de méfiance et d’oppression. Cette surveillance constante nuit à la créativité des employés, qui se sentent contraints et stressés, et limite leur capacité à innover. En outre, la privatisation et la commercialisation d’innovations technologiques ont modifié la finalité de la technologie elle-même. Au lieu de servir l’intérêt public en fournissant des solutions utiles et accessibles, de nombreuses innovations technologiques sont devenues des gadgets coûteux, souvent inutiles. Cette « gadgétisation » profite avant tout aux entreprises qui cherchent à maximiser leurs profits en vendant des produits et services de luxe à des prix exorbitants. Cette quête de profit a détourné l’innovation de son objectif initial : améliorer la qualité de vie et promouvoir un partage équitable des avantages du progrès technologique. Ce paradoxe est particulièrement flagrant dans la Silicon Valley, où la concentration de millionnaires est la plus élevée du pays. Malgré cette richesse apparente, un nombre significatif d’habitants de la région n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins de base. Une situation qui souligne les inégalités criantes qui existent au sein même de cet épicentre technologique, avec un coût de la vie élevé, des loyers souvent inabordables et la persistance d’une main d’œuvre peu rémunérée malgré un salaire minimum par heure qui est l’un des plus élevés du pays. Au niveau fédéral, le salaire minimum aux États-Unis est de 7,25 dollars de l’heure contre 15 dollars en Californie.

Le mythe de l’entrepreneur self-made-man

Le mythe de l’entrepreneur autodidacte, parti de rien pour bâtir un empire, est l’un des mythes les plus ancrés dans la culture de la Silicon Valley. Les noms qui viennent immédiatement à l’esprit sont ceux de personnalités emblématiques comme Bill Gates, dont le garage a servi de berceau à Microsoft, ou encore Steve Jobs et Mark Zuckerberg, créateurs respectivement d’Apple et de Facebook à partir de simples idées. Ces individus sont souvent présentés comme des exemples de réussite spectaculaire, symbolisant la promesse du rêve américain revisité, selon lequel quiconque travaille dur peut atteindre des sommets. Cependant, il est crucial de garder à l’esprit que ces figures ne représentent qu’une extrême minorité d’entrepreneurs. Le succès de la plupart des entreprises de la Silicon Valley est le résultat d’une combinaison complexe de facteurs, comprenant souvent des investissements publics et une collaboration avec le secteur gouvernemental, comme le rappelle Cédric Durand dans son livre. L’histoire de la Silicon Valley est étroitement liée aux progrès technologiques réalisés grâce à l’intervention du secteur public. Dans les décennies passées, des secteurs publics tels que le complexe militaro-industriel, l’aéronautique et la NASA ont joué un rôle essentiel dans le développement de technologies clés. De nombreuses entreprises ont prospéré grâce à des contrats gouvernementaux, notamment dans les années 80, lorsque l’administration Reagan a lancé une course à l’armement dans le but principal de fragiliser financièrement l’URSS. Cette période a vu l’innovation technologique stimulée par des investissements massifs du gouvernement. En 2013, Mariana Mazzucato, professeure d’économie à l’université de Sussex, a décrit ce phénomène dans son livre « The Entrepreneurial State ». Elle a démontré que le secteur privé n’innove que rarement de manière isolée. L’intervention publique a souvent joué un rôle central dans toutes les grandes avancées technologiques de notre époque, y compris l’invention d’Internet. Cette perspective remet en question l’idée largement répandue selon laquelle le secteur privé est le seul moteur de l’innovation. Mazzucato soutient que les gouvernements ont non seulement financé une grande partie de la recherche fondamentale qui a conduit à des avancées technologiques majeures, mais qu’ils ont également assumé des risques considérables en investissant dans des projets risqués à long terme, créant ainsi un environnement propice à l’innovation. L’exemple d’Internet est particulièrement éloquent, car il a été développé grâce à des financements publics, en particulier au sein du département américain de la Défense, avant d’être exploité commercialement par des entreprises privées. Cette réalité révèle l’importance de la collaboration entre le secteur public et le secteur privé dans la promotion de l’innovation et de la croissance économique.

Un modèle généralisable ?

L’idée de généraliser le modèle de la Silicon Valley à l’échelle mondiale a été une aspiration pour de nombreux dirigeants et gouvernements pendant plus de six décennies. Cette vaste ambition a conduit à la création de « vallées » technologiques dans le monde entier, du « Silicon Alley » à New York au « Silicon Savannah » au Kenya. Cependant, il est crucial de prendre en compte les leçons tirées des expériences de la Silicon Valley, tant les aspects positifs que négatifs. Tout d’abord, il est important de reconnaître que le modèle américain de la Silicon Valley présente des lacunes et des dérives significatives. L’essor des géants technologiques, les inégalités croissantes, la surveillance généralisée et l’exploitation des travailleurs ont soulevé des préoccupations importantes quant à la durabilité et à l’équité de ce modèle. Il est devenu évident que la poursuite effrénée du profit, sans régulation adéquate, peut avoir des conséquences néfastes sur la société dans son ensemble. C’est pourquoi il est impératif de réfléchir à l’avenir de l’innovation technologique de manière plus holistique. L’une des leçons les plus importantes que la Silicon Valley nous enseigne est la nécessité de replacer l’État au centre du jeu en tant que source de régulation et d’innovation. Les gouvernements doivent assumer un rôle actif dans la définition des règles pour garantir que l’innovation technologique soit au service de l’intérêt public. Cela implique de mettre en place des réglementations efficaces pour prévenir les monopoles, protéger la vie privée des individus et promouvoir la concurrence. De plus, la collaboration entre le secteur public et privé peut s’avérer cruciale pour façonner un avenir technologique plus équitable et durable. Les entreprises technologiques peuvent apporter leur expertise et leurs ressources, tandis que les gouvernements peuvent apporter la vision, la régulation et la responsabilité sociale. Cette approche partenariale peut contribuer à réduire les inégalités, à garantir que les avantages de la technologie soient répartis de manière plus équitable et à relever les défis sociétaux urgents tels que le changement climatique.

En conclusion, la Silicon Valley, tout en étant un symbole de l’innovation, est également un révélateur des contradictions du capitalisme moderne. Les mythes de l’entrepreneur self-made-man et de l’innovation purement privée ont souvent éclipsé le rôle essentiel de l’État dans le développement technologique. Les dérives du capitalisme technologique, avec ses géants monopolistiques et ses inégalités croissantes, nous rappellent que le modèle de la Silicon Valley est loin d’être parfait. Alors que de nombreuses régions du monde cherchent à reproduire son succès, il est crucial de tirer les leçons de ces expériences, à la fois positives et négatives. Placer l’État au centre de la régulation et de l’innovation peut être une voie pour assurer un partage plus équitable des fruits du progrès technologique. En fin de compte, la Silicon Valley nous invite à réfléchir sur les modèles que nous choisissons de suivre et sur les valeurs que nous voulons promouvoir dans notre quête d’innovation et de prospérité.

Lire aussi...

La victoire électorale du Rassemblement national et après ?
La leçon de Jean Zay
« Le vieillissement est une réalité, qu’il faut regarder de face » – entretien avec Jérôme Guedj
Avec Léon Deffontaines, construire une toute autre Europe, Entretien avec Assan Lakehoul
Un tout petit effort pour ne rien rater …

Inscrivez-vous à notre newsletter